Ocytocine (médicament) : effets, liste, dangers

L'ocytocine est une hormone naturelle synthétisée par le cerveau et en médecine, une ocytocine de synthèse. Elle permet, en usage médical, d'augmenter la fréquence et l'intensité des contractions utérines pendant l'accouchement. Effets, liste des médicaments et dangers.

Ocytocine (médicament) : effets, liste, dangers
© liudmilachernetska

Définition : c'est quoi l'ocytocine ?

L'ocytocine est une hormone naturelle synthétisée par le cerveau au niveau de l'hypothalamus, retrouvées chez les animaux à reproduction sexuée depuis des millions d'années. Elle se présente sous la forme d'un peptide composé de 8 acides aminés. Elle est libérée par l'hypophyse sous l'influence de divers signaux tels qu'un orgasme, l'allaitement ou l'accouchement et se retrouve ensuite dans tout le corps via la circulation sanguine. L'ocytocine permet notamment l'émission de lait maternel et les contractions utérines. Elle joue également son rôle chez le nouveau-né, en le protégeant de la douleur et du manque d'oxygène au moment de l'accouchement, ainsi qu'en développant son microbiote. C'est également l'hormone qui permet de décrypter les émotions au travers des regards et des visages, de créer des liens affectifs et de développer les interactions sociales. L'ocytocine peut également être sécrétée en réponse à une augmentation de l'osmolalité sanguine (augmentation de la concentration de certains éléments du sang tels que le sodium) ou une hypovolémie (volume sanguin trop faible). Elle permet l'évacuation du sodium par les urines et assure un effet antistress. En médecine, l'oxytocine est une ocytocine de synthèse, de constitution et de propriétés pharmacologiques identiques à celles de l'hormone naturelle. Elle permet, en usage médical, d'augmenter la fréquence et l'intensité des contractions utérines.

Quel est le mode d'action de l'ocytocine ? 

Le délai d'action de l'ocytocine est très rapide (30 secondes à 5 minutes) et sa durée d'action est relativement brève (20 minutes à 3 heures), et elle est rapidement éliminée par les reins. L'ocytocine augmente la force et la fréquence des contractions utérines par augmentation de la concentration des ions calcium (Ca2+) intracellulaires. Elle stimule également la sécrétion de prolactine faisant contracter les canaux galactophores, ce qui favorise l'éjection du lait. A doses élevées, elle présente une action vasodilatatrice.
Au niveau intracérébral, elle agit comme neuromédiateur en jouant un rôle dans les émotions et les comportements, de par son action sur ses récepteurs présents dans l'ensemble du cerveau, et plus particulièrement en activant les récepteurs dopaminergiques du système limbique (qui gère les humeurs et les liens sociaux) et en inhibant les fonctions de l'amygdale (organe de perception de la peur) via son action sur le système GABAergique. Elle inhibe également l'augmentation du cortisol, hormone du stress.

Quels sont les effets de l'ocytocine ?  

Les effets de l'ocytocine sont variés : elle favorise les contractions utérines lors de l'accouchement et l'éjection du lait lors de l'allaitement et elle diminue l'activité de l'amygdale impliquée dans la détection de la peur, tout en favorisant les liens mère-enfant. Elle présente un effet positif sur les interactions sociales et l'affection (empathie, confiance, générosité, attachement, mécanismes amoureux, lien conjugal, sexualité, sentiment d'appartenance à un groupe, monogamie, etc.) ainsi que dans la réponse au stress. Des études plus récentes ont démontré l'action bénéfique de l'ocytocine dans le mécanisme de l'autisme (où les taux d'ocytocine sont abaissés), de la schizophrénie, de la phobie sociale et de la dépression (y compris en post-partum, les taux d'ocytocine étant parfois abaissés chez les femmes à risques de développer une dépression du post-partum). Toutefois, des études complémentaires sont nécessaires pour une éventuelle utilisation de l'ocytocine dans ces indications.

Indications : quand prendre de l'ocytocine ? 

L'oxytocine (ocytocine de synthèse) est utilisée par voie injectable dans la prise en charge des atonies utérines consécutives à une hémorragie de la délivrance (post-partum), pour induire une rétractation utérine après une chirurgie obstétricale (césarienne, interruption de grossesse) ou en cas d'insuffisance de contractions utérines en début ou en cours de travail. Dans certains pays, le spray nasal est administré comme médicament pour faciliter l'éjection du lait maternel. C'est en effet le seul moyen d'apporter de l'ocytocine dans le cerveau, mais les doses administrées ne sont pas contrôlables et la molécule est dégradée très rapidement ce qui n'en fait pas un traitement probant. Enfin en ce qui concerne les troubles sociaux (phobie sociale, autisme, dépression, schizophrénie, etc.), des études sont encore nécessaires avant de proposer l'oxytocine dans ces indications.

Quels sont les médicaments qui contiennent de l'ocytocine ? 

En France, le Syntocinon® et ses génériques (Oxytocine Ever Pharma®, Oxytocine Medisol® et Oxytocine Panpharma®) sont les seuls médicaments commercialisés à base d'oxytocine. Ce sont des ampoules de solution injectable d'oxytocine administrées par voie parentérale ou éventuellement intra-murale.

Est-ce disponible avec ou sans ordonnance ? 

L'oxytocine est un médicament non disponible en pharmacie de ville, uniquement réservé à l'hôpital. Ce traitement est inscrit sur la liste 2 des substances vénéneuses ce qui signifie qu'il nécessite une prescription médicale pour être délivré. Les sages-femmes sont habilitées à prescrire l'oxytocine.

Quels sont les effets secondaires de l'ocytocine ? 

Les effets indésirables les plus fréquents de l'ocytocine sont des maux de tête, une accélération ou une diminution du rythme cardiaque, des nausées et des vomissements. Plus rarement, peuvent s'observer des troubles liés à l'accouchement ou aux conditions périnatales (hémorragies, hypotonie ou hypertonie utérine, etc.). En cas d'administration trop rapide, l'oxytocine peut provoquer une hypotension immédiate et transitoire avec flush et tachycardie réflexe. Dans de très rares cas, l'oxytocine peut augmenter le risque de coagulation intravasculaire disséminée (CIVD), d'autant plus si la femme présente d'autres facteurs de risques tels qu'un âge supérieur à 35 ans, des complications pendant la grossesse ou une grossesse de plus de 40 semaines gestationnelles. Des éruptions cutanées, des difficultés à respirer, des contractions utérines (voir rupture de l'utérus), des troubles cardiaques, de la rétention d'eau, une hyponatrémie (manque de sodium dans le sang), un œdème pulmonaire et des bouffées de chaleur sont également possibles bien que très rares.

Quelles sont les contre-indications de l'ocytocine ?

L'oxytocine est contre-indiquée en cas d'hypersensibilité à l'oxytocine ou à l'un des composants présents dans le médicament, en cas de dystocie (excès de volume fœtal ou mauvais positionnement du fœtus), de fragilité ou de distension excessive de l'utérus, d'hypertonie utérine ou de souffrance fœtale quand l'accouchement n'est pas imminent, de troubles cardiovasculaires, de toxémie gravidique sévère, de prédisposition à l'embolie amniotique (mort fœtale in utero, hématome rétro placentaire) ou encore en cas de placenta prævia (implantation du placenta dans la partie inférieure de l'utérus, au-dessus de l'ouverture du col de l'utérus). De plus, une extrême prudence s'impose chez les femmes ayant une prédisposition à l'ischémie myocardique, un syndrome du QT long ou présentant des facteurs de risque de coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) en post-partum. L'oxytocine doit impérativement être injectée par voie intraveineuse lente au risque de déclencher une hypotension immédiate transitoire avec flush et tachycardie réflexe si l'administration est trop rapide. En cas d'utilisation d'une prostaglandine (comme la sulprostone), elle ne doit pas être injectée en même temps que l'oxytocine.

Sources : 

- Revue médicale Suisse "L'ocytocine : hormone de l'amour, de la confiance et du lien conjugal et social" (Rémy C., Martin-Du Pan)
- CNRS Le Journal "Ocytocine : du philtre d'amour au médicament" (Anne-Sophie Boutaud)

Principes et substances actives