Intertrigo : symptômes, cause, pommade, c'est quoi ?

Rougeurs localisées dans les plis du corps, l'intertrigo est le résultat d'une macération cutanée pouvant être d'origine infectieuse ou inflammatoire. Diabète, obésité et prise de cortisone sont des facteurs favorisants.

Intertrigo : symptômes, cause, pommade, c'est quoi ?
© Maria Fuchs-Adobestock

Définition : c'est quoi l'intertrigo ? 

L'intertrigo est une inflammation cutanée localisée au niveau des plis comme les grands plis inguinaux, sous-mammaires, axillaires, abdominaux, interfessiers ou les petits plis interorteils, ombilic… 

Cause : comment s'attrape l'intertrigo ? 

Il existe deux types d'intertrigo : 
L'intertrigo infectieux : celui-ci est généralement dus à des bactéries ou des mycoses. "Les deux familles de champignons les plus répandues sont les dermatophytes et les candida albicans", explique le Dr Flora Fischer, dermatologue. En théorie, l'intertrigo infectieux est contagieux "mais en pratique, les personnes atteintes sont souvent des personnes en obésité, diabétiques, des athlètes dont les pieds auraient macéré dans des chaussettes humides, ou encore des personnes sous traitement antibiotique à large spectre"
L'intertrigo inflammatoire : celui-ci n'est pas contagieux et est dû à psoriasis ou encore de l'eczéma. 

Quels sont les symptômes de l'intertrigo ? 

L'intertrigo entraîne généralement des rougeurs localisées et des démangeaisons. Les rougeurs apparaissent lorsque le frottement et l'humidité induisent une macération avec inflammation de la peau. Celles-ci peuvent être différentes selon la cause. "L'intertrigo lié à un champignon type dermatophyte entrainera des rougeurs avec des bordures très nettes. L'intertrigo lié à un champignon type candida entraînera plutôt des rougeurs aux bords plus irréguliers éventuellement accompagnées de micro pustules", prévient Flora Fischer. Certaines bactéries peuvent, quant à elles, engendrer des plaques plutôt marrons et non pas rouges.

Comment reconnaître l'intertrigo génital ? 

Peu importe la zone, l'intertrigo se manifeste par une éruption cutanée souvent rougie pouvant démanger. L'apparence ne sera pas toujours exactement la même d'un intertrigo à un autre selon l'agent en cause.  

Comment reconnaître l'intertrigo inguinal ? 

Vous pouvez reconnaître un intertrigo inguinal en repérant des régions rougies situées dans les plis de l'aine, à l'intérieur des cuisses ou vers l'anus. 

Comment soigner l'intertrigo ? 

Le traitement dépend de la cause de l'intertrigo. "Tout d'abord, il est nécessaire de faire de la prévention en évoquant des mesures d'hygiène permettant de limiter le risque d'intertrigo." Pour cela, il est nécessaire de toujours bien laver et sécher quotidiennement les plis, laver à 60 °C les sous-vêtements mais aussi les chaussettes, lutter contre les facteurs favorisants ou aggravants tels que le diabète, l'obésité ou encore la prise de cortisone. Si l'intertrigo est dû à un champignon (dermatophytes ou candida albicans), le traitement proposé est souvent l'application locale d'antifongiques sous forme de crèmes durant trois à quatre semaines. Ne jamais appliquer de cortisone si la cause de l'intertrigo est infectieuse car cela favorise la prolifération des champignons. "Si la localisation est très étendue, on peut s'aider de traitements antifongiques par voie orale", précise le Dr Fischer. Si l'intertrigo est d'origine non infectieuse et entraînée par du psoriasis ou de l'eczéma, le médecin peut prescrire des dermocorticoïdes.

Quelles crèmes et pommades ?

Les crèmes ou pommades antifongiques les plus utilisées sont l'Econazole ou la Ciclopiroxolamine. Si l'intertrigo est causé par une bactérie, un antibiotique local tel que l'Erythromycine peut être utilisé. 

Merci au Dr Flora Fischer, dermatologue et auteure du livre Confidences d'une dermatologue (Editions Robert Laffont). 

Maladies et infections de la peau