Diabète de type 1 : c'est quoi ?

Le diabète de type 1 ou insulinodépendant se caractérise par l'absence de production d'insuline. Cette maladie auto-immune se déclare souvent avant 20 ans. Quels symptômes ? Traitements ? Que faire en cas de grossesse ?Comment vivre avec ? Explications du Pr Fabrice Bonnet, diabétologue.

Diabète de type 1 : c'est quoi ?
© dolgachov-123RF

Définition

Le diabète est une pathologie caractérisée par une élévation anormale de la glycémie, c'est-à-dire du taux de sucre dans le sang. Dans le diabète de type 1, qui touche entre 8 et 10% des diabétiques, cette augmentation est due à une maladie auto-immune. " Il s'agit du système immunitaire qui va, pour une raison inconnue, attaquer et détruire les cellules du pancréas qui sécrètent de l'insuline ", explique le professeur Fabrice Bonnet, diabétologue et endocrinologue à Paris. " Cela entraîne une carence très importante en insuline, qui contribue à une hyperglycémie forte, parfois de plus de trois grammes ", précise-t-il. Ce type de diabète se déclare donc souvent rapidement, "le plus souvent entre 13 et 20 ans, mais parfois même chez des patients de 6 mois. Mais dans certains cas rares, un diabète de type 1 peut aussi survenir chez une personne de 50 ans ", ajoute le spécialiste. Cette maladie peut rapidement entraîner des lésions de différents organes, principalement les reins, les yeux les nerfs, ou les vaisseaux sanguins.

Causes

Le diabète de type 1 a une origine auto-immune : cela signifie que c'est l'organisme qui va se retourner contre ses propres cellules. En effet, certains globules blancs, appelés lymphocytes T, vont s'attaquer aux cellules du pancréas endocrines produisant l'insuline, appelés les îlots de Langherans.

Mécanismes

Lorsque les îlots de Langherans sont détruits par les lymphocytes T, qui les identifient à tort comme une menace, cela entraîne une diminution très importante de sécrétion d'insuline. Or, le rôle de celle-ci est de maintenir la glycémie à des valeurs normales en faisant pénétrer le glucose dans les tissus de l'organisme, comme les graisses ou les muscles. Quand il n'y a plus d'insuline, le glucose va rester dans le sang, augmentant ainsi le taux de glycémie. Lorsque celui-ci dépasse 1,2g/l, c'est considéré comme une hyperglycémie.

Symptômes : une apparition rapide

"Les symptômes du diabète de type 1 surviennent en général rapidement, contrairement au diabète de type 2 qui peut rester longtemps silencieux", explique le professeur Fabrice Bonnet. Cela commence par des envies fréquentes d'uriner et une soif plus importante que d'ordinaire. Cela peut ensuite évoluer avec un amaigrissement, une fatigue, une sensation de faim intense, voir se compliquer par une acidocétose. Cette complication grave arrive plus rapidement chez les enfants, et peut entraîner une déshydratation, des vomissements, des douleurs abdominales, voir des malaises.

Héréditaire ?

" On a tendance à penser que le diabète de type 1 est héréditaire, mais en réalité, avoir des parents atteints de cette pathologie n'entraîne qu'une faible prédisposition, explique le diabétologue. C'est plutôt le diabète de type 2 qui est héréditaire."

Diagnostic

Aux premiers symptômes évocateurs d'un diabète, particulièrement chez l'enfant, il est indispensable de consulter rapidement, pour éviter les premières complications. Le médecin traitant pourra faire le diagnostic par une prise de sang montrant une hyperglycémie à plus de 1,20g/l. Celle-ci devra être constatée à au moins 2 reprises pour que le diabète soit avéré.

Complication : l'acidocétose diabétique

Un diabète de type 1 non diagnostiqué ou mal contrôlé par les traitements peut rapidement entraîner des complications aiguës. La plus fréquente est l'acidocétose diabétique. Cela se produit quand le corps n'arrive pas à utiliser assez de glucose pour produire de l'énergie, et va donc puiser celle-ci dans les acides gras. Mais cette utilisation laisse des déchets de substances acides, qui provoquent alors divers symptômes plus ou moins graves : une haleine caractéristique, une déshydratation, des nausées, des vomissements, des maux de ventre, des difficultés pour respirer, pouvant ensuite aller jusqu'à la confusion et le coma. L'acidocétose diabétique nécessite une hospitalisation en urgence : en effet, le coma acidocétosique est la cause la plus fréquente de décès liés au diabète de type 1. C'est pourquoi il est nécessaire, dans le cas du diabète de type 1, de mettre rapidement en place un traitement adapté à la personne et de le suivre à la lettre.

"C'est un traitement à vie qui attend les patients "

Alimentation

On a tendance à associer le diabète avec la privation. " Mais dans le cas du diabète de type 1, la bonne alimentation à adopter est simplement une alimentation équilibrée, pour éviter une prise de poids excessive ", explique le médecin. Cette alimentation n'est pas si différente de celles que nous devrions tous suivre. Le seul point en plus est qu'il faut également contribuer au contrôle de la glycémie diversifiée et adaptée à l'activité physique du patient. " Il faut donc éviter le plus possible les sucres rapides, mais aussi limiter les sucres lents et les étaler sur toute la journée ", explique le diabétologue. L'alimentation devant être adaptée aux particularités de chaque patient, il est conseillé de consulter un diététicien ou diabétologue. Celui-ci pourra mettre en place un dosage et un rythme de prise de l'insuline en fonction de l'alimentation, de l'activité physique, du poids et des habitudes.

Traitements : les injections d'insuline

Le diabète de type 1 étant insulino-dépendant, il peut se traiter uniquement par des injections d'insuline. Ce nombre d'injections doit s'adapter tout au long de la maladie, pour que le patient ait toujours assez d'insuline pour maintenir une glycémie normale ainsi qu'une hémoglobine glyquée inférieure à 7%. Si ce n'est plus le cas, des complications peuvent apparaître assez rapidement. De plus, le diabète de type 1 ne peut se guérir. " C'est donc un traitement à vie qui attend les patients ", précise le diabétologue. " Mais de plus en plus de recherches menées sur le diabète, puisque c'est une maladie qui explose dans le monde, et des innovations ont été faites ", se réjouit-il. " Aujourd'hui, les "piqûres" d'insuline ont été remplacées par des stylos comportant une dose unique adaptée, ce qui facilite le traitement, et pour les plus jeunes, il existe des pompes à insuline qui diffusent en continu pendant trois jours, explique le médecin. Cela facilite la vie des plus jeunes, qui peuvent déjà être très perturbés par la maladie. De plus, on parle d'innovations à venir comme un pancréas artificiel qui évitera les injections d'insuline, ou de pompe à insuline améliorée."

Diabète de type 1 et grossesse

Si être diabétique de type 1 n'empêche pas de tomber enceinte, cela reste une grossesse à risque qui doit être étroitement surveillée. En réalité, la surveillance commence même avant d'être tombée enceinte : dans les trois mois précédant les tests bébés, il est conseillé de maintenir une glycémie parfaitement stable. En effet, un bon équilibre glycémique dès la conception et un suivi spécifique adapté permet de maximiser les chances d'avoir une grossesse sans complications. De plus, le régime alimentaire doit être adapté à la grossesse pour de faciliter le contrôle de la glycémie et de réduire le risque d'acidocétose, qui devient plus fort dans les derniers mois. L'accouchement peut se faire par voie basse, mais a des chances d'être déclenché si le bébé risque d'avoir un poids trop élevé au terme. Cela peut en effet entraîner des risques pour la maman ou même une souffrance fœtale. Si le poids du bébé fait plus de 4,350 kg, il peut être décidé d'avoir recours à une césarienne.

Merci au professeur Fabrice Bonnet, diabétologue et endocrinologue à Paris.

Diabète de type 1 : c'est quoi ?
Diabète de type 1 : c'est quoi ?

Sommaire Définition Causes Mécanismes Symptômes Héréditaire ? Diagnostic Acidocétose diabétique Alimentation Traitements Grossesse Définition Le diabète est une pathologie caractérisée par une élévation...