Phénobarbital : quand, effets, danger, contre-indications

Le phénobarbital est un médicament de synthèse chimique aux effets antiépileptiques, sédatifs et hypnotiques. Il provoque de nombreux effets indésirables. Quelles sont les indications ? Quels effets ? Quels sont les dangers et contre-indications ?

Phénobarbital : quand, effets, danger, contre-indications
© barabasa-123RF

Définition : qu'est-ce que le phénobarbital ?

Le phénobarbital est un médicament de synthèse chimique appartenant à la classe pharmacologique des barbituriques, médicaments dépresseurs du système nerveux central. Il fait partie des barbituriques les plus répandus. Ce médicament ancien, commercialisé autour de 1910, a été largement prescrit dans les années 1930 et 1940 dans l'épilepsie mais également contre les troubles du sommeil et de l'anxiété, en raison de ses propriétés sédatives et hypnotiques en plus de son effet anticonvulsivant. Aujourd'hui, il est uniquement utilisé dans certaines formes d'épilepsie de l'enfant ou de l'adulte, ainsi qu'en clinique vétérinaire (épilepsie chez les animaux). Le phénobarbital est inscrit sur la liste médicaments essentiels de l'OMS. Toutefois, son utilisation nécessite une grande prudence du fait de ses effets indésirables parfois graves, du risque de dépendance et des dangers qu'il peut entraîner. Ce médicament a fait l'objet de nombreux abus par les toxicomanes et a été la cause de décès par toxicité.

Dans quels médicaments trouve-t-on du phénobarbital ?

Quel est le mode d'action du phénobarbital ?

Le phénobarbital est un dépresseur du système nerveux central ; c'est un agoniste gabaergique. Il se fixe sur les récepteurs GABA de type A situés sur la membrane des neurones et induit en conséquence la libération d'acide gamma aminobutyrique (GABA), neurotransmetteur naturel inhibiteur du système nerveux. Le GABA agit en empêchant l'action des neurotransmetteurs excitants du système nerveux, impliqués notamment dans les crises d'épilepsie. Sous l'influence du GABA, les neurones sont ainsi moins soumis aux influx nerveux électriques excitatoires, ce qui permet de calmer l'activité du cerveau. Le phénobarbital agit également sur certaines enzymes du foie et stimule la sécrétion de la bile. Ce médicament diffuse dans l'organisme tout entier, y compris dans le cerveau, le placenta et le lait maternel, ce qui peut être la cause de divers effets indésirables. Son délai d'action est de plusieurs heures (environ 8 heures) et il est éliminé de l'organisme seulement après plusieurs jours. L'efficacité du traitement par le phénobarbital ne peut s'évaluer qu'après environ 2 semaines de prise.

Quels sont les effets du phénobarbital ?

Le phénobarbital présente des effets antiépileptiques, sédatifs et hypnotiques. Il entraîne également, outre de nombreux effets indésirables pouvant être graves tels que des effets tératogènes (malformations chez le fœtus), des effets de dépendance et un potentiel d'abus élevé.

Quelles sont les indications du phénobarbital ?

Sous forme de comprimés à avaler, le phénobarbital est indiqué, chez l'adulte et chez l'enfant, dans la prise en charge des épilepsies partielles (avec ou sans généralisation secondaire) et généralisées (toniques, cloniques ou tonico-cloniques), en monothérapie ou en traitement associé à un autre traitement antiépileptique. Sous forme injectable, ce médicament est indiqué dans le traitement du mal épileptique après échec des benzodiazépines et/ou de la phénytoïne, ou en traitement temporaire des épilepsies partielles et généralisées, en relais de la voie orale ou lorsque la voie orale n'est pas utilisable. Le phénobarbital n'est en revanche pas indiqué dans les absences et les crises myoclonique qui peuvent être aggravées avec ce médicament. 

Quel est le nom commercial du phénobarbital ?

Le phénobarbital est commercialisé sous les noms commerciaux de Gardenal® (spécialité pharmaceutique la plus connue), Alepsal® (en association avec de la caféine), et Phénobarbital Richard ®.

Quels sont les dangers du phénobarbital ?

Outre les effets indésirables que ce médicament est susceptible d'entraîner (tels que de la somnolence, des troubles de la coordination, de l'équilibre, du comportement, de l'humeur, de la mémoire, du foie, du sang, des os et des articulations, des réactions cutanées, des nausées et vomissements ainsi que des réactions d'hypersensibilité), la prise de phénobarbital expose à certains dangers. La dépendance est l'un des principaux dangers du phénobarbital et s'observe surtout après une prise prolongée ainsi qu'en cas d'addiction à l'alcool. L'arrêt du traitement, s'il est envisagé, doit être très progressif afin d'éviter les symptômes du sevrage et la réapparition des crises d'épilepsie. De plus, une toxicité peut s'observer en cas de surdosage (symptômes tels que vomissements, confusion mentale, hypotension artérielle, difficultés respiratoires voire coma). Le phénobarbital présente également un danger accru en cas de grossesse car il est susceptible d'entraîner des malformations chez le fœtus : toute prise de phénobarbital par une femme en âge de procréer doit se faire exclusivement en l'absence de grossesse et avec une contraception efficace autre qu'hormonale (efficacité réduite en raison d'interaction médicamenteuse avec le phénobarbital). La femme doit être informée des risques tératogènes (de malformations).

Chez la femme qui allaite, la prise de phénobarbital est déconseillée car provoque une sédation chez le nourrisson et peut en conséquence contribuer à une difficulté de succion et freiner la prise de poids du bébé. Aussi, des réactions cutanées potentiellement graves voire fatales peuvent survenir lors de la prise du phénobarbital, tels qu'un syndrome de Stevens-Johnson, une nécrolyse épidermique toxique ou un syndrome de Lyell. Là-encore les patients doivent être informés de ces risques et étroitement surveillés durant le traitement. Un risque de suicide ne peut être exclu avec la prise de phénobarbital et nécessite une surveillance accrue en cas d'idées ou de comportements suicidaires. Enfin, le phénobarbital peut interagir avec de nombreux médicaments et ainsi voir son efficacité altérée ou encore modifier celle des médicaments concernés. Pour cette raison, la prise de certains médicaments en concomitance avec le phénobarbital peut être contre-indiquée, déconseillée ou faire l'objet de précautions d'emploi. Il est donc impératif de signaler au médecin et de demander un avis médical pour toute prise médicamenteuse envisagée lors d'un traitement par le phénobarbital.

Quelles sont les contre-indications du phénobarbital ?

Le phénobarbital est contre-indiqué en cas de porphyries (maladies rares affectant la peau et le système nerveux), en cas d'antécédents d'hypersensibilité aux barbituriques ou à un excipient du médicament, en cas d'insuffisance respiratoire sévère et en association avec certains médicaments comme le millepertuis, divers antiviraux (utilisés pour le traitement du VIH), l'ifosfamide (anticancéreux) et le voriconazole (antifongique). Il peut aussi diminuer l'efficacité des contraceptifs oraux (pilules). Il est également contre-indiqué chez la femme enceinte en raison de ses risques tératogènes. La prise d'alcool est formellement déconseillée lors d'un traitement par phénobarbital.

Principes et substances actives