Asthme à l'effort : symptômes, sport, que faire en cas de crise ?

Chargement de votre vidéo
"Asthme à l'effort : symptômes, sport, que faire en cas de crise ?"

Un asthme à l'effort, également appelé Asthme Induit par l'Exercice (AIE), ne doit pas être une fatalité. Il existe des traitements efficaces qui permettent de l'éviter et d'avoir une pratique sportive sous certaines conditions. Explications avec le Pr Alain Didier, chef du service pneumologie et allergologie au CHU de Toulouse.

Définition : qu'est-ce que l'asthme à l'effort ?

L'asthme provoqué par l'effort, également appelé Asthme Induit par l'Exercice (AIE), survient chez une grande majorité des asthmatiques, notamment chez les enfants tout particulièrement lorsque l'asthme n'est pas bien équilibré par le traitement. L'asthme induit par l'exercice est déclenché par un certain type d'effort qui entraîne une hyperventilation prolongée associant un refroidissement et une déshydratation des voies aériennes, c'est-à-dire des bronches. L'asthme d'effort est parfois le premier signe d'asthme pour quelqu'un qui n'a jamais eu de crise d'asthme jusque-là. Une toux sèche ou une respiration sifflante survient environ 1 minute après l'arrêt de l'exercice physique, pouvant parfois s'aggraver et déclencher une véritable crise d'asthme. Les symptômes surviennent le plus souvent non pas au cours de l'effort, mais à l'arrêt de l'effort : l'enfant ou l'adulte présente alors des difficultés respiratoires, parfois une sensation de brûlure thoracique, ou/et un épisode de toux. Ces symptômes peuvent se prolonger quelques secondes, voire quelques minutes puis s'estomper. Il arrive parfois que la gêne soit plus importante.

Quelles sont les causes ?

Tous les sports peuvent provoquer un asthme d'effort mais plus particulièrement ceux entraînant une hyperventilation. Certains sports, comme le jogging, le vélo, provoquent plus particulièrement l'asthme d'effort encore appelé l'asthme induit par l'exercice. L'air froid et sec représente un facteur d'aggravation de l'asthme d'effort. De nombreux enfants ou adultes sont davantage gênés lorsqu'ils courent par temps froid et sec. L'association d'un effort, d'un air froid et d'une hyperventilation peut déclencher une crise d'asthme chez certaines personnes.

Quels sont les symptômes ?

Le diagnostic de l'asthme d'effort est très rapidement effectué par des praticiens ayant l'habitude de diagnostiquer et surveiller les personnes atteintes d'asthme : La survenue d'une toux se prolongeant quelques minutes et apparaissant quelques instants après l'arrêt d'un effort évoque rapidement le diagnostic. Pourtant de nombreuses personnes présentent ce type de manifestation qui les handicape pendant de nombreuses années sans recevoir aucun traitement. Une étude effectuée auprès d'une centaine de sportifs a révélé que 40% d'entre eux présentait un asthme d'effort qu'ils ignoraient pour la plupart. Une grande proportion des épisodes d'asthme d'effort les plus sévères a été rapportée chez des sportifs de moins de 21 ans au cours de compétitions. Il semble nécessaire de rechercher un asthme d'effort plus systématiquement chez les sportifs. Certains sports, comme le jogging, le vélo, le ski de fond provoquent plus particulièrement l'asthme d'effort encore appelé asthme induit par l'exercice.

Qui consulter ?

"Si ces manifestations respiratoires sont isolées à l'exercice en dehors de tout contexte d'asthme connu, il est souhaitable de consulter un pneumologue ou un médecin du sport qui pourra grâce à différents tests de mesure du souffle et/ou d'exercice confirmer ce diagnostic d'AIE, insiste notre interlocuteur. Si ces manifestations surviennent dans un contexte d'asthme connu, le patient devra se rapprocher du médecin qui prend en charge son asthme pour réajuster son traitement de fond ".

Quel est le diagnostic ?

Le diagnostic de l'asthme d'effort est très vite effectué par des praticiens qui ont l'habitude de diagnostiquer et de surveiller les personnes atteintes d'asthme. La survenue d'une toux qui se prolonge quelques minutes et apparaît quelques instants après l'arrêt d'un effort permet d'évoquer rapidement le diagnostic. Néanmoins de nombreuses personnes présentent ce type de symptôme qui les handicape pendant de nombreuses années sans recevoir aucun traitement. La pratique d'une EFR, exploration fonctionnelle respiratoire est le seul examen permettant de surveiller correctement un asthme.

Que faire en cas de crise ?

"L'asthme induit par l'exercice cède généralement spontanément en quelques minutes, rassure le spécialiste. Si ce n'est pas le cas ou si la gêne est trop importante la prise d'une à deux bouffées d'un béta2 mimétique de courte durée d'action type salbutamol ou terbutaline permet de soulager rapidement le patient ".

Quels traitements pour la soigner ?

Asthme induit par l'exercice isolé avec fonction ventilatoire normale entre les crises

"La prise quotidienne d'un antileucotriène le soir au coucher, pour les enfants âgés de plus de 6 ans peut être proposée ", précise le médecin. Cette possibilité est réservée aux enfants présentant uniquement un asthme induit par l'exercice. D'autres possibilités thérapeutiques existent et pourront être mises en place par le médecin.

Asthme d'effort dans un contexte d'asthme

L'asthme d'effort révèle souvent, lorsque celui-ci n'est pas encore diagnostiqué, un asthme qui nécessite alors un traitement de fond. "Celui-ci repose le plus souvent sur un traitement corticoïde inhalé à faible dose associé ou non avec un bronchodilatateur longue action inhalé ". La mise en place d'une surveillance et d'un traitement de fond suffit parfois à éviter la prise de bronchodilatateur à visée préventive systématique avant l'activité physique.

Quels conseils quand on fait du sport ?

Un échauffement de quinze minutes environ est conseillé avant l'exercice afin de permettre aux bronches de s'adapter aux conditions de l'activité et à la température ambiante. Débuter le sport progressivement. Utiliser, après avis du médecin, un broncho-dilatateur inhalé de courte durée d'action 10 à 15 minutes avant de débuter l'activité sportive. En cas de gêne, une ou deux bouffées supplémentaires sont parfois nécessaires. Le port d'écharpes, de bonnets et passe-montagnes quand il fait froid permet de diminuer l'inhalation d'air froid et sec. Ne jamais démarrer un sport violemment sans faire d'échauffement. Il faut prendre l'avis de son médecin quand on présente un asthme et/ou un asthme d'effort afin de suivre les conseils indispensables à la bonne pratique du sport comme nous l'avons vu avec l'échauffement, la prise de bronchodilatateurs avant l'activité sportive. La présence d'une infection respiratoire comme un rhume ou une bronchite par exemple peut contre-indiquer temporairement le sport. La pratique de la plongée sous-marine avec bouteilles est en général contre-indiquée définitivement.

Quels sont les sports contre-indiqués en cas d'asthme ?

"A l'exception de la plongée sous-marine avec bouteille aucun sport n'est à contre indiquer chez l'asthmatique, conclut le Pr Didier. L'objectif est de mettre en place des mesures adaptées pour permettre à tout asthmatique de pratiquer le sport de son choix. L'activité physique régulière fait partie des règles de bonne hygiène de vie et est associée à une amélioration de la qualité de vie et à une réduction du risque de nombreuses pathologies notamment cardiovasculaires chez tous les individus asthmatiques ou pas ". 

Merci au Professeur Alain Didier, chef du service pneumologie et allergologie et chef du pole des voies respiratoires du CHU de Toulouse.