Crise d'asthme : symptômes, est-ce mortel, que faire ?

Chargement de votre vidéo
"Crise d'asthme : symptômes, est-ce mortel, que faire ?"

Cette maladie inflammatoire respiratoire des bronches touche plus de 4 millions de personnes en France. Si ces premières manifestations apparaissent dans l'enfance, elle peut aussi se développer à l'âge adulte. Comment la reconnaître ? Une crise d'asthme est elle grave ? Quels sont les solutions ? Explications.

Définition : qu'est-ce que l'asthme ?

Il s'agit d'une maladie respiratoire chronique, caractérisée par une inflammation permanente des bronches. "Elle se manifeste par des crises. Chacune dure entre 20 et 30 min", explique le Dr Monique Quillard, médecin généraliste, homéopathe et pédiatre. Trois mécanismes expliquent sa survenue :

  • Une inflammation des bronches, dont les muqueuses sont anormalement plus épaisses.
  • Une hyper réactivité des bronches.
  • Une diminution de leur calibre.

Cette irritation rend les bronches de la personne asthmatique particulièrement sensibles aux facteurs favorisants (allergènes, problème cardiaque, effort physique…).

Quels sont les symptômes d'une crise d'asthme ?

Lorsque la crise survient, elle se caractérise par :

  • Des épisodes de gêne respiratoire (essoufflement).
  • Une respiration sifflante.
  • Une toux sèche.
  • Parfois une sensation d'oppression dans la poitrine.

Lorsque la crise est sévère, la personne ne parvient plus à parler sans devoir faire des pauses pour reprendre son souffle et elle s'agite. Elle peut devenir cyanosée, c'est-à-dire que sa peau prend une teinte bleutée. C'est un signe de gravité. "Le diagnostic se fait sur les signes cliniques, mais il est possible de demander un bilan réalisé par un pneumologue. Il consiste en des épreuves fonctionnelles respiratoires", précise le Dr Quillard.

Quels sont les profils à risque ?

L'asthme est une maladie héréditaire. Mais il ne s'agit là que d'une prédisposition. Pour que la maladie se développe, la personne doit être en contact avec un facteur déclenchant. Elle peut être d'origine :

  • Allergique : le pollen, les acariens, les poils d'animaux, la pollution, le tabac… 
  • Causée par l'effort : environ 10 à 15 min après le début d'une activité physique, l'augmentation de la respiration peut entrainer, chez une personne asthmatique, une crise.
  • Autres causes : intolérance à l'aspirine ou aux AINS, reflux gastro-œsophagien, infections virales.

Combien de temps dure une crise d'asthme ?

Elle peut durer de quelques minutes à une demi-heure. Entre deux crises, la respiration revient à la normale. "Au-delà de 30 minutes, si la crise résiste au traitement "d'urgence" à savoir les bronchodilatateurs type Ventoline® : on parle d'état de mal asthmatique, c'est une urgence ", indique notre expert.

Crise d'asthme sévère : est-ce mortel ?

Cela peut malheureusement se produire. "On compte environ 1000 décès par an lorsque la crise n'est pas traitée ou résiste au traitement. C'est pour cela qu'une crise qui s'éternise ou qui ne cède pas aux médicaments est une urgence et doit faire l'objet d'un appel au 15 et d'une hospitalisation en soins intensifs", recommande le Dr. Quillard.

Que faire en cas de crise d'asthme ?

Prendre les médicaments bronchodilatateurs : administrés en inhalation, leur action brève et rapide permet de dilater les bronches rapidement, et de soulager en quelques minutes un épisode de toux ou une crise d'asthme. Leur durée d'action est de 4 à 6 heures. "En revanche, si l'asthme est chronique ou que les crises se répètent, la maladie sera traitée par des bronchodilatateurs à action prolongée. Prescrit en traitement de fond, il peut être associé à des anti-inflammatoires, type corticoïdes, pris par voie orale ou inhalés", complète le médecin.

Comment calmer une crise d'asthme sans Ventoline® ?

Plusieurs réflexes permettent d'endiguer la crise :

  • Même si c'est difficile, il est important de ne pas céder à la panique car le stress aggrave les difficultés respiratoires.
  • S'asseoir ou se coucher peuvent être utile pour se calmer.
  • Respirer tranquillement, le plus normalement possible, en gonflant l'abdomen à l'inspiration et en le creusant à l'expiration
  • Les médecines douces peuvent aussi vous aider. L'asthme étant une pathologie chronique, l'homéopathie est indiquée en traitement de fond. "Il faudra une consultation avec un spécialiste en homéopathie qui choisira des médicaments adaptés à chaque patient asthmatique en fonction de ses antécédents personnels et familiaux, de son terrain allergique ou non (en cas rhinite allergique associée : Pollens, Poumon histamine… sont prescrits) ainsi que des facteurs déclenchants des crises (si le froid sec est en cause : Aconitum, en cas de Stress : Ignatia ; en période période de ménopause : Lachesis… etc), explique notre expert. Cette prise en charge individualisée permettra de diminuer la fréquence et la gravité des crises, elle sera associée au traitement allopathique, mais permettra d'utiliser des doses moins importantes, en particuliers pour les corticoïdes".

Merci au Dr Monique Quillard, médecin généraliste, homéopathe et pédiatre.

Pneumologie