Lavement : constipation, quand, comment faire ?

Normacol, Microlax… Les lavements s'administrent par voie rectale à l'aide d'un dispositif adapté. Dans quels cas sont-ils indiqués ? Comment les utiliser ? Comment agissent-ils et quels sont les dangers ? Conseils pratiques.

Lavement : constipation, quand, comment faire ?
© sashamagic-123RF

Définition : c'est quoi un lavement ?

C'est une solution injectée par voie rectale à l'aide d'une pompe ou d'une canule. En fonction de l'effet recherché, la solution peut être un médicament laxatif, un corticoïde (anti-inflammatoire) ou de l'eau tempérée. L'action exercée est généralement locale, sauf pour les corticoïdes qui passent dans la circulation sanguine. Il existe des micro-lavements qui restent dans le rectum (petites quantités de liquide) et des lavements qui nettoient une majeure partie du côlon (grandes quantités de liquide).   

Comment agit un lavement ?

Un lavement indiqué dans l'évacuation des selles agit généralement au bout de 5 à 20 minutes. La composition de Normacol®, Microlax® et Norgalax® favorise un apport en eau dans l'intestin pour ramollir les selles et faciliter leur élimination. De même, ils peuvent activer le réflexe de défécation. Concernant la spécialité Bébégel®, la présence de glycérine stimule les mouvements intestinaux et possède un pouvoir irritant, ce qui favorise l'expulsion des matières fécales. Le lavement Betnesol® comporte un corticoïde qui passe dans les vaisseaux sanguins au niveau du rectum et exerce une action anti-inflammatoire sur la muqueuse intestinale. L'irrigation colique permet de vider entièrement le côlon par une action mécanique qui consiste à injecter une grande quantité d'eau.

Indication : quand avoir recours à un lavement ?

Les lavements sont principalement utilisés chez l'adulte. Toutefois, certaines formes sont adaptées pour une administration chez l'enfant. La plupart des lavements disponibles en pharmacie sont indiqués dans les cas suivants : 

traitement de la constipation se traduisant par une progression lente des selles dans l'intestin, associée ou non à une difficulté d'évacuation 

élimination d'un bouchon de matières fécales (fécalome) accumulées dans la dernière partie de l'intestin

nettoyage du rectum avant la réalisation d'un examen médical (radiologie, endoscopie du rectum et du sigmoïde)

facilitation de l'évacuation du rectum dans un contexte d'incontinence fécale

Le recours aux lavements ayant une action laxative doit rester exceptionnelle

Le recours aux lavements ayant une action laxative doit rester exceptionnelle pour ne pas perturber le réflexe de défécation. La spécialité Betnesol® est utilisée pour traiter des inflammations chroniques de la muqueuse intestinale telles que la rectocolite hémorragique et la maladie de Crohn. L'irrigation colique permet de vider le contenu du côlon chez un patient stomisé. Une stomie est un abouchement d'une partie du côlon à la surface de la peau permettant d'évacuer les selles dans une poche lorsque l'évacuation naturelle est impossible, en cas de cancer colorectal par exemple. Ce type de lavement s'effectue 2 à 3 fois par semaine avec de l'eau tempérée. C'est un moyen permettant au patient de porter une mini-poche, changeable moins fréquemment et beaucoup plus discrète que la poche classique. Cela permet notamment de retirer sa poche quelques heures pour se rendre à la plage ou à la piscine en plaçant un bouchon sur la stomie. Ainsi l'irrigation colique apporte une meilleure qualité de vie chez ce type de patients. D'autres indications plus rares existent comme une constipation ou une incontinence fécale causées par une atteinte neurologique et résistantes aux traitements de première ligne. Les méthodes qui consistent à laver le côlon intégralement sans raison valable ne sont pas recommandées au risque de provoquer des irritations et des infections de l'intestin. De même aucun lavement ne doit être réalisé dans l'objectif de perdre du poids

Quels sont les noms des principaux lavements en France ?

Les principaux lavements médicamenteux disponibles en France sont : 

  • Microlax®, Microlax bébé®
  • Normacol adultes®, Normacol enfants®
  • Norgalax®
  • Betnesol® 
  • Bébégel®

Ils se présentent sous la forme de récipients unidoses. En réalité, il s'agit de micro-lavements en raison de leur faible volume. Par ailleurs, il existe des kits d'irrigation colique comme Reprop Clyster®. Ce sont des dispositifs médicaux réutilisables permettant un lavage intestinal avec un volume supérieur à 1 litre d'eau. Ils font l'objet d'un remboursement par l'Assurance maladie, mais sont uniquement disponibles sur présentation d'une ordonnance médicale. Les lavements faits maison à base d'eau savonneuse ne sont pas recommandés en raison de l'action irritante sur l'intestin.

Comment procéder à un lavement à la maison ?

Pour réaliser des micro-lavements, la personne doit s'allonger sur le côté gauche avec les genoux pliés. En fonction de la présentation, l'embout doit être retiré ou cassé. Pour Microlax®, Normacol®, Norgalax® et Bébégel®, la canule entière doit être introduite délicatement dans le rectum. Elle peut être lubrifiée au préalable pour faciliter l'insertion. Une pression lente doit être exercée sur le tube ou le flacon pour libérer la totalité du contenu dans l'intestin. Lors du retrait de la canule, la pression doit être maintenue pour éviter l'administration d'air. Le lavement Betnesol® s'administre le soir au coucher pour laisser la solution le plus longtemps possible au contact de l'intestin. Le patient doit insérer lentement la moitié de la canule lubrifiée dans l'anus. L'administration dure 1 à 2 minutes, elle s'accompagne de l'enroulement de la poche au fur et à mesure. Pour finir, le patient doit s'allonger à plein ventre durant quelques minutes. Pour la réalisation d'une irrigation colique à domicile, le patient doit recevoir une formation d'un médecin stomathérapeute ou d'une infirmière spécialisée. Le principe repose sur le remplissement de la poche avec l'eau tempérée pour l'injecter via un tuyau dans la stomie (abouchement de l'intestin à la peau). L'eau sera ensuite évacuée dans les toilettes. La manipulation sera répétée plusieurs fois de suite et durera 45 minutes au total. 

Combien de fois faire un lavement au maximum ? 

Le lavement Bébégel® peut être administré une fois par jour et renouvelé une fois chez l'adulte en cas de constipation sévère. Chez le nourrisson, une cure de plusieurs jours doit inclure une interruption de 24 heures tous les 3 jours de traitement. Une irrigation colique peut être réalisée jusqu'à 3 fois par semaine. Les autres lavements peuvent être utilisés une seule fois par jour au maximum. 

Le recours abusif aux lavements provoque une destruction du microbiote intestinal

Quels sont les effets secondaires et dangers d'un lavement ?

Les principaux effets secondaires de Microlax® sont des douleurs abdominales, un inconfort au niveau de l'anus et du rectum, des selles liquides et la survenue d'une urticaire. Le lavement Normacol® peut être à l'origine de réactions allergiques, d'œdèmes, de gênes respiratoires et de carence en potassium. Plus rarement, des cas de carence en calcium et de déshydratation conduisant à des convulsions ont été observés. La spécialité Norgalax® peut causer une inflammation de la peau, une émission de sang par l'anus, des diarrhées, des douleurs et des brûlures au niveau du rectum et de l'anus. Le passage dans le sang de la bétaméthasone contenue dans Betnesol® est responsable d'effets indésirables tels qu'une vision floue voire un glaucome, d'anxiété, des nausées, un ulcère de l'estomac, une hyperglycémie, une carence en potassium. L'utilisation prolongée de lavements peut conduire à des brûlures au niveau de l'anus voire à une inflammation de la muqueuse rectale. Des cas exceptionnels de nécroses du rectum ont été rapportés. En outre, le recours abusif aux lavements provoque une destruction du microbiote intestinal (flore bactérienne) qui possède plusieurs rôles : protège l'intestin, aide le système immunitaire à fonctionner normalement et contribue à la digestion des aliments.

Quelles sont les contre-indications du lavement ?

Un lavement médicamenteux est contre-indiqué en cas d'allergie à l'un des composants de ce médicament. Bébégel® ne présente pas d'autre contre-indications particulières. Microlax® ne doit pas être utilisé en cas d'occlusion intestinale ou de douleurs abdominales d'origine inconnue. Norgalax® ne doit pas être administré en cas d'occlusion, d'émission de sang par l'anus, de maladies inflammatoires de l'intestin. Normacol® est contre-indiqué en cas d'insuffisance rénale sévère, d'inflammation du côlon, d'occlusion intestinale et de désordres dans la répartition de l'eau et des électrolytes au sein de l'organisme. La forme enfant peut être utilisée dès l'âge de 3 ans et la forme adulte à partir de 15 ans. De manière générale, ces lavements ne doivent pas être employés en cas de poussées hémorroïdaires, de fissures anales ou de rectocolites hémorragiques.

Ils ne sont pas contre-indiqués chez la femme enceinte ou allaitante

En revanche, ils ne sont pas contre-indiqués chez la femme enceinte ou allaitante, leur utilisation reste envisageable en cas de nécessité. En raison de la présence d'un corticoïde, la spécialité Betnesol® ne peut pas être utilisée en cas d'ulcère de l'estomac ou du duodénum, de goutte, de certaines maladies virales (herpès ou zona oculaire, hépatite A ou B), d'infections ou de mycoses non traitées, de cirrhose causée par l'alcool. La réalisation d'une irrigation colique est possible uniquement si la stomie est située dans la partie gauche du côlon en raison de la consistance solide ou semi-solide des selles. En effet, cette action est impossible sur des selles liquides (présentes dans la partie droite du côlon). Ce type de lavement est également contre-indiqué en cas de perforation de la paroi abdominale et d'une radiothérapie ou d'une chimiothérapie récente, ce qui rendrait l'irrigation compliquée voire impossible puisque l'élimination des selles est difficilement prévisible. 

Sources : 
- Base de données publique des médicaments, ANSM
- Commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé, HAS

Définitions et conseils