Vaccination Covid Immunodéprimés : 3 doses, proches, recommandations

Les personnes immunodéprimées sont prioritaires à la vaccination anti Covid depuis janvier 2021 et elles doivent faire une troisième dose de vaccin. Si la vaccination n'est pas efficace, la HAS autorise le traitement Ronapreve® à utiliser en prévention et en cas de contact avec la maladie.

Vaccination Covid Immunodéprimés : 3 doses, proches, recommandations
© SOPA Images/SIPA

[Mise à jour le mercredi 15 septembre à 12h41] Depuis le 18 janvier 2021, les personnes sévèrement immunodéprimées sont prioritaires à la vaccination anti-covid en France car elles sont considérées comme à très haut risque de développer une forme grave du coronavirus Sars-CoV-2. Les personnes immunodéprimées ne bénéficient pas d'une protection immunitaire classique : leur système immunitaire est plus faible, et cela en fait un public vulnérable à la Covid-19. Depuis le 5 mai, elles doivent recevoir trois doses du vaccins.

3 doses pour les personnes sévèrement immunodéprimées

Les personnes sévèrement immunodéprimées doivent bénéficier d'une troisième dose de vaccin, a confirmé la Direction Générale de la Santé (DGS) le 5 mai conformément à l'Avis du 22 avril 2021 du Conseil d'Orientation de la Stratégie Vaccinale.

Il s'agit des personnes :

  • ayant reçu une transplantation d'organe ou de cellules souches hématopoïétiques ;
  • sous chimiothérapie lymphopéniante ;
  • traitées par des médicaments immunosuppresseurs forts, comme les antimétabolites (cellcept, myfortic, mycophénolate mofétil, imurel, azathioprine) et les AntiCD20 (rituximab : Mabthera, Rixathon, Truxima) ;
  • dialysées chroniques après avis de leur médecin traitant qui décidera de la nécessité des examens adaptés;
  • au cas par cas, les personnes sous immunosuppresseurs ne relevant pas des catégories susmentionnées ou porteuses d'un déficit immunitaire primitif.
  • (depuis le 18 juin) atteintes de leucémie lymphoïde chronique ou de certains types de lymphomes traités par antiCD20.

Cette décision est survenue suite à la publication de données qui ont montré que la réponse immunitaire suscitée après deux doses de vaccin était insuffisante chez ces personnes. "Un défaut de production d'anticorps a été observé notamment chez les personnes transplantées, les patients dialysés, et les patients recevant un traitement immunosuppresseur", indique la DGS. Cette troisième dose peut être administrée par l'équipe de soins habituelle ou dans un centre de vaccination sur présentation d'une prescription médicale ou du courrier envoyé par la Caisse Primaire d'Assurance Maladie aux personnes concernées.

Quel délai entre les doses ?

Le délai habituel entre les deux injections pour les vaccins à ARNm est de 6 semaines. "La seconde dose en vaccins Pfizer ou Moderna peut être réalisée, pendant la période estivale, non plus selon l'intervalle allant de 39 à 42 jours après la première dose (DGS-URGENT N°2021_43), mais selon un intervalle allant de 21 à 49 jours après la première dose. Cette modification est provisoire et exceptionnelle et doit ainsi permettre à chacun de concilier départ en vacances et injections dans un même lieu. S'agissant des centres de vaccination, les plateformes de prise de rendez-vous en ligne intègrent cette modification" a indiqué la DGS. Dans un communiqué, Ameli indique que si le patient a déjà reçu 2 injections de vaccin, il doit recevoir cette 3e injection 4 semaines après la 2e injection ou le plus rapidement possible si ce délai est dépassé. "Cette 3e injection peut être administrée par le médecin traitant, l'équipe de soins habituelle (par exemple dans la structure de dialyse) ou dans n'importe quel centre de vaccination sur présentation d'une prescription médicale ou du courrier d'information envoyé prochainement par l'Assurance Maladie (voir l'encadré ci-après). Dans les autres cas, le rendez-vous pour la 3e injection doit être donné au patient à l'issue de la 2e injection."

Quel parcours vaccinal pour les personnes immunodéprimées ? 

Deux schémas vaccinaux sont proposés aux personnes immunodéprimées selon leur âge.

→ Pour les moins de 55 ans : 

  1ère dose 2ème dose 3ème dose
Personnes ayant reçu une
première dose de vaccin AstraZeneca avant le
19 mars mais n'ayant pas encore reçu une seconde dose de vaccin
AstraZeneca Pfizer-BioNTech ou
Moderna
12 semaines après
la 1ère injection
Pfizer-BioNTech ou
Moderna
4 semaines après la 2ème injection
Personnes ayant reçu une première dose de vaccin à ARNm Pfizer-BioNTech ou
Moderna
Pfizer-BioNTech ou
Moderna
4 semaine après la 1ère injection
Pfizer-BioNTech ou
Moderna
4 semaines après la 2ème injection ou le plus rapidement
possible si ce délai est dépassé

→ Pour les plus de 55 ans

  1ère dose 2ème dose 3ème dose
Schéma vaccinal avec AstraZeneca AstraZeneca AstraZeneca
12 semaines après
la 1ère injection
AstraZeneca
4 semaines après la 2ème injection
Schéma vaccinal avec vaccins à ARNm Pfizer-BioNTech ou
Moderna
Pfizer-BioNTech ou
Moderna
4 semaines après la 1 ère injection
Pfizer-BioNTech ou
Moderna
4 semaines après la 2ème injection ou le plus rapidement
possible si ce délai est dépassé

Quelle vaccination pour une personne immunodéprimée ayant eu la Covid-19 ? 

D'ordinaire, les personnes ayant contracté la Covid-19 n'ont besoin que d'une seule dose de vaccin. La consigne change en cas d'immunodépression : "Les personnes présentant une immunodépression avérée (en particulier celles qui reçoivent un traitement immunosuppresseur) doivent, après un délai de 3 mois après le début de l'infection par le SARS-CoV-2, être vaccinées par le schéma habituel." En clair, elles doivent recevoir trois doses et non une seule.

Quelle vaccination pour les proches des personnes immunodéprimées ? 

Le 22 avril, le ministère de la Santé a annoncé qu'à partir du lundi 26 avril "les proches de personnes (sévèrement) immunodéprimées pourront se faire vacciner, quel que soit leur âge, pour continuer de protéger leurs proches vulnérables face au virus". Sont concernés : les adultes vivant dans le même foyer qu'une personne sévèrement immunodéprimée, enfant ou adulte, transplantés d'organes solides, transplantés récents de moelle osseuse récents, patients dialysés, patients atteints de maladies auto-immunes sous traitement immunosuppresseur fort de type anti-CD20 ou anti-métabolites. Comme l'indique le Conseil scientifique du Covid dans un Avis du 6 avril 2021, "une telle recommandation est justifiée par les récentes données publiées suggérant une efficacité des vaccins à ARNm contre la transmission de la maladie : des études israélienne et danoise en vie réelle ont montré une efficacité contre toute infection à SARS-CoV2 de l'ordre de 65 à 90% selon l'âge, suggérant également une prévention de la transmission virale par les personnes vaccinées". La vaccination est recommandé en France pour les proches de personnes immunodéprimées, conformément à la recommandation du 29 avril 2021 de la Haute Autorité de Santé. Cette vaccination concerne :

  • Les proches des personnes immunodéprimées de plus de 16 ans vivants sous le même toit que le sujet fragile. Ils doivent se faire vacciner avec le sérum de Pfizer-BioNTech puisque c'est le seul vaccin à date à pouvoir être utilisé sur cette tranche d'âge de la population. 
  • Les personnes au contact du sujet fragile de manière régulière et fréquente, à titre professionnel ou non, pour accomplir à son domicile des activités de la vie quotidienne, rapporte la DGS.

Les personnes concernées ont accès à la vaccination en centre de vaccination.

Sources

Evolutions diverses de la campagne vaccinale, DGS, 18 juin 2021

Précisions sur la vaccination Covid-19 : modalités d'administration des rappels et vaccination des personnes immunidéprimées et de leurs proches. DGS. 5 mai 2021.

Conseil d'Orientation de la Stratégie Vaccinale Avis du 6 avril 2021 : Elargissement des priorités d'accès à la vaccination antiCovid-19. 

Stratégie de vaccination contre le SARS-CoV-2 - Vaccination prioritaire de l'entourage des personnes immunodéprimées contre le SARS-Cov 2. Recommandation vaccinale. 30 avril 2021.

Vaccins contre le Covid