Dyspnée : définition, stades, traitement

Aussi appelée essoufflement, la dyspnée se traduit par une sensation de gêne respiratoire et des difficultés à inspirer et à expirer. Causes, diagnostic, traitement… Le point avec le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste auteur du livre 20 plantes médicinales pour se soigner tous les jours (éditions Leducs).

Dyspnée : définition, stades, traitement
© Wavebreak Media Ltd - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'une dyspnée ?

La dyspnée désigne une difficulté à respirer. Les symptômes de la dyspnée peuvent varier suivant la pathologie l'engendrant : elle peut être accompagnée d'une modification du rythme respiratoire telle qu'une accélération que l'on appelle tachypnée ou polypnée, ou une décélération, la bradypnée. Elle peut affecter le temps inspiratoire, ou le temps expiratoire, voire les deux.  "La dyspnée peut être aigue ou chronique. Elle peut être déclenchée à l'effort et même au repos", souligne le Dr Aubé.

Types de dyspnée

Dyspnée de Kussmaul

Elle se manifeste par une respiration plus rapide et plus difficile que la normale. La dyspnée de Kussmaul peut aussi être le signe d'une complication du diabète, l'acidocétose, c'est-à-dire l'accumulation dans le sang de substances acides.

Dyspnée inspiratoire

Elle se caractérise par une augmentation du temps d'inspiration, entraînant un tirage inspiratoire, notamment des ganglions lympathiques sus-claviculaires situés de chaque côté de la partie inférieure du cou, sus-sternal, c'est-à-dire d'un creusement du thorax et d'une douleur basi-thoracique.

Dyspnée laryngée

La dyspnée laryngée est la plupart du temps aiguë et elle peut engager le pronostic vital du sujet. Chez l'enfant, les trois causes principales sont : la laryngite sous-glottique, l'épiglottite et le corps étranger. Chez l'adulte, la dyspnée laryngée peut résulter d'un cancer laryngé, d'un œdème laryngé, d'une sténose laryngée post-traumatique ou encore d'une paralysie laryngée bilatérale.

Dyspnée aiguë

La dyspnée est une cause fréquente de consultation aux urgences. Elle peut intervenir dans le cadre d'une attaque de panique ou révéler une insuffisance cardiaque aiguë.

Dyspnée paroxystique

La dyspnée paroxystique nocturne se caractérise par une sensation d'étouffement qui oblige la personne à s'asseoir pour reprendre son souffle. Elle résulte du rétrécissement de la valve située entre le ventricule gauche et l'oreillette gauche.

Dyspnée cardiaque

La dyspnée cardiaque traduit une insuffisance de fonctionnement de la pompe cardiaque : la personne n'arrive plus à s'adapter à l'augmentation des besoins en sang de son organisme. Le patient ressent alors une sensation d'étouffement et d'oppression au niveau du thorax.

Dyspnée d'effort

La dyspnée est une difficulté à respirer et l'on parle de dyspnée d'effort lorsque cette gêne respiratoire survient exclusivement au cours d'un effort. La dyspnée d'effort peut refléter une pathologie pulmonaire comme un asthme d'effort, mais également une insuffisance cardiaque. Elle apparaît en réponse à l'incapacité par le cœur de s'adapter aux besoins accrus de l'organisme lors d'un effort. Plus la maladie en cause évolue, plus cette difficulté respiratoire se manifestera pour des efforts minimes ; à un stade avancé, elle apparait même au repos.

Dyspnée de Cheynes- Stokes

La respiration de Cheyne-Stokes, ou RCS en abrégé, correspond à une anomalie du rythme respiratoire périodique. Ce type de trouble se caractérise par une alternance entre des phases d'apnée, c'est-à-dire un arrêt de la ventilation pulmonaire, et d'hyperpnée, soit une augmentation de l'amplitude des mouvements respiratoires. Décrite pour la première fois en 1818 par John Cheyne, puis complétée par William Stokes en 1854, la respiration de Cheyne-Stokes touche souvent des sujets atteints d'une insuffisance cardiaque.

Causes

Ses causes sont nombreuses :

  • respiratoires : asthme, BPCO, emphysème pulmonaire, bronchiolites, infections respiratoires, cancers bronchiques, embolie pulmonaire, tabagisme, obstruction par un corps étranger
  • cardiaques : toutes les causes d'insuffisance cardiaque, angine de poitrine, infarctus, valvulopathie…
  • neurologiques : toutes les maladies neuromusculaires susceptibles de dégrader les performances des muscles respiratoires : polio, syndrome de Guillain Barré 
  • métaboliques :  l'obésité est une cause fréquente de dyspnée. 
  • hématologique : l'anémie peut être cause de dyspnée

Symptômes

La dyspnée se traduit par des difficultés à respirer. Elle peut entraîner une modification du rythme respiratoire, de la toux ainsi qu'une sensation de tirage intercostal.

Diagnostic

"Le diagnostic de la dyspnée (et de sa cause) nécessite plusieurs étapes dans les examens", note le Dr Patrick Aubé : 

  • Examen clinique 
  • Prise de sang 
  • Test cardiaque d'effort
  • Électrocardiogramme 
  • Mesure de la gazométrie artérielle 
  • Radiographie du thorax 
  • Exploration fonctionnelle respiratoire
  • Échographie cardiaque...

Traitement

"Son traitement est aussi varié que ses origines : oxygénothérapie dans les dyspnées d'origine respiratoire, apport de fer dans les anémies, chirurgie cardiaque dans les atteintes valvulaires, perte de poids dans les surcharges pondérales…c'est essentiellement la cause qu'il convient de soigner", conclut le médecin généraliste.

Merci au Dr Patrick Aubé, médecin généraliste auteur du livre 20 plantes médicinales pour se soigner tous les jours aux éditions Leducs.

Dyspnée : définition, stades, traitement
Dyspnée : définition, stades, traitement

Sommaire Définition Types de dyspnée Dyspnée de Kussmaul Dyspnée inspiratoire Dyspnée laryngée Dyspnée aiguë Dyspnée paroxystique Dyspnée cardiaque Dyspnée d'effort Dyspnée de Cheynes- Stokes Causes ...