Vaccin Novavax et Covid : origine, composition, quand en France ?

Il pourrait être le prochain vaccin autorisé dans l'Union europe. Le vaccin de la société américaine Novavax fait en tout cas l'objet d'une étude continue de la part de l'Agence européenne du médicament (EMA). Sur quelle technologie s'appuie ce vaccin ? Quelle est son efficacité ? On fait le point.

Vaccin Novavax et Covid : origine, composition, quand en France ?
© SOPA Images/SIPA

Le comité des médicaments de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé dans un communiqué du 3 février 2021 avoir entamé un examen continu du NVX-CoV2373, un vaccin COVID-19 en cours de développement par Novavax CZ AS (une filiale de Novavax, Inc.). Selon des résultats préliminaires, le vaccin déclenche la production d'anticorps et de cellules immunitaires qui ciblent le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19. La société mène actuellement des essais chez l'homme pour évaluer sa sécurité, son immunogénicité (dans quelle mesure elle déclenche une réponse contre le virus) et son efficacité contre le COVID-19. "L'examen continu se poursuivra jusqu'à ce que suffisamment de preuves soient disponibles pour une demande d'autorisation de mise sur le marché officielle" indique l'EMA.

Origine : de quel pays vient-il ?

NVX-CoV2373 est le vaccin candidat de Novavax contre le Covid-19, une entreprise de biotechnologie américaine. Le développement du sérum a notamment été développé avec l'appui financier de la CEPI, (Coalition for Epidemic Prepardness Innovations) déjà impliquée dans l'élaboration des vaccins de Moderna et AstraZeneca. Le vaccin est actuellement en essai clinique de phase 3 dans plusieurs pays et Novavax a publié le 11 mars les résultats définitifs des essais cliniques de phase 3 menés au Royaume-Uni.    

Composition 

Le vaccin de Novavax "se compose de la protéine Spike (S) du Sars-Cov-2, insérée dans une nanoparticule lipidique qui permet de reproduire sa présentation naturelle. A cela est ajouté un adjuvant, la Matrix-M – un dérivé de la saponine du bois de panama - qui permet de stimuler la réponse immunitaire", explique le Pr. Mathieu Molimard, chef du service de pharmacologie médicale au CHU de Bordeaux, contacté par le Journal des Femmes. La protéine S, protéine de pointe du virus qui accroche les cellules de l'organisme, utilisée par le vaccin Novavax est produite dans des cellules d'insecte. Elle ne peut ni se dupliquer ni causer le Covid-19.

Principe du vaccin Novavax

Le vaccin de Novavax ne s'appuie pas sur la technologie dite de l'ARN messager, comme celle utilisée par les vaccins de Pfizer/BioNTech et Moderna. Il s'agit d'un vaccin basé sur le principe des protéines recombinantes ou "sous-unitaire", élaboré avec la protéine S du virus qui déclenche une réponse immunitaire sans virus. Selon la définition de l'Inserm, "les vaccins sous-unitaires contiennent des fragments de microbe purifiés, nécessaires et suffisants pour apprendre au système immunitaire à reconnaître le germe entier. C'est le cas des vaccins contre le pneumocoque, le méningocoque ou encore la coqueluche (…) Les vaccins sous-unitaires ne présentent pas de risques infectieux et sont mieux tolérés que les vaccins inactivés. Mais leur capacité à induire une réponse immunitaire peut être faible (vaccins peu immunogènes). Ils nécessitent donc plusieurs injections et des rappels pour une immunisation à long terme, ainsi que l'ajout d'adjuvants permettant d'améliorer la réponse immunitaire induite." D'où l'ajout de l'adjuvant Matrix-M, développé par Novavax, qui permet de déclencher la réponse immunitaire et de stimuler les anticorps neutralisants.

Lorsqu'une personne reçoit le vaccin, son système immunitaire identifie les particules protéiques comme étrangères et produit des défenses naturelles - anticorps et cellules T - contre elles. Si plus tard, la personne vaccinée entre en contact avec le Sars-CoV-2, le système immunitaire reconnaîtra la protéine de pointe sur le virus et sera prêt à l'attaquer. Les anticorps et les cellules immunitaires peuvent protéger contre le Covid-19 en travaillant ensemble pour tuer le virus, empêcher son entrée dans les cellules du corps et détruire les cellules infectées.

Quelles sont les études en cours ? 

NVX-CoV2373 est en cours d'évaluation dans deux essais pivots de phase 3, un essai au Royaume-Uni qui a démontré une efficacité de 96,4% contre la souche virale d'origine et de 89,7% dans l'ensemble, et l'essai PREVENT-19 aux États-Unis et au Mexique qui a débuté en décembre 2020. Il est également testé dans le cadre de deux études de phase 2 en cours qui ont débuté en août 2020 : un essai de phase 2b en Afrique du Sud qui a démontré une efficacité de 48,6% contre une nouvelle variante d'évasion émergente et une poursuite de phase 1/2 aux États-Unis et en Australie.

Quand en Europe, en France ?

"Un accord sur un stock de 100 millions de doses, puis 100 millions supplémentaires aurait été passé entre l'Europe et le laboratoire Novavax", avance le Pr. Mollimard. Mais aucun contrat n'aurait encore été signé. En mars, le laboratoire avait annoncé son souhait de formuler une demande d'autorisation en urgence au Royaume-Uni et aux Etats-Unis pour le deuxième trimestre 2021. Aucune information n'est disponible concernant l'Europe. Novavax faisant toutefois l'objet d'une étude en continu de de l'EMA, la demande d'autorisation ne devrait plus tarder. 

Quelle efficacité selon les essais cliniques ?

Novavax a communiqué le 11 mars les résultats définitifs des essais cliniques de phase 3 menés au Royaume-Uni sur près de 15.000 patients. Le vaccin, selon les résultats communiqués par l'entreprise, aurait une efficacité de 96,4% contre la souche historique du virus et 86,3% contre le variant britannique (B.1.1.7). Les résultats pour le variant sud-africain tombent à 48,6%, selon les résultats d'essais cliniques de phase 2B menés sur 2265 personnes en Afrique du Sud. Dans un communiqué publié en janvier, affichant des résultats intermédiaires similaires, le laboratoire américain indiquait lancer le développement d'un vaccin ciblant le variant sud-africain. Il s'agirait d'utiliser la même technologie des protéines recombinantes mais avec la protéine Spike mutée du variant B.1.351. NVX-CoV2373 serait également efficace contre les formes graves du Covid-19, le laboratoire annonçait en effet 100 % de protection contre les formes sévères de la maladie dans son communiqué du 11 mars. Toutefois, pour l'heure, seuls les communiqués de presse du laboratoire sont disponibles. "Je recommande d'être prudent avec ces chiffres tant qu'on n'a pas les articles ou les rapport des agences de médicament", commente pour Le Journal des Femmes Mathieu Molimard. 

Quels effets secondaires ?

Le vaccin "a été généralement bien toléré (...) lors des tests cliniques de phase 1/2" indique le fabricant dans un communiqué du 5 avril. Selon les données à disposition et disponibles sur Vidal.fr, spécialiste des médicaments, "les effets indésirables ont essentiellement été des réactions post-injection : maux de tête, courbatures, fatigue, réaction locale au point d'injection. Ces effets  étaient moins intenses chez les personnes de plus de 60 ans et plus fréquemment observés après la 2e injection (fatigue, maux de tête, courbatures, durée moyenne de 2 jours)."

Injections et conditionnement 

Le vaccin de Novavax se conserve entre 2 degrés et 8 degrés et est administré en deux doses à 21 jours d'intervalle. Il est conditionné sous forme liquide dans des flacons de 10 doses.  

Sources : 

• Novavax Initiates COVID-19 Vaccine Clinical Trial Crossover. 5  avril 2021. 

• Novavax Confirms High Levels of Efficacy Against Original and Variant COVID-19 Strains in United Kingdom and South Africa Trials. 11 mars 2021.

Merci au Pr. Mathieu Molimard, chef du service de pharmacologie médicale au CHU de Bordeaux.

Traitements et vaccins