Lidocaïne : indications, effets secondaires, danger

La lidocaïne est un anesthésique local qui soulage les douleurs (du mal de gorge à la péridurale) et certaines formes d'inflammation. Ce médicament est le chef de file des anesthésiques locaux. Comment agit la lidocaïne ? Quelles sont les indications ? En crème, patch ou spray ? Les effets secondaires ?

Lidocaïne : indications, effets secondaires, danger
© modesto3-123RF

Définition : c'est quoi la lidocaïne ? 

La lidocaïne est un anesthésique local de la famille des amino-amides. Il soulage les douleurs et certaines formes d'inflammation. Ce médicament, chef de file des anesthésiques locaux, présente l'avantage d'agir rapidement (une minute environ) et d'avoir une longue durée d'action (environ une heure). Une administration unique permet ainsi de soulager une douleur passagère ou liée à un acte médical. Pour les douleurs plus prolongées, la lidocaïne peut être administrée en plusieurs fois (à faible dose) ou de manière prolongée, comme par exemple lors d'une péridurale. La lidocaïne présente également des effets anti-arythmiques.

Comment agit la lidocaïne ? 

La lidocaïne agit en se fixant sur des récepteurs spécifiques, situés dans la membrane excitable de la cellule nerveuse (neurone périphérique), et en bloquant les canaux sodiques ce qui empêche la transmission de l'influx nerveux et donc de la douleur (= anesthésie). La transmission du signal électrique est normalement provoquée par un passage du sodium au niveau de la membrane des cellules nerveuses, créant alors une dépolarisation qui sert de signal électrique. Lorsque les canaux sodiques sont bloqués par la lidocaïne, la dépolarisation de la cellule nerveuse n'a pas lieu ce qui aboutit à une perte réversible de la sensation douloureuse.

Quelles sont les indications de la lidocaïne ? 

Les indications de la lidocaïne sont nombreuses. Elle est utilisée en anesthésie locale précédent un acte médical ou chirurgical (prise de sang, perfusion, injection, ponction, infiltration, exploration, sondage vésical, petite ablation, suture, soin d'une plaie, etc.) et en anesthésie topique ou des muqueuses en cas de plaie ou d'inflammation douloureuse (douleur locale superficielle, mal de gorge, plaie ou inflammation de la muqueuse buccale ou génitale, etc.). La lidocaïne injectable est utilisée en anesthésie régionale, par bloc nerveux, ou encore en anesthésie péridurale. La lidocaïne peut être utilisée seule ou associée à une autre molécule comme par exemple à un corticoïde, à un antibiotique,  à un antiseptique ou un bactéricide tels que la chlorhexidine et le cétramide dans les maux de gorge ou de la bouche, à l'adrénaline ou la noradrénaline pour les anesthésies loco-régionales, à un autre anesthésique tel que la prilocaïne dans le soulagement des douleurs cutanées avant un acte médical, ou encore à la naphazoline pour les anesthésies liées à des actes ou examens buccodentaires, des bronches ou de la sphère ORLDepuis l'arrivée de médicaments plus récents tels que les béta-bloquants, la lidocaïne n'est en revanche pratiquement plus utilisée en cardiologie, où elle présentait un intérêt comme anti-arythmique d'urgence.

Quels sont les médicaments contenant de la lidocaïne ? 

Un grand nombre de médicaments contiennent de la lidocaïne, dépendamment de la zone à anesthésier, de la dose à administrer et de la forme galénique utilisée. Certaines spécialités sont réservées à l'usage professionnel. Outre les formes commercialisées sous le nom de lidocaïne par certains laboratoires génériques, on retrouve les spécialités commerciales aux dénominations suivantes comme par exemple : Aftagel®, Anesderm®, Angi-Spray mal de gorge®, Colludol®, Dynexan®, Dynexangival®, Emla®, Humex mal de gorge®, Onctose®, Strepsils lidocaïne®...

Spray, patch, crème : sous quelle forme la lidocaïne est-elle disponible ? 

La lidocaïne est commercialisée sous plusieurs formes, en fonction de la localisation de la zone douloureuse à anesthésier.  Elle est principalement administrée sous forme topique pour les douleurs cutanées, mais est également utilisées en infiltration, en instillation (ex : gouttes auriculaires Panotile® et Otipax®) et par voie intraveineuse. Pour les maux de gorge ou de la bouche, elle est administrée sous forme de pastilles, de pâtes à sucer, de sprays à pulvérisation buccale ou encore de gels ou de crèmes. Pour les préventions des douleurs liées à une injection (comme des vaccins ou des médicaments injectables) ou à une prise de sang, les crèmes et les patchs sont souvent privilégiés. L'emplâtre à base de lidocaïne (Versatis®) est utilisé dans les douleurs post-zostériennes (= consécutives à un zona). Pour une péridurale, une infiltration articulaire, un acte dentaire douloureux, une ponction lombaire, une biopsie ou de manière générale toute douleur loco-régionale autre que cutanée ou superficielle, la lidocaïne est administrée sous forme d'une solution injectable ou d'un gel injectable disponibles en flacons ou en seringues.

Quels sont les effets secondaires de la lidocaïne ?  

Les effets secondaires de la lidocaïne peuvent être cardiovasculaires (hypotension, dépression cardiaque, ralentissement du rythme cardiaque voire un arrêt cardiaque) ou neurologiques (étourdissements, engourdissements, bourdonnement d'oreilles, troubles auditifs, troubles articulaires, désorientation, somnolence, contraction musculaire, tremblements, frissons, convulsions, choc anaphylactique, dépression respiratoire voire arrêt respiratoire). La gravité des effets indésirables est souvent liée à la dose administrée et des symptômes de toxicité peuvent être le signe d'un surdosage. De rares cas de réactions allergiques ont été observées (urticaire, lésions cutanées, oedèmes).Pour les formes topiques, peuvent être constatées des sensations de brûlure ainsi que des démangeaisons, œdèmes, rougeurs, chaleur et pâleur au site d'application.

Quelles sont les contre-indications de la lidocaïne ?

Les contre-indications au recours à la lidocaïne sont : 

  • Une hypersensibilité ou allergie connue à la lidocaïne, aux anesthésiques locaux aux liaisons amides ou aux excipients du médicament concerné ;
  • Les personnes atteintes de porphyries récurrentes (altération de la fabrication de l'hémoglobine) ;
  • Une épilepsie non stabilisée ;
  • Une administration intra-veineuse à une concentration supérieure à 5 mg/ml ;
  • Une association avec des médicaments anti-arythmiques donnant des torsades de pointe (amiodarone, sotalol, etc.).

Quels dangers et précautions d'emploi de la lidocaïne ?

Les principaux dangers lors de l'utilisation de la lidocaïne sont liés à la dose administrée et la voie d'administration. La lidocaïne doit être utilisée avec prudence chez les personnes souffrant d'hypovolémie, d'épilepsie, de certains troubles cardiaques, d'insuffisance respiratoire, d'insuffisance hépatique ou encore de porphyrie. Quelques médicaments comme les anti-arythmiques, la cimétidine, la fluvoxamine ou encore certains médicaments utilisés en cardiologie font l'objet de précautions d'emploi, une surveillance doit être effectuée. Les posologies de ces médicaments peuvent nécessiter un ajustement lors du traitement par la lidocaïne. La conduite de véhicules et l'utilisation de machines est aussi à prendre en compte en raison des altérations possibles de la mobilité et de la coordination des mouvements ainsi que de la fonction mentale, en fonction de la dose de lidocaïne administrée.
Il convient également d'être vigilent lors de l'utilisation de la lidocaïne au niveau buccal ou de la gorge (gels, sprays, comprimés ou pâtes à sucer) en raison du risque de fausse route (passage des aliments dans le pharynx).

Principes et substances actives