Pancréas artificiel et diabète : c'est quoi, principe, pour qui ?

Le pancréas artificiel (hybride) est un dispositif médical pour les patients atteints de diabète de type 1. Il remplace un pancréas défaillant en injectant de l'insuline. Fonctionnement, indications, modèles commercialisés en France, prix : découverte avec Séverine Sigrist, docteur en science.

Pancréas artificiel et diabète : c'est quoi, principe, pour qui ?
© lukszczepanski - stock.adobe.com

Le pancréas artificiel est un type de dispositif externe qui vise à pallier un pancréas défaillant. Il permet d'injecter de l'insuline chez le patient diabétique de type 1 grâce à un capteur de glycémie, une pompe et un algorithme. Comment fonctionne-t-il ? Quelle différence avec une pompe à insuline classique ? Pour qui est-il indiqué ? A quel âge ? Quels sont les modèles commercialisés en France et quel est leur prix ? Découverte avec Séverine Sigrist, docteur en science et Présidente de Defymed, une société́ de technologies médicales spécialisée dans le développement et la commercialisation de dispositifs médicaux implantables innovants. 

C'est quoi un pancréas artificiel et comment ça fonctionne ?

"Le pancréas artificiel permet de remplacer la fonction du pancréas, c'est-à-dire la sécrétion d'insuline. On l'appelle communément "artificiel" car il est sensé remplacer la fonction du pancréas qui est la sécrétion d'insuline. Il s'agit d'une "machine" qui injecte de l'insuline chez le patient en fonction de sa glycémie", explique d'emblée le Dr Sigrist. Il ne s'agit pas d'un faux organe qui serait implanté dans le patient, mais d'un dispositif externe constitué de trois composants : un capteur sous-cutané qui mesure la glycémie du patient en continu et qui va communiquer avec une pompe qui perfuse de l'insuline, elle aussi en continu, par l'intermédiaire d'une fine tubulure sous la peau. Ce dispositif fonctionne grâce à un algorithme, capable de recevoir les données du capteur et de les interpréter pour calculer directement la quantité d'insuline à administrer. 

Quelle différence entre une pompe à insuline et un pancréas artificiel ?

"Sur la base, les deux dispositifs sont à peu près la même chose. La seule différence, c'est que dans le cas de la pompe à insuline, c'est le patient qui va complètement commander la pompe. Pour le pancréas artificiel, il n'aurait plus besoin d'intervenir sur la pompe car la pompe est reliée à un capteur de glycémie en continu apposé sur le bras. En pratique, la pancréas artificiel ne fonctionne pas encore complètement en boucle fermé aujourd'hui - c'est pour cela qu'on l'appelle "pancréas artificiel hybride" car l'utilisateur peut intervenir sur l'administration de l'insuline - et il y a un petit délai dans la communication ce qui rend le système encore perfectible", explique-t-elle.

En résumé :

Dans le cas de la pompe à insuline : c'est le patient qui pilote le système en fonction des ses repas, de ses efforts et muni d'un capteur de la glycémie en continu et c'est lui qui est responsable de toutes les décisions liées au dosage de l'insuline; 

Fonctionnement d'une pompe à insuline
Fonctionnement d'une pompe à insuline © rumruay - stock.adobe.com / Journal des Femmes Santé

Dans le cas du pancréas artificiel (hybride, aujourd'hui) : il y a une administration automatisée d'insuline (via l'algorithme) et une administration d'insuline déclenchée par l'utilisateur lui-même, par exemple en fournissant des doses d'insuline à l'heure du repas.

Fonctionnement d'un pancréas artificiel
Fonctionnement d'un pancréas artificiel © Diabeloop

Qui peut bénéficier d'un pancréas artificiel ?

"Ce système est potentiellement éligible à toutes les personnes diabétiques de type 1. Mais en pratique, il est remboursé chez les patients pour qui le traitement conventionnel (le stylo à insuline en première intention ou la pompe à insuline en deuxième intention avec une autosurveillance glycémique pluriquotidienne) n'a pas permis d'avoir un équilibre glycémique suffisant (temps dans la cible ou temps où le patient est dans une norme glycémique : on considère que le temps dans la cible est bon quand il est à 70% en 24 heures)", explique notre interlocutrice. 

A partir de quel âge peut-on avoir un pancréas artificiel ?

"En 2022, le pancréas artificiel s'adresse uniquement aux patients diabétiques de type 1, à partir de l'âge de 7 ans, sous pompe à insuline depuis au moins 6 mois avec un équilibre glycémique insuffisant.", précise le Dr Sigrist. Il n'a été que récemment remboursé chez l'enfant.

Quels sont les pancréas artificiels commercialisés en France ?

Il en existe principalement trois sur le marché français : 

► Le premier dispositif en boucle fermée hybride pris en charge par l' Assurance Maladie depuis le 29 septembre 2021 est français. Il s'agit du système DBLG1 Diabeloop. Le dispositif comprend un capteur de glycémie en continu (Dexcom G6) et une pompe à insuline (Kaleido), couplé à un algorithme – le DBLG1 - dont le rôle est de calculer en permanence la quantité d'insuline nécessaire à l'équilibre glycémique

► Un second dispositif a obtenu le remboursement avec une publication au Journal Officiel en février 2022 : il s'agit du dispositif MEDTRONIC

► Un troisième dispositif, le dispositif TANDEM n'est lui pas encore remboursé mais son remboursement devrait bientôt intervenir (prévu courant 2022).

Il convient absolument d'en parler à son médecin, avant d'envisager le recours à ce type de dispositif.

Quel est le prix d'un pancréas artificiel ?

Selon la tarification publiée au Journal officiel du 16 septembre 2021, le système DBLG1 Diabeloop coûte 200 euros (tarif en TTC) pour la mise à disposition du terminal pour l'algorithme. Il faut également compter les forfaits journaliers pour la licence de l'algorithme (3.82 euros), la pompe (6.85 euros), la dexco (6.57 euros), la prestation (4.96 euros), la formation technique initiale (390.91 euros), la visite de suivi trimestrielle (10.55 euros) et la livraison mensuelle (5.28 euros).  Le système DBLG1 Diabeloop, et l'ensemble des prestations associées, sont remboursables par l'Assurance maladie depuis le 29 septembre 2021,

Merci au Dr Séverine Sigrist, Présidente de Defymed, une société́ de technologies médicales créée en mars 2011 à Strasbourg, spécialisée dans le développement et la commercialisation de dispositifs médicaux implantables innovants dont un pancréas bioartificiel MailPan®

Endocrinologie