Noyer (feuilles) : quelles propriétés médicinales ?

Les feuilles de noyer permettent de lutter contre la diarrhée, les troubles de la circulation veineuse et lymphatique et l'hypertension. En usage externe, elles soulagent l'eczéma, l'acné, régule la transpiration et s'attaquent aux mycoses. Comment les utiliser ? Réponse avec Frédérique Laurent, naturopathe.

Noyer (feuilles) : quelles propriétés médicinales ?
© Judith Dzierzawa-123RF

Nom de la plante

Le noyer commun, Juglans regia, est un grand arbre feuillu, cultivé à la fois pour ses fruits (des drupes), ses noix, et ses feuilles. De la famille des juglandacées, il possède des fleurs verdâtres en chaton, et des fruits à coque dure, les noix, récoltées à la fin du mois d'août. Originaire d'Asie, et plus précisément d'Iran, on le surnomme le "noyer de Perse". Il est aujourd'hui disséminé dans toutes les régions à climat tempéré, notamment en Europe et en Amérique du Nord.

Parties utilisées de la plante

Les feuilles, récoltées au début de l'été, les bourgeons et l'écorce dont est extrait le brou, colorant naturel, sont utilisées.

Propriétés médicinales

En usage interne, les feuilles de noyer possèdent :

  • Des vertus astringentes traditionnellement utilisées pour traiter la diarrhée et les déséquilibres du microbiote (flore intestinale).
  • Elles sont également utiles pour améliorer la circulation lymphatique et veineuse, par exemple "en cas de varices et d'hémorroïdes, précise Frédérique Laurent naturopathe, et agissent comme dépuratif sanguin et autrefois comme vermifuge.
  • Des propriétés hypotensives reconnues comme bénéfiques aux personnes ayant de la tension artérielle."
  • Les feuilles sont précieuses sur les métabolismes perturbés en cas de diabète associé à l'obésité.

En usage externe, le noyer est recommandé dans le traitement :

  • Des problèmes de peau comme l'acné, l'eczéma, les infections et les ulcères cutanés.
  • Des affections du cuir chevelu : il renforce la kératine des cellules de l'épiderme.
  • De l'hyperhidrose (excès de transpiration) : les préparations de feuilles de noyer peuvent être appliquées directement sur la peau des zones concernées (pieds, aisselles...)
  • Des mycoses : la juglone et l'huile essentielle contenues dans les feuilles confèrent à la plante une activité antifongique.

Le noyer est enregistré à la Pharmacopée française.

Posologie

En usage interne :

  • En infusion, en cas de diarrhée, de déséquilibre du microbiote : "15 à 30 g de feuilles fraîches ou sèches par litre d'eau bouillante. Laisser infuser pendant 15 minutes. Boire 3 à 4 tasses par jour.
  • Poudre de brou séché en tonique des voies digestives pour ses propriétés astringentes : prendre 2 à 5 g de poudre par jour dans une boisson appropriée.
  • En teinture mère de brou : 25 à 30 gouttes, par jour, dans un peu d'eau."

En usage externe :

  • En crème, gel ou savon contenant de 1 à 3% de teinture ou d'extrait fluide, à appliquer sur l'acné, l'eczéma, les infections et ulcères cutanés.
  • En "onguent contre la chute des cheveux et les pellicules : faire macérer une poignée de bourgeons de noyer commun dans 350 g de saindoux pendant une heure. Puis broyer et mélanger pour obtenir une pâte lisse. A appliquer directement sur le cuir chevelu" recommande la naturopathe.

Précautions et contre-indications

En prise orale, les feuilles de noyer sont laxatives ou dépurative, mais cet usage est déconseillé. L'un des constituants de la feuille de noyer, la juglone, présente des propriétés toxiques lorsqu'il n'est pas utilisé aux doses thérapeutiques recommandées. De ce fait aussi, "l'usage prolongé est contre-indiqué." Enfin, "le noyer commun est déconseillé chez la femme enceinte et allaitante" prévient la spécialiste.

Effets secondaires indésirables

Les préparations trop concentrées sont irritantes pour les muqueuses, en traitement par voie interne.

Merci à Frédérique Laurent, naturopathe à Annecy et auteure de plusieurs ouvrages aux éditions LEducs dont " 1000 ordonnances naturopathiques".

Phytothérapie