Méthadone : les surdosages explosent, c'est quoi ?

La méthadone est un médicament opioïde prescrit pour soulager les douleurs graves et aider les personnes dépendantes aux opiacés à se sevrer (héroïne, oxycodone). Les signalements d'hospitalisations et de décès liés à un surdosage continuent de progresser.

Méthadone : les surdosages explosent, c'est quoi ?
© DatenschutzStockfoto - stock.ado

La méthadone est un médicament opioïde (famille des opiacés) utilisé pour soulager les douleurs graves (comprimés ou solution orale) et prescrite en cas de dépendance aux opioïdes comme l'héroïne, l'oxycodone, le fentanyl ou l'hydromorphone. Elle contient une substance proche de la morphine. Prise à la bonne posologie, la méthadone élimine les effets de sevrage et réduit les symptômes associés à l'état de manque. Mais les signalements d'hospitalisations et de décès liés à un surdosage chez les usagers de drogues continuent de progresser, rapporte l'Agence du médicament le 9 novembre 2022. Un surdosage en méthadone constitue un danger vital qui nécessite un traitement en urgence. Pour l'éviter :  

  • Ne donnez jamais de méthadone à une autre personne
  • Ne prenez pas de méthadone en dehors de toute prescription
  • Ne prenez pas de méthadone avec de l'alcool, d'autres opioïdes, des anxiolytiques, des sédatifs, de la prégabaline, de l'héroïne ou de la cocaïne
  • Conservez la méthadone dans un endroit fermé à clef, hors de la portée et de la vue des enfants
  • N'ouvrez jamais à l'avance le flacon, ne sortez jamais à l'avance les comprimés de leur plaquette
  • Ayez toujours à votre disposition un kit de naloxone prête à l'emploi. La naloxone peut être obtenue, avec ou sans ordonnance, en pharmacie ou en centre de soins spécialisés (centres de soin, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA), centres d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD)).

Définition : c'est quoi la méthadone ?

La méthadone est un traitement de substitution autorisé depuis 1995 en France. Considérée comme un stupéfiant, elle est délivrée dans les pharmacies et les centres spécialisés en addictologie sur une prescription médicale sécurisée limitée à 28 jours pour la forme gélule, et 14 jours pour la forme buvable. Appartenant elle aussi à la famille des opiacés, la méthadone agit comme agoniste des récepteurs mu (μ) au niveau du cerveau, c'est-à-dire au même endroit que l'opium, la morphine ou l'héroïne par exemple. Chlorhydrate de méthadone APHP et Méthadone AP-HP sont les médicaments à base de méthadone indiqués dans le traitement de substitution des pharmacodépendances majeures aux opioïdes.

  Méthadone en sirop Méthadone en gélules
Réglementation Stupéfiant Stupéfiant
Support de prescription Ordonnance sécurisée Ordonnance sécurisée
Personnes pouvant prescrire

Médecins exerçant dans les CSAPA

Médecins hospitaliers à l'occasion d'une hospitalisation, d'une consultation ou en milieu pénitentiaire

Médecins exerçant dans les CSAPA

Médecins exerçant dans les services hospitaliers spécialisés dans les soins aux toxicomanes

Fractionnement de délivrance  7 jours maximum sauf mention expresse du prescripteur 7 jours maximum sauf mention expresse du prescripteur
Durée maximale de prescription

14 jours

Le prescripteur peut préciser sur l'ordonnance la durée de chaque fraction, ou exclure le fractionnement en mentionnant sur l'ordonnance "délivrance en une seule fois", ou préciser que la dispensation doit se faire quotidiennement.

28 jours

Le prescripteur peut préciser sur l'ordonnance la durée de chaque fraction, ou exclure le fractionnement en mentionnant sur l'ordonnance "délivrance en une seule fois", ou préciser que la dispensation doit se faire quotidiennement.

Indications : quand prendre de la méthadone ?

La méthadone est utilisée comme traitement de substitution chez les personnes dépendantes à l'héroïne et aux opiaces de façon générale. Elle permet d'éviter de ressentir les symptômes de manque lors du servage (c'est-à-dire l'arrêt de l'opiacé) et de lutter contre les envies de consommer pour, à long terme, et d'éviter les rechutes. Elle permet d'éviter les effets euphorisants d'autres morphiniques. Chez les toxicomanes, elle est utilisée pour remplacer les opioïdes à action brève à l'égard desquels l'usager a développé une dépendance, comme :

  • l'héroïne,
  • l'oxycodone,
  • le fentanyl
  • l'hydromorphone...

Quels sont les effets de la méthadone ?

► Effet psychologique : La méthadone a plutôt un effet neutre, c'est-à-dire qu'elle n'entraîne ni de somnolence ni d'euphorie. Lorsqu'elle est bien dosée et qu'elle couvre les symptômes de manque d'un usager d'héroïne, elle permet de se sentir dans un état normal pour se réinsérer.

Effet sur le cerveau : La méthadone est un agoniste des récepteurs opiacés qui agit principalement sur les récepteurs mu (μ). Elle ne provoque donc aucun effet euphorisant, même si elle a aussi des propriétés antalgiques et antitussives.

Effet euphorisant : La méthadone ne procure pas d'effet euphorisant, ce qui en fait son avantage dans le traitement de substitution des personnes dépendantes aux opiacés tels que l'héroïne.

Sous quelle forme la méthadone est-elle disponible ?

La méthadone est disponible sous forme de sirop buvable, en fiole unitaire, ou sous forme de gélules.

  • Sous forme de sirop, la méthadone est disponible à des doses de 5, 10, 20, 40 ou 60 mg.
  • Sous forme de gélules, les doses disponibles vont de 1, 5, 10, 20, à 40mg. Elle est donc toujours consommée par voie orale, et reste extrêmement rarement injectée.

Habituellement, le consommateur dépendant à l'héroïne qui souhaite un sevrage commence par la forme sirop pendant environ 1 an, le temps de stabiliser sa situation et de trouver la dose qui lui correspond pour ne pas ressentir de symptômes de manque ni d'envie de consommer (craving).

Quels sont les effets secondaires de la méthadone ?

Si la méthadone est bien dosée, elle ne doit pas donner d'effet sédatif ou euphorique particulier. Comme tout morphinique, elle peut entraîner une constipation, des troubles de la libido avec une impuissance et une irrégularité des cycles menstruels. En raison de son action sur le rythme cardiaque, la méthadone ne peut pas être associée à certains médicaments, et un électrocardiogramme est nécessaire pour surveiller l'absence de l'allongement du QT.

Au bout de combien de temps surviennent les effets après la prise ?

Les effets de la méthadone sont assez rapides après la prise, en général quelques minutes, en particulier pour la forme sirop qui permet de soulager rapidement les symptômes de manque dès qu'ils apparaissent.

Combien de temps durent les effets ?

La méthadone a une demi-vie particulièrement longue, permettant à la personne traitée de ne ressentir aucun signe de manque aux opiacés pendant au moins 24 heures.

Quels sont les signes d'un surdosage de méthadone ?

Un surdosage en méthadone constitue un danger vital qui nécessite un traitement en urgence. Les signes n'apparaissent pas immédiatement après l'ingestion de méthadone et peuvent se manifester jusqu'à quatre heures plus tard. L'absence de signes d'intoxication ne doit donc pas être considérée comme rassurante. Ces signes peuvent être :

  • un ralentissement de la respiration et une respiration moins profonde (dépression respiratoire) pouvant conduire à un arrêt respiratoire et à la mort.
  • des troubles de la conscience,
  • nausées et vomissements,
  • transpiration,
  • hypoglycémie,
  • rétrécissement de la pupille,
  • somnolence sévère,
  • voire un coma.

Que faire en cas de surdosage de méthadone ?

Si une personne (enfant ou adulte) a ingéré de la méthadone qui ne lui était pas destinée, et en cas de suspicion de surdosage :

  • Contactez immédiatement un service d'urgence : 15 (SAMU), 18 (pompiers) ou 112 (toutes urgences : médicales, incendie, sécurité) ;
  • Administrez-lui de la naloxone et maintenez-la éveillée jusqu'à l'arrivée des secours :

A partir de 14 ans, vous pouvez utiliser de la naloxone en solution pour pulvérisation nasale.

Chez l'adulte, la naloxone en solution injectable par voie intramusculaire est aussi autorisée.

Quels sont les symptômes d'un manque de méthadone ?

Comme pour tous les opiacés, le sevrage de la méthadone, lorsqu'il est fait de façon prématurée et sans surveillance médicale, entraîne des symptômes de manque importants, comme des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements, de la diarrhée, une insomnie, une accélération du rythme cardiaque, ainsi qu'une sensation de chair de poule. La personne ressent une forte anxiété, une agitation et une dépression. Les symptômes peuvent durer de 5 jours à une semaine et les plus intenses surviennent 24 à 48 heures après l'arrêt du médicament. Pour éviter cela, il est préférable de poursuivre son traitement avec l'encadrement d'un médecin, et de faire une diminution progressive de la dose de méthadone.

Comment réussir le sevrage à la méthadone ?

Dans un premier temps, la méthadone permet de réussir le sevrage de l'héroïne en permettant à l'usager de se réinsérer et d'éviter les complications de sa consommation. Il est toujours conseillé de poursuivre la même dose de méthadone sous forme sirop pendant la première année puis de passer à la forme gélule. Lorsque l'usager se sent suffisamment stabilisé dans sa vie, une décroissance progressive de la dose peut être proposée pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. De cette façon, il met toutes les chances de son côté pour éviter un syndrome de sevrage, et une rechute de la consommation d'héroïne.

La méthadone est-elle dangereuse pendant la grossesse ?

D'après le CRAT (Centre de référence sur les agents tératogènes), la méthadone peut tout à fait être prescrite au cours de la grossesse et de l'allaitement. Il n'est donc pas justifié d'interrompre la méthadone en vue d'une grossesse ou en cours de grossesse car elle n'est pas pourvoyeuse de malformations. Au contraire, elle permet de stabiliser la patiente et d'éviter les effets de manque, lui permettant de poursuivre sa grossesse de façon plus sereine. Lors de l'accouchement, l'équipe médicale doit être informée du traitement par méthadone pour accueillir le nouveau-né dans les meilleures conditions car il peut souffrir d'un syndrome de manque pour lequel une prise de morphiniques pourra être proposée pendant quelques jours. Pendant l'allaitement, la quantité de méthadone ingérée dans le lait est faible, puisque l'enfant reçoit environ 3 % de la dose maternelle, ce qui ne pose aucun problème.

Quelles sont les contre-indications de la méthadone ?

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

  • insuffisance respiratoire grave,
  • enfant de moins de 15 ans,
  • en association avec les antalgiques contenant de la buprénorphine, de la nalbuphine ou de la pentazocine.

Des précautions sont nécessaires en cas d'insuffisance rénale, hépatique, ou surrénale, d'hypothyroïdie, d'épilepsie, d'adénome de la prostate ou d'asthme.

Quelles précautions prendre avec la méthadone ?

► Avoir systématiquement avec soi un kit de naloxone prête à l'emploi. Administré rapidement, cet antidote permet de bloquer temporairement les effets d'une overdose à un opioïde tel que la méthadone, dans l'attente d'une prise en charge d'urgence par une structure médicale. La naloxone peut être obtenue, avec ou sans ordonnance, en pharmacie ou en centre de soins spécialisés (centres de soin, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA), centres d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD)).

► Ne donnez jamais de méthadone à une autre personne

► Ne prenez pas de méthadone en dehors de toute prescription

► N'ouvrez jamais à l'avance le flacon, ne sortez jamais à l'avance les comprimés de leur plaquette

► La méthadone doit être débutée uniquement après l'apparition des premiers signes de manque.

► En cas de consommation concomitante avec ll'alcool, d'autres opioïdes, des anxiolytiques, des sédatifs, de la prégabaline, de l'héroïne ou de la cocaïne, il existe un risque très important d'overdose. Il ne faut donc pas mélanger ces substances.

► Ne comparez pas votre dosage de méthadone avec celui de quelqu'un d'autre, puisque chacun aura besoin de sa propre posologie pour trouver un équilibre et se soulager des symptômes de manque.

► Il n'y a pas de posologie maximale, c'est pourquoi il ne faut pas hésiter à demander à votre médecin d'augmenter la dose de méthadone si vous ressentez des symptômes de manque et une envie de consommer. Une fois que vous aurez trouvé le bon dosage, n'hésitez pas à le maintenir le plus longtemps possible pour mettre toutes les chances de votre côté.

► Évitez de conduire et les activités dangereuses en début de traitement : une somnolence notable peut apparaître. Ce risque est majoré par la prise conjointe d'alcool ou de sédatifs.