Syndrome de Parsonage-Turner : cause, symptômes, traitement

Le syndrome de Parsonage-Turner, ou névralgie amyotrophiante, se caractérise par l'apparition d'une douleur brutale dans l'épaule, puis d'une perte de force musculaire. Quelles sont ses causes ? Les symptômes et traitements ? Réponses du Dr Gilles Mondoloni, médecin du sport, accupuncteur et ostéopathe.

Syndrome de Parsonage-Turner : cause, symptômes, traitement
© dinopuzzle - 123RF

Définition : qu'est-ce que le syndrome de Parsonage-Turner ?

Le syndrome de Parsonage-Turner, aussi appelée névralgie amyotrophiante, correspond à l'inflammation du plexus brachial, c'est-à-dire d'un groupe de nerfs, qui se trouve entre l'épaule et la clavicule. Cette affection touche principalement les hommes autour de 40 ans. Trois phases se succèdent :

  1. une phase inflammatoire entraînant de vives douleurs au niveau de l'épaule,
  2. une diminution de la force musculaire
  3. une perte de la masse musculaire.

Quelle est sa cause ?

"Pendant très longtemps, la cause du syndrome de Parsonage-Turner était mal connue. Aujourd'hui, on pense qu'il y a une origine immunitaire, c'est-à-dire qu'il y a un facteur extérieur qui favorise la survenue de cette névralgie amyotrophiante de l'épaule chez un sujet déjà fragilisé. Les principales causes souvent retrouvées sont : un facteur infectieux (infection virale), des vaccins qui peuvent perturber le système immunitaire, des tatouages présentant des bactéries ou encore un grand stress", révèle le Dr Gilles Mondoloni. 

Quels sont ses symptômes ?

Les douleurs sont évaluées à 8-9 sur une échelle de 1 à 10 et vont perturber le sommeil.

Le syndrome de Parsonage-Turner se traduit par une inflammation brutale, qui apparaît surtout la nuit, et qui va entrainer une très forte douleur dans l'épaule et le cou, une sensibilité de la peau, mais aussi des strictions et des sensations de brûlures, de décharge électrique. "Les douleurs sont évaluées à 8-9 sur une échelle de 1 à 10 et vont perturber le sommeil. Suite à cette phase douloureuse qui dure environ deux semaines, l'inflammation se calme un peu, et fait place à une diminution de la force musculaire dans le groupe musculaire correspondant au nerf touché, soit tous les muscles autour de l'épaule : devant, sur les côtés et derrière. Par la suite, il peut y avoir une fonte musculaire : quand on appuie sur les muscles de l'épaule, on voit qu'ils ont fondu à force de ne pas se contracter", précise le médecin du sport et ostéopathe.

Comment est posé le diagnostic ?

"Le diagnostic n'est pas facile à poser car ces douleurs caractéristiques peuvent être confondues avec une tendinite, des calcifications dans l'épaule, une névralgie, ou encore une poussée d'arthrose. C'est la survenue de douleurs qui ne passent pas au bout de quelques jours et l'apparition de perte de force musculaire qui permettent de poser le diagnostic", indique le spécialiste.

Quels sont les traitements ?

La récupération est très longue et nécessite souvent deux à trois ans pour récupérer complètement.

Le traitement du syndrome de Parsonage-Turner repose essentiellement sur l'administration de cortisone pour calmer l'inflammation. "Cela ne va pas forcément empêcher le processus de perte de force musculaire et de fonte musculaire, mais cela va calmer une partie de l'inflammation du nerf", informe le Dr Gilles Mondoloni. Des anti-inflammatoires peuvent éventuellement être prescrits mais leur efficacité est moindre. De puissants antalgiques comme de la codéine, de l'opium, des dérivés morphiniques peuvent être prescrits. "Quant à la force musculaire qui fait défaut, un travail de rééducation en kinésithérapie est nécessaire pour reprendre de la force musculaire, et refaire travailler les muscles. La récupération est très longue et nécessite souvent deux à trois ans pour récupérer complètement. Généralement, la guérison ne laisse pas de séquelles. Parmi les médecines alternatives, l'acupuncture et l'auriculothérapie se révèle efficace pour diminuer la douleur puisqu'elle agit sur la commande douloureuse de ces nerfs", conclut-il.

Merci au Dr Gilles Mondoloni, médecin du sport, ostéopathe et médecin acupuncteur (Paris).

Douleur