Cure de fer : bienfaits, durée, effets secondaires

La cure de fer s'adresse aux personnes anémiées, carencées en fer. Les femmes réglées et enceintes sont généralement carencées. Les enfants en croissance et les sportifs peuvent aussi avoir recours à une cure. Mode d'emploi et précautions pour éviter les effets toxiques de ce minéral.

Cure de fer : bienfaits, durée, effets secondaires
© Antonio Guillem-123RF

Quand faire une cure de fer ?

Une cure de fer est entreprise lorsqu'un diagnostic de carence en fer est posé. Généralement, le diagnostic est demandé par un médecin face à un patient qui présente des symptômes évoquant une anémie. L'anémie par carence en fer est souvent asymptomatique. Lorsqu'elle s'accentue, elle provoque une pâleur, une fatigue, un essoufflement, des maux de tête, des étourdissements, des vertiges, une faiblesse en se levant d'une chaise par exemple. Le diagnostic est posé grâce à un bilan sanguin : dosage de l'hémoglobine et de la ferritine (protéine assurant le stockage du fer) présentent dans le sang. La ferritine reflète les réserves de fer de l'organisme. Habituellement, un microgramme par litre de ferritine correspondant approximativement à 10 mg de fer en réserve. Le taux normal de ferritine est compris entre 20 et 400 nanogrammes par millilitre (ng/ml) de sang (selon l'âge et le sexe du patient, et la technique de dosage utilisée). Une quantité de ferritine inférieure révèle une carence en fer. A noter, qu'en cas d'inflammation et d'infection, la ferritine sérique peut être normale ou même augmentée et ne reflète plus vraiment les réserves en fer. Le taux d'hémoglobine est aussi révélateur d'une anémie lorsqu'il est inférieur aux valeurs normales : 150 à 180 g/l chez le nouveau-né ; 115 g/l entre un et deux mois ; 105 g/l de deux mois à 1 an ; 115 g/l de 1 an à la puberté. Après ce bilan sanguin, le médecin recherchera la cause de l'anémie par carence en fer : régime alimentaire inadapté, saignement visible ou invisible... "La prise de compléments de fer doit impérativement être faite sous contrôle médical si celui-ci apporte plus de 15 mg par jour, prévient Angélina Jeandel, naturopathe. Le fer s'accumule dans l'organisme et son excès peut provoquer une intoxication grave ". Les apports nutritionnels conseillés en fer sont de 7 à 8 mg par jour chez l'enfant de plus de un an ;12 à 14 mg chez l'adolescent ; 9 mg chez l'homme adulte et la femme ménopausée ; 16 mg chez la femme en âge de procréer ; 25 à 35 mg chez la femme enceinte ; et 10 mg chez la femme qui allaite. La grossesse représente une période au cours de laquelle les besoins en fer sont augmentés. Le fer est nécessaire au développement du fœtus et du placenta, ainsi qu'à l'augmentation du volume sanguin de la mère. Le risque d'anémie par carence en fer est plus important en fin de grossesse. En cas de besoin, le médecin prescrira une cure de fer.

Gélule, liquide, fer naturel : comment faire une cure de fer ?

Seul le traitement de l'anémie par carence en fer repose sur un apport de fer en cure de deux à trois mois, suivant la prescription médicale. S'il s'agit de compenser une faiblesse passagère, la cure sera d'un mois. "La supplémentation en fer a évolué ces dernières années, permettant à ce minéral d'être mieux assimilé par l'organisme, explique Philippe Bruneau, expert en compléments alimentaires. La nouvelle génération de fer est micro-encapsulé (enrobé avec des acides gras), soit "liposomé , pour permettre à ce minéral de passer la barrière gastrique sans provoquer de désagrément au niveau intestinal, ni de selle noire ". Il existe également des boissons riches en fer végétal (Floradix), bien assimilées, mais il faut accepter le "mauvais" goût. La prise de fer doit être couplée à la vitamine C et à la vitamine B12, ses cofacteurs d'assimilation. La prise de 14 mg /jour couvre les besoins d'apports journaliers.

Quels sont les bienfaits ?

Une cure de fer aide à réduire la fatigue en assurant le transport de l'oxygène dans l'organisme. Elle est bénéfique en cas de convalescence, chez les femmes qui ont des règles abondantes, ou chez les personnes qui ont subi une perte de sang lors d'un accident par exemple, pour combler des déficiences en fer. L'apport en fer est également important chez les enfants et les adolescents pour éviter les retards de croissance. Enfin, les besoins en fer sont importants chez les sportifs pour assurer une bonne oxygénation.

Durée d'une cure : combien de temps ?

La cure de fer est de 2 à 3 mois si la carence est avérée par un bilan sanguin et sous la surveillance d'un médecin. Lors d'un traitement, la ferritine est contrôlée après 3 mois, et après avoir préalablement interrompu le traitement par fer pendant au moins deux semaines. Lorsque le taux est normal, le traitement peut être arrêté. Sans bilan sanguin, ni prescription, une cure de fer d'un mois peut être envisagée.

Combien de fois par an ?

La cure de fer peut être répétée dans l'année en fonction des besoins et du diagnostic de carence.

Avec ou sans ordonnance ?

Le fer est disponible sur ordonnance lorsqu'une cure est prescrite, et sans ordonnance pour les compléments alimentaires, non remboursables.

Quels sont les effets secondaires ?

Le traitement par fer peut provoquer une coloration noire des selles et peut causer des douleurs abdominales. La nouvelle génération de compléments alimentaires liposomés (microencapsulés) permettrait de contourner ces effets secondaires. Sinon, les effets secondaires peuvent être diminués et l'efficacité du traitement améliorée en appliquant ces quelques conseils :

  • Prendre le fer accompagné d'un jus d'orange, ou de complément d'acérola. La vitamine C améliore l'absorption du fer.
  • Prendre le traitement en dehors des repas, car l'absorption est diminuée par les phytates (avoine, blé, son), les polyphénols (thé, kakis, raisins, sojas, fruits rouges) et le calcium.

Quelles sont les précautions ?

Les compléments en fer sont susceptibles d'interagir avec d'autres médicaments.

  • Le fer diminue l'absorption de certains médicaments comme les antibiotiques de la famille des cyclines et des quinolones, les traitements de l'ostéoporose ou les hormones thyroïdiennes, et le traitement anti-acidité gastrique. Pour connaître les précautions à prendre si vous suivez déjà un autre traitement, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.
  • Une cure de fer ne doit pas dépasser une durée d'un mois, à la dose maximum de 15 mg / jour, ou être suivi par un médecin dans le cadre du traitement de l'anémie. Le fer s'accumule dans l'organisme, et son excès peut provoquer une intoxication grave, caractérisée par des douleurs articulaires, du diabète, des troubles cardiaques, une cirrhose du foie, voire des cancers du côlon et du rectum. La prise d'une dose massive de fer peut également provoquer un empoisonnement, avec des troubles du foie et des reins, ou encore un état de choc et le coma.

Quelles sont les contre-indications ?

La prise de compléments de fer peut aggraver un ulcère gastroduodénal, ainsi que les symptômes de la maladie de Crohn, et de la colite ulcéreuse. Le suivi médical est nécessaire en cas de traitement par cure de fer, notamment au cours d'une grossesse. L'alcoolisme chronique est une contre-indication à la prise de compléments de fer.

Mercis à Angélina Jeandel, naturopathe à Fontenay-aux-Roses, et à Philippe Bruneau, expert en compléments alimentaires et fondateur de Biocyte.

Nutriments et Calories