Douleur dans le bras : gauche, droit, quelles causes ?

Une douleur dans le bras peut avoir une cause locale ou être le signe d'une pathologie extérieure. La localisation précise de la douleur, son mode d'apparition, ses circonstances favorisantes ou améliorantes sont autant de facteurs à prendre en compte pour diagnostiquer la cause. Le point avec nos experts.

Douleur dans le bras : gauche, droit, quelles causes ?
© Jo Panuwat D-Adobestock

Que signifie une douleur dans le bras gauche ? 

Pour rappel, le bras correspond à la partie qui relie l'épaule au coude, l'avant-bras étant la partie inférieure, située entre le coude et le poignet. "Une douleur au bras gauche peut être liée à une douleur musculaire, à un pincement nerveux, à une lésion osseuse ou encore à une douleur référée du cœur", explique le Dr Pascal Chazerain, rhumatologue. La douleur au bras gauche peut se manifester de différentes façons. 
► une douleur brève qui se manifeste lors d'un mouvement précis ;
► une douleur vive, suite à un traumatisme, éventuellement accompagnée d'un gonflement ou d'une déformation du bras ; 
► une douleur qui s'intensifie lorsque l'on utilise le bras.

"Dans ces trois cas-là, la douleur évoque une cause musculo-tendineuse voire une douleur osseuse ou articulaire. Une sensation de décharges électriques, de brûlures ou de fourmillements qui ne s'accentuent pas avec l'effort évoque plutôt une névralgie qui peut être d'origine cervicale. Une douleur irradiante ou lancinante, non provoquée par les mouvements, mais majorée par l'effort physique, doit faire penser à une possible douleur d'origine cardiaque". Le diagnostic sera avant tout clinique selon le mode d'apparition de la douleur, son intensité et les facteurs favorisants la gêne.

Que signifie une douleur dans le bras droit ? 

Une douleur au bras droit peut se situer au niveau de l'épaule, du coude ou du poignet, et surviennent parfois après un traumatisme local. "Mais il est aussi fréquent d'observer une tendinite, souvent à l'épaule, suite à un faux mouvement, à la musculation ou encore liée à des gestes répétés du quotidien". Il est aussi possible d'avoir mal au bras droit avec une cause nerveuse, articulaire (épaule), osseuse ou encore viscérale. "De plus, la colonne cervicale peut aussi être à l'origine de paresthésie à type de fourmillements, brûlures ou décharges électriques dans les doigts". 

Que signifie une douleur au coude ? 

Une douleur au coude peut apparaitre spontanément, suite à un traumatisme ou encore après le sport. "Sans traumatisme, le patient peut souffrir d'une tendinite, d'une arthropathie (pathologie de l'articulation) ou d'une compression nerveuse", détaille le rhumatologue. Si la douleur se situe sur la partie externe du coude, sans choc préalable, cela peut être une épicondylite. En revanche une douleur interne, qui reste moins fréquente, peut faire penser à une épitrochléite ou à une arthropathie. En revanche, suite à un traumatisme, le patient peut avoir une luxation, une rupture tendineuse ou encore une fracture.

Où se situe la douleur dans le bras en cas d'infarctus du myocarde ? 

La douleur de l'infarctus du myocarde est une douleur de repos qui ne cesse pas et survient, dans plus de 30% des cas, sans signes avant-coureurs. "Il faut y penser quand on est à risque d'infarctus :  antécédents d'infarctus dans la famille, tabagisme, hypertension, cholestérol et diabète favorisent sa survenue", précise le Docteur Frédéric Marco, cardiologue. La douleur est typiquement violente, intense, souvent angoissante et peut occasionner une difficulté à respirer en comprimant la cage thoracique. "Elle peut démarrer dans le bras gauche et irradier dans la cage thoracique ou l'inverse. Parfois, l'infarctus est précédé de douleurs à l'effort qui disparaissent à l'arrêt de l'effort. Souvent, ces douleurs d'effort peuvent s'aggraver rapidement. Il faut se méfier de ces douleurs d'effort qui deviennent de plus en plus fréquentes et pour des efforts de moins en moins importants, avant de devenir une douleur de repos d'abord transitoire puis permanente". Le contexte de probabilité est important. "On a peu de chances de faire un infarctus du myocarde quand on est jeune et non fumeuse et davantage quand on est tabagique de 60 ans, hypertendue et diabétique, 10 ans après la ménopause".

Que signifie une douleur dans les deux bras ? 

Il est rare qu'une douleur touche les deux bras. Une douleur dans les deux bras peut signifier différentes choses par exemple être le signe d'une hernie discale, d'une tumeur de la moelle épinière ou d'arthrose dans la colonne vertébrale. Mais une douleur dans le bras peut également correspondre à l'irradiation d'une douleur pulmonaire ou cardiaque.

Quand et qui consulter en cas de douleur au bras ? 

Si la douleur persiste plusieurs jours malgré la mise au repos du bras, il convient de consulter son médecin traitant ou un généraliste. "Il prendra en charge le traitement de la douleur et envisagera les différentes hypothèses diagnostiques, précise le rhumatologue. Si aucune amélioration n'est constatée au bout de quelques jours, il orientera le patient vers un spécialiste (rhumatologue, cardiologue) pour réaliser des examens plus poussés". S'il s'agit d'un problème d'épaule, une échographie sera généralement réalisée. "Pour les cervicales, l'IRM de la colonne cervicale est l'examen préconisé".

Quel est le traitement pour soulager une douleur au bras ?

Le traitement dépend de la cause. "Si la douleur est d'origine péri-articulaire ou articulaire (tendinite, arthrite ou arthrose par exemple), le médecin généraliste prescrira des antalgiques et des anti-inflammatoires non stéroïdiens, détaille le spécialiste. Et s'il le juge nécessaire, le patient pourra réaliser en complément une infiltration de cortisone et des séances de kinésithérapie". Si la douleur est d'origine neurologique (névralgie cervico-brachiale, syndrome du canal carpien), le médecin prescrira alors de la cortisone. "En cas d'échec on peut aussi libérer le nerf (médian) grâce à la chirurgie". Enfin, "s'il s'agit d'une origine cardiaque (le plus souvent coronarienne), il s'agit d'une urgence médicale nécessitant une prise en charge spécialisée". 

Merci au Dr Pascal Chazerain, chef de service de rhumatologie du groupe hospitalier Diaconesses Croix Saint Simon à Paris et au Dr Frédéric Marco, cardiologue à la Clinique de la Croix du Sud à Quint-Fonsegrives (31).

Douleur