Fatigue et Covid : durée, Omicron, que faire ?

Symptôme fréquent de la Covid-19, d'Omicron par exemple, la fatigue peut se manifester aussi bien lors de la phase aiguë de l'infection que dans le cadre d'un Covid long. Quelle durée ? Que faire ? Éléments de réponse avec le Pr Christian Rabaud, infectiologue au CHRU de Nancy.

Fatigue et Covid : durée, Omicron, que faire ?
© fizkes - stock.adobe.com

La fatigue est-elle un symptôme du Covid ?

La fatigue est un symptôme bien connu de la Covid-19, quel que soit le variant (Omicron...). Lors de la phase aiguë, elle s'inscrit dans un tableau essentiellement respiratoire avec la fièvre, la toux, ainsi que la perte du goût et de l'odorat. Le plus souvent, la fatigue est transitoire. Mais, elle peut aussi persister (voir disparaitre avant de réapparaitre), auquel cas on évoque un Covid long.

Est-elle un symptôme du Covid long ?

Lorsque la fatigue persiste au-delà de 3 mois après la phase aiguë de l'infection, elle est dite "chronique" et s'inscrit dans ce que l'on appelle un Covid long. La fatigue, physique et/ou psychique, est d'ailleurs le symptôme le plus fréquent du Covid long. Elle impacte la vie quotidienne du sujet. "Néanmoins, il est primordial de distinguer la fatigue qui persiste après une infection COVID qui n'a pas présenté de critère de gravité majeure, et la fatigue résiduelle observée chez les patients pris en charge en soins critiques : Il faut savoir que les personnes qui passent un long moment en réanimation (y compris pour des pathologies non COVID) ont souvent un temps de récupération post-réanimation voire des séquelles neurologiques, ce qui engendre de la fatigue supplémentaire", nuance le Pr Christian Rabaud.

Est-on plus fatigué avec Omicron ? 

"Globalement, le variant Omicron est plus contagieux que les précédents, mais il entraîne beaucoup moins de formes graves. On ne sait pas encore si la fatigue qu'il provoque est plus importante qu'avec la variant historique "Wuhan". La huitième vague vient tout juste de s'arrêter, on n'a pas suffisamment de recul pour évaluer cette fatigue", indique l'infectiologue.

Combien de temps dure la fatigue liée au Covid ?

Elles n'ont plus autant de dynamisme, de force musculaire, et sont dans l'incapacité à reprendre une activité physique.

La récupération peut être lente et fluctuante. "Ce que l'on observe de positif, c'est que les personnes qui se plaignent de symptômes persistants au-delà de 3 mois sont de moins en moins nombreuses après 6, puis 12 mois. Mais d'autres ayant été touchées lors de la première vague sont toujours en souffrance aujourd'hui. Autrement dit, si beaucoup retrouvent leur état antérieur, d'autres ne récupèreront que très lentement voire peut-être jamais", détaille l'infectiologue. De nombreuses personnes souffrant d'un Covid long considèrent ne pas avoir retrouvé leur état antérieur. Elles expriment une fatigue intense, notamment intellectuelle, et évoquent une sensation de brume cérébrale, une incapacité à se concentrer, à réfléchir, ainsi qu'une fatigue physique importante. Elles n'ont plus autant de dynamisme, de force musculaire, et sont dans l'incapacité à reprendre une activité physique.

Que faire pour soulager la fatigue à cause du Covid ? 

"Pour soulager un symptôme, il est nécessaire d'en comprendre les mécanismes. Par exemple, si on trouve une carence en tel ou tel élément, on va pouvoir la compenser grâce à une supplémentation. En cas de phénomène inflammatoire persistants, des traitement anti-inflammatoires pourraient avoir une efficacité. Or, à ce jour, le mécanisme à l'origine de la fatigue du Covid-19 reste méconnu", explique notre interlocuteur. Néanmoins, adopter une bonne hygiène de vie (notamment une réadaptation à l'effort) et de sommeil peut contribuer à améliorer la situation : 

  • Éviter l'exposition aux écrans deux heures avant d'aller se coucher 
  • Ne pas consommer d'excitants après 17h 
  • Pratiquer une activité physique régulière 
  • S'exposer à la lumière du jour 
  • Écouter son corps : aller se coucher en présence de signes de fatigue
  • Dormir au moins 8h par nuit pour un sommeil réparateur. 

Merci au Pr Christian Rabaud, infectiologue au CHRU de Nancy