Présence de cellules épithéliales nombreuses : le signe d'une infection

Lors d'un frottis vaginal, l'examen des cellules épithéliales peut mettre à jour une éventuelle infection bactérienne. Le point sur le mode de réalisation de cet examen et les germes en cause dans ce type d'infection avec Léa Marchal, sage-femme.

Pourquoi réaliser un frottis cervical ?

Léa Marchal rappelle le rôle principal du frottis cervical : "Le frottis cervico-utérin a pour objectif premier le dépistage du cancer du col de l'utérus. On peut éventuellement relever la présence de germes au décours de cet examen mais ce n'est pas l'objectif. Il s'effectue à l'aide d'une petite brosse ou d'une spatule qui viennent frotter l'intérieur (endocol) et l'extérieur (exocol) du col de l'utérus. Cet examen nécessite la pose d'un spéculum."  Il s'adresse "aux femmes non hystérectomisées, non enceintes et ayant eu des rapports sexuels" et "est recommandé pour les femmes à partir de 25 ans puis, s'il est normal, tous les 3 ans jusqu'à 64 ans".

Qu'est-ce qu'une cellule épithéliale ?

L'épithélium correspond au tissu cellulaire recouvrant soit la surface externe de l'organisme, peau et muqueuse, soit les cavités internes. Celui-ci est composé de cellules épithéliales, de formes et de dimensions très variées. La muqueuse du vagin est donc également composée de cellules épithéliales. 

Cellules épithéliales nombreuses

Léa Marchal explique que le frottis n'est pas obligatoire pour vérifier la présence de germes : "Si l'on suspecte une infection vaginale, nous réalisons un prélèvement vaginal simple : on frotte un coton-tige sur les parois vaginales et on envoie en analyse au laboratoire qui nous rend un résultat avec les germes retrouvés dans le prélèvement."

Un nombre élevé de cellules épithéliales ainsi que la présence de germes fixés sur celles-ci (alors appelées "clue cells"), sont la signature d'une infection bactérienne. Différentes bactéries peuvent être à l'origine d'une infection vaginale, sexuellement transmissibles ou non. Les germes en cause sont identifiés après culture sur milieux adéquats. Les plus fréquents sont Gardnerella vaginalis, Gardnerella mobiluncus, Chlamydia phacomatosis, Mycoplasma hominis, Peptostreptococcus species et Ureaplasma urealyticum. L'examen peut également révéler d'autres types de pathologies comme le Trichomonas vaginalis (parasitose) ou plus fréquemment une mycose vaginale provoquée par le champignon candida albicans.

Traitements

Le traitement proposé dépendra du germe à l'œuvre dans l'infection. Il pourra aller de la prescription d'antifongiques par voie vaginale ou orale s'il s'agit d'une mycose, à la prescription d'antibiotiques, s'il s'agit d'une infection parasitaire ou microbienne.

Merci à Léa Marchal, sage-femme.

Présence de cellules épithéliales nombreuses : le signe d'une infection
Présence de cellules épithéliales nombreuses : le signe d'une infection

Sommaire Rôle du frottis Définition d'une cellule épithéliale Cellules épithéliales nombreuses Traitements Pourquoi réaliser un frottis cervical ? Léa Marchal rappelle le rôle principal du frottis cervical : "Le frottis...