Médicament et alcool : danger, effet, lesquels éviter ?

La prise de médicaments avec de l'alcool peut provoquer des effets secondaires sérieux, comme la somnolence, la déshydratation ou des difficultés respiratoires. Le Dr Marion Zami, addictologue et le Dr Claire Peloso, pharmacienne, nous expliquent les dangers et les médicaments à éviter avec l'alcool.

Médicament et alcool : danger, effet, lesquels éviter ?
©  dolgachov-123rf

Quels sont les dangers si on mélange médicament et alcool ?

L'alcool peut modifier l'élimination du médicament et ainsi en modifier la durée de vie dans l'organisme. "En cas de consommation chronique d'alcool, le médicament peut être éliminé plus rapidement et/ou son absorption limitée et faire perdre de ses effets au traitement, explique le Dr Marion Zami, addictologue. A l'inverse, en cas de consommation aigüe, l'élimination peut être ralentie et les effets de l'alcool augmentés, en majorant le risque et l'intensité des effets secondaires du traitement." Les effets des anticoagulants peuvent de ce fait être modifiés augmentant ainsi le risque de saignement ou de caillot. Par son effet diurétique, l'alcool peut provoquer une déshydratation qui va majorer les effets indésirables de certains médicaments. "L'alcool en présence de certaines molécules peut produire des éléments toxiques qui nuisent aux organes et notamment au foie, poursuit le médecin. L'alcool agit aussi sur le système nerveux central et va potentialiser les effets de traitements qui agissent aussi sur ce SNC comme les benzodiazépines, neuroleptiques ou anti dépresseur et majorer le risque de sédation et de somnolence faisant prendre le risque de trouble de la conscience et de la vigilance (risque sur les activités comme la conduite ou l'utilisation de machine)." L'utilisation des benzodiazépines en association avec l'alcool va majorer le risque de dépendance. "La consommation d'alcool peut modifier le comportement, entraîner des difficultés de mémoire et perturber les horaires de la vie quotidienne, complète le Dr Claire Peloso, pharmacienne : cela peut entraîner une mauvaise observance du traitement médicamenteux (oublis de prise, surdosage…)."

Quels sont les signes d'une mauvaise réaction ?

"Une mauvaise réaction va se concrétiser par une baisse de la vigilance, des bouffées de chaleur ou des vomissements en association avec certains antibiotiques et antidiabétiques" détaille le Dr Zami. "On peut également avoir des céphalées, des sensations de vertiges avec une baisse de la tension artérielle, des nausées, vomissements, diarrhées, palpitations, sueurs et rougeurs de la peau, ou une moins bonne coordination des mouvements." Chez les personnes diabétiques "il y a un risque d'hypoglycémie si la consommation d'alcool se fait en dehors des repas", ajoute la pharmacienne.

Une consommation quotidienne d'alcool associée à une prise régulière de paracétamol peut provoquer des lésions au foie.

Quels médicaments éviter avec l'alcool ?

"Outre les benzodiazépines, les neuroleptiques ou les antidépresseurs, il est recommandé de ne pas boire d'alcool en association avec les analgésiques ou les antitussifs contenant de la codéine ou du tramadol. Cela peut provoquer un risque de somnolence ou de difficultés respiratoires", rappelle le Dr Zami. La prudence s'impose également avec les médicaments antihistaminiques prescrits lors de manifestations allergiques, notamment ceux de la première génération. Les anti histaminiques plus récents présentent moins d'effets de somnolence mais certains patients décrivent néanmoins des épisodes de fatigue et de somnolence. A noter également que consommation d'alcool avec certains médicaments anti-inflammatoires (notamment corticoïdes) ou de l'aspirine peut provoquer des brûlures d'estomac ou des reflux. "Certains antibiotiques comme les imidazolés, Pyostacine ou certaines céphalosporines peuvent provoquer des sensations désagréables en association avec de l'alcool (effet antabuse) et une aggravation de l'irritation digestive", précise l'addictologue. Ce n'est pas le cas de l'Amoxicilline. "Une consommation quotidienne d'alcool associée à une prise régulière de paracétamol peut provoquer, à terme, des lésions au foie (espacer les prises de paracétamol d'un intervalle de 8 heures minimum)" souligne le Dr Peloso.

Quand peut-on boire après la prise d'un médicament ?

"Il faut attendre un délai de minimum 24-48h pour boire de l'alcool après avoir pris un médicament, en sachant que toute consommation d'alcool est nocive pour la santé et ce, quel que soit le type d'alcool" insiste le Dr Zami. Consommer de l'alcool lorsque l'on prend des médicaments, ne signifie pas forcément "en même temps", par exemple au moment du repas. "Les effets perturbateurs de l'alcool peuvent survenir même après un intervalle de quelques heures, reconnait le Dr Peloso. La consommation d'alcool est considérée à risque au-delà de 2 verres par jour ou de 10 verres par semaine, et sans au moins 1 jour d'abstinence au cours de la semaine."

Que faire ?

Il est important de s'hydrater, d'éviter de conduire ou toute situation à risque en cas de somnolence, de corriger les éventuels troubles de la coagulation et d'éviter toute autre consommation d'alcool. "La meilleure façon d'éviter les risques est de ne pas boire d'alcool, résume le Dr Peloso. Cependant lorsque l'on prend des médicaments tous les jours, cela peut ne pas être si simple. En cas de situations où l'on est susceptible de consommer de l'alcool (repas, évènement festif, vacances…), mieux vaut s'informer en amont auprès des professionnels de santé (pharmacien, médecin, généraliste…)."

Merci au Dr Marion Zami, Médecin addictologue à la Clinique Saint-Barnabé à Marseille (13) et au Dr Claire Peloso, pharmacienne à la Clinique des Platanes à Épinay-sur-Seine (93)

Conseils médicaments