Acétylcystéine : toux, foie, sans ordonnance ?

L'acétylcystéine est une substance qui fluidifie les sécrétions bronchiques. Quels sont ses bienfaits ? Dans quels médicaments la trouve-t-on ? Exomuc® ? Peut-on l'obtenir sans ordonnance ? Quels sont les risques et les contre-indications ?

Acétylcystéine : toux, foie, sans ordonnance ?
© BillionPhotos.com-Adobestock

C'est quoi l'acétylcystéine ?

L'acétylcystéine est une molécule synthétique dérivée de la cystéine. La cystéine fait partie des acides aminés permettant la synthèse des protéines essentielles au bon fonctionnement de l'organisme. Après absorption, l'acétylcystéine est transformée en cystéine, il s'agit de son précurseur.  

Est-ce pareil que N-acétylcystéine ?

Les termes "N-acétylcystéine" (ou NAC) et "acétylcystéine" sont équivalents. L'appellation retenue par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et retrouvée dans les DCI des médicaments est "acétylcystéine".

Quels sont les bienfaits de l'acétylcystéine ?

► L'acétylcystéine exerce une action mucolytique : elle décompose et fluidifie le mucus présent dans les bronches pour favoriser son élimination. Ainsi, elle est indiquée dans le traitement symptomatique des affections bronchiques aiguës et des épisodes de bronchopneumopathies chroniques. L'emploi est recommandé lorsque ces affections sont associées à un excès de sécrétions bronchiques et à des difficultés d'expectoration. Elle permet également de réduire les sécrétions en cas de rhume, de sinusite et d'otite. En outre, ce médicament peut présenter un intérêt dans le désencombrement bronchique chez un patient trachéotomisé. L'acétylcystéine associée à un décongestionnant et à un antiseptique est utilisée dans le traitement de la rhinopharyngite.
► L'acétylcystéine permet la détoxification de l'organisme. En milieu hospitalier, son emploi comme antidote est destiné à la prise en charge des intoxications aiguës au paracétamol. 
► En ophtalmologie, l'acétylcystéine favorise la cicatrisation de la cornée en bloquant l'action de la collagénase, enzyme dégradant le collagène après une lésion. Actuellement, les collyres en renfermant ne sont plus commercialisés en France.
► Par ailleurs, certaines études scientifiques ont mis en évidence d'autre bienfaits de l'acétylcystéine : des propriétés anti-inflammatoires et cardiovasculaires, une augmentation de la sensibilité à l'insuline chez les patients diabétiques, une réduction des symptômes de dépression, de troubles bipolaires et de schizophrénie. Toutefois ces effets ne sont pas reconnus par les autorités nationales de santé françaises, ils ne constituent donc pas des indications pour les médicaments commercialisés.

Dans quels médicaments trouve-t-on l'acétylcystéine ?

L'acétylcystéine est présente dans plusieurs spécialités commerciales administrables par voie orale : 

  • Fluimucil® en solution buvable ou en granulés pour solution buvable. Il existe une forme adulte et une forme pédiatrique.
  • Fluimucil® expectorant en granulés pour solution buvable, exclusivement réservé à l'adulte
  • Exomuc® en sachet de granulés à usage oral (dès 7 ans) ou de granulés pour solution buvable (dès 2 ans)
  • Mucomyst® en sachet de poudre pour solution buvable, indiqué chez l'adulte et l'enfant à partir de 7 ans
  • Mucodrill® en comprimés effervescents à 600 mg
  • Acétylcystéine® Arrow en comprimés effervescents à 200 mg

De plus, la poudre pour solution buvable dosée à 200 mg est disponible en génériques. À noter que les formes dosées à 600 mg sont réservées à l'adulte. En outre, le médicament Rhinofluimucil® est une solution pour pulvérisation nasale renfermant de l'acétylcystéine associée à un vasoconstricteur décongestionnant et à un antiseptique. Le médicament Istendo® comporte de l'acétylcystéine sous forme d'ampoules de solution pour instillation destinée à désencombrer les voies respiratoires des patients trachéotomisés. 

L'acétylcystéine est-elle bonne pour le foie ?

Par sa transformation en cystéine, l'acétylcystéine est un précurseur du glutathion. Puissant antioxydant majoritairement présent dans le foie, le glutathion élimine les substances nocives de cet organe et limite les atteintes délétères. L'acétylcystéine présente donc un rôle protecteur pour le foie.

L'acétylcystéine est-elle recommandée en cas de toux grasse ?

Le recours à un médicament à base d'acétylcystéine est recommandé en cas de toux grasse associée à des difficultés d'expectoration. Cette molécule n'exerce pas une action antitussive directe, mais permet de soulager la toux en dégageant les voies respiratoires par la fluidification du mucus. Ce type de médicament ne doit jamais être combiné à un antitussif (indiqué pour une toux sèche) au risque de stopper la toux grasse et d'entraîner une surinfection au niveau des voies respiratoires par stagnation du mucus.

L'acétylcystéine est-elle sans ordonnance ?

Les médicaments à base d'acétylcystéine destinés à la voie orale sont disponibles en vente libre. En revanche, Istendo® et Rhinofluimucil® sont uniquement procurables sur présentation d'une ordonnance.

Quels sont les effets secondaires de l'acétylcystéine ?

Les effets indésirables de l'acétylcystéine sont peu fréquents. Une intolérance digestive se manifestant par des nausées, des diarrhées et des douleurs gastriques peut survenir. Une réduction de la posologie permet d'atténuer ces effets. De même, un bronchospasme et des difficultés respiratoires ont été rapportés. Leur survenue doit conduire à une interruption de l'acétylcystéine. D'autres effets comme des maux de tête, des acouphènes, des palpitations cardiaques, ou encore une hypotension artérielle sont possibles. Plus rarement, une réaction allergique grave peut être provoquée par le médicament. Ainsi une vigilance particulière est requise chez les patients ayant des antécédents d'ulcère gastroduodénal ou un traitement irritant l'estomac (anti-inflammatoire) et ceux ayant des antécédents d'asthme ou de bronchospasme. 

"L'administration doit être évitée le soir, la dernière prise est recommandée vers 16h"

Quelles sont les contre-indications de l'acétylcystéine ?

Les spécialités contenant de l'acétylcystéine présentent plusieurs contre-indications : 

  • Une allergie à l'un des composants
  • Une phénylcétonurie, pour les spécialités contenant de l'aspartam (Exomuc® en sachet pour solution buvable et Fluimucil® en granulés pour solution buvable)
  • Une intolérance au galactose ou au fructose, un déficit en lactase (enzyme permettant de digérer le lait) et des troubles de l'absorption intestinale : pour Mucomyst, Exomuc® et Fluimucil® en granulés pour solution buvable
  • Enfant de moins de 2 ans (7 ans pour Mucomyst® et Exomuc® en granulés à usage oral). Un nourrisson n'est pas capable d'expectorer de manière efficace, ce type de médicament l'exposerait à un surencombrement bronchique.

De plus, un mucolytique ne doit pas être administré sur une durée de plus de 10 jours sans avis médical (5 jours pour Mucomyst® et Exomuc®). L'administration doit être évitée le soir au risque d'induire des toux nocturnes, la dernière prise est recommandée vers 16 heures. Une vigilance s'impose chez les patients ayant des antécédents d'asthme, de bronchospasme ou d'ulcère gastroduodénal en raison du risque de majoration des troubles. À noter que l'acétylcystéine n'est pas contre-indiquée durant la grossesse et l'allaitement, elle est envisageable si besoin.

Sources : 
- Base de données publique des médicaments 
- Société Française de Médecine d'Urgence (SFMU)

Autour du même sujet

Principes et substances actives