Acné tardive chez la femme : causes, que faire ?

L'acné n'est pas réservée à la puberté et aux adolescents. Les adultes aussi peuvent avoir des boutons : c'est ce qu'on appelle l'acné tardive. Pourquoi ? Que faire ? Quelles solutions pour vaincre ou soulager une poussée d'acné ? Le Dr Nina Roos, dermatologue nous éclaire.

Acné tardive chez la femme : causes, que faire ?
© georgerudy - 123RF

Définition : qu'est-ce que l'acné tardive ?

L'acné est une affection cutanée provoquée par une inflammation des glandes sébacées et excès de sébum. Elle peut survenir chez les enfants, les adolescents ou à l'âge adulte. On parle d'acné tardive lorsqu'elle concerne les adultes. "Il peut s'agir d'une acné adolescente qui se prolonge. L'acné peut également démarrer à partir de 20 ans", indique Nina Roos, dermatologue et auteur du livre Une peau en pleine forme aux éditions Solar. Cette forme d'acné est difficile à traiter car les causes sont multiples. "Des facteurs sur lesquels on ne peut pas toujours faire grand chose. La pression au bureau, le surmenage… sont autant de sources de stress que l'on peut difficilement maîtriser. Quand on soigne un patient, il faut s'adapter à une réalité de terrain".

Femmes concernées

L'acné tardive touche essentiellement les femmes. Certaines ont souffert d'acné pendant l'adolescence, d'autres n'en ont jamais eue avant l'âge adulte. Elle est souvent mal vécue par les patientes. "Avant, on ne souciait pas de la portée psychologique de l'acné, on la prend maintenant en compte quand on pose un diagnostic et préconise un traitement, estime la dermatologue. Les femmes qui ont peu de boutons le vivent parfois plus mal que celles qui en ont beaucoup".

Type d'acné chez la femme adulte

Il existe deux formes d'acné chez la femme adulte :

  • L'acné rétentionnelle se caractérise par des points noirs et des petits boutons blancs.
  • L'acné inflammatoire s'accompagne, quant à elle, de boutons kystiques et douloureux.

On observe, par ailleurs, plusieurs stades en fonction de la quantité de boutons. "On parle d'acné légère lorsque la patiente a très peu de lésions, moins de dix, d'acné sévère lorsque les lésions sont très nombreuses, d'acné moyenne lorsque l'on se situe entre les deux", relève Nina Roos.

Causes

"Les causes sont multi-factorielles", estime Nina Roos. L'acné tardive peut être d'origine génétique "si les parents ou les grands-parents en ont souffert". Elle peut aussi être liée et accentuée par des troubles hormonaux, le stress, la pollution, le tabac, les cosmétiques utilisés, l'alimentation ou encore une contraception mal adaptée. "Généralement, ces causes s'additionnent dans des proportions variables".

Acné hormonale chez la femme

L'acné tardive peut être liée à un dérèglement hormonal chez la femme. "Cette modification hormonale est spontanée. On sait, par exemple, que la fertilité diminue passé 30 ans", indique la spécialiste. Elle peut également être liée au cycle menstruel et à la fluctuation des hormones en fonction de l'irrégularité des cycles, un arrêt de pilule, au cours d'une grossesse ou de la ménopause.

Zone : menton, cou

L'acné tardive est généralement localisée sur "la zone de la barbe", c'est-à-dire, le menton, le cou mais aussi sous les oreilles. "Elle se caractérise par des gros boutons rouges kystiques qui ne partent pas". Il arrive, dans certains cas, que l'acné soit davantage étendue au niveau "du visage, du décolleté et du dos". Les boutons peuvent persister pendant plusieurs mois et peuvent, parfois, apparaître par poussées lors d'une modification du mode de vie. L'acné est inflammatoire.

Que faire ?

"Il faut tout d'abord procéder à un interrogatoire afin de savoir sur quoi on peut agir. Si l'acné est liée à l'alimentation, on recommandera à la patiente de consommer moins d'aliments sucrés, d'éviter le gras et les plats industriels. Un régime anti-acné évite parfois le recours aux traitements plus lourds", précise notre interlocutrice. Il convient de trouver un traitement adapté en fonction des "contraintes, attentes et du mode de vie de la personne". Le traitement doit être sur-mesure. "Parfois on tâtonne, mais il ne faut jamais se décourager", tient à préciser le Dr Roos. 

Crème

Dans un premier temps, le dermatologue prescrit des traitements locaux à base de vitamine A acide et/ou de peroxyde de benzoyle. Il s'agit d'appliquer la crème à raison d'une fois par jour sur l'ensemble du visage et pas uniquement sur les boutons pour une meilleure efficacité. Lorsque ce traitement est efficace, les boutons disparaissent au bout de deux ou trois mois.

Traitement et solutions

Dans le cas où un traitement local ne suffirait pas, le dermatologue peut y associer la prise d'antibiotiques de la famille des cyclines par voie orale pendant trois à six mois. Le sujet d'une prise de contraception peut être discutée à ce moment-là. Si l'acné persiste, le spécialiste prescrira de l'isotrétinoïne en cure de six à douze mois. Précisons que, comme tous médicaments, ces traitements peuvent provoquer des effets secondaires :

  • sécheresse cutanée et muqueuse
  • plus rarement élévation du cholestérol,
  • hausse des triglycérides ou des enzymes hépatiques.

"L'important est d'avancer pas à pas. On est souvent obligé d'y passer du temps. Mais il ne faut jamais désespérer", précise la dermatologue. A noter que ces traitements sont incompatibles avec une grossesse. Ils peuvent entraîner des malformations du fœtus. La seule alternative ? Les traitements locaux.

Il est important de bien se laver le visage matin et soir.

Avec quoi se laver le visage ?

Quand on souffre d'acné, il est important de bien se laver le visage matin et soir afin d'éliminer les traces de maquillage, la poussière ou la pollution susceptibles d'obstruer les pores de la peau. "Pour les peaux sensibles, on recommande de laver le visage avec de l'eau micellaire ou du lait démaquillant que l'on rince avec un brumisateur d'eau thermale. Je déconseille l'eau du robinet, précise Nina Roos. Pour les peaux mixtes à grasses, pour les fumeuses, les personnes qui sont sensibles à la pollution, on conseille un gel moussant pour les peaux acnéiques".

Faut-il (re)prendre la pilule pour faire disparaître les boutons ?

"Certaines pilules de 3e génération permettent de lutter efficacement contre l'acné. Mais il n'est pas obligatoire d'y avoir recours, admet la dermatologue. Elles ne doivent pas être prescrites en première intention. Si un dermatologue explique que c'est la seule solution, je recommande aux patientes d'en changer. Parfois deux avis valent mieux qu'un".

Merci au Dr Nina Roos, dermatologue.

Maladies et infections de la peau