Syndrome de Kleefstra : une maladie liée au chromosome 9

Le syndrome de Kleefstra est une maladie génétique rare liée à une anomalie sur le chromosome 9. Quels sont les signes ? En quoi consiste la prise en charge ? Quelle est l'espérance de vie ? Le point avec le Dr Laurence Perrin, généticienne clinicienne spécialisée dans le syndrome de Kleefstra exerçant à l'hôpital Robert Debré à Paris.

Syndrome de Kleefstra : une maladie liée au chromosome 9
© olesiabilkei

Définition : c'est quoi le Syndrome de Kleefstra ?

Le syndrome de Kleefstra est une maladie génétique rare qui survient généralement de novo, c'est-à-dire sans qu'aucun des parents n'en soit atteint. Elle est due soit à une délétion d'une partie du bras long du chromosome 9, soit à une mutation du gène EHMT1. Sa prévalence est estimée à 1/120 000 et elle touche aussi bien les filles que les garçons. 

Quels sont les signes du Syndrome de Kleefstra ?

Le Syndrome de Kleefstra se caractérise essentiellement par une dysmorphie faciale légère mais caractéristique (brachycéphalie, front large, forme inhabituelle des sourcils, hypoplasie malaire, prognathisme, nez court) et une déficience intellectuelle extrêmement variable d'un patient à l'autre. "Certains enfants présentent des troubles de l'apprentissage à l'école, d'autres ont des atteintes beaucoup plus sévères avec une absence de marche ou de langage. Diverses malformations peuvent également être associées : cardiaques, génito-urinaires, digestives, cérébrales, pulmonaires, bucco-dentaires, ORL, ophtalmologiques, endocrinologiques. Là encore, leur nature diffère d'un sujet à l'autre. Parfois, une épilepsie est retrouvée. On peut retrouver des difficultés d'alimentation et/ou une hypotonie en période néonatale ce qui interpelle le corps médical et l'amène à effectuer des examens complémentaires. Le bilan peut également être initié car l'enfant présente un retard de développement psychomoteur", précise le Dr Laurence Perrin, généticienne clinicienne. 

Quelles sont les causes du Syndrome de Kleefstra ? 

Deux causes peuvent être à l'origine du Syndrome de Kleefstra : 

  • Une délétion du bras long du chromosome 9 ;
  • Une variation pathogène du gène EHMT1. 

Combien y a-t-il de cas de Syndrome de Kleefstra en France ?

La prévalence du syndrome de Kleefstra est estimée à 1/120 000 dans le monde, ce qui est rare. "Pour ma part, je suis une trentaine de patients mais on détecte de plus en plus de cas car les techniques pour les diagnostiquer sont de plus en plus performantes, ce qui augmente fondamentalement le nombre de cas", indique la généticienne.

Quel lien entre Syndrome de Kleefstra et autisme ?

"Des troubles du spectre autistique ont été décrits mais leur incidence reste mal connue. L'autisme peut constituer un symptôme du Syndrome de Kleefstra, notamment avec des enfants qui ont du mal à communiquer, mais ce n'est pas une généralité", informe la spécialiste. 

Comment pose-t-on le diagnostic du Syndrome de Kleefstra ?

Le diagnostic peut être suspecté dès la naissance face à une hypotonie ou des malformations diverses et variées. Durant la petite enfance, le syndrome de Kleefstra pourra être recherché en cas de dysmorphie ou de retard psychomoteur. Dans l'enfance et à l'âge adulte, il sera évoqué dans le cadre de troubles du neurodéveloppement ou de particularités faciales. Le diagnostic repose, en premier lieu, sur la réalisation d'une CGH Array, une technique de recherche clinique permettant de vérifier l'intégrité des chromosomes et de mettre en évidence l'anomalie sur le chromosome 9 (petit morceau en moins sur le bras long du chromosome 9). Lorsque cette délétion n'est pas retrouvée, un séquençage d'un panel de gènes ou de l'ensemble des gènes, dont le gène EHMT1 est réalisé, à la recherche d'une faute de frappe sur ce dernier.

Quel est le traitement du Syndrome de Kleefstra ?

Actuellement, il n'existe pas de traitement curatif. La prise en charge repose sur le traitement des symptômes, l'évaluation des difficultés cognitives et une prise en charge éducative. Selon les troubles observés (complications neurologiques, cardiaques, alimentaires, ORL, ophtalmologiques, bucco-dentaires...), le sujet sera orienté vers des professionnels compétents.  

La prise en charge repose sur le traitement des symptômes.

Quelle prise en charge pour un enfant atteint de ce syndrome ?

"La prise en charge est essentiellement éducative et vise à améliorer les troubles du neurodéveloppement. Elle peut comprendre un suivi par un kinésithérapeute, un orthophoniste, un psychomotricien, un éducateur spécialisé, un pédopsychiatre, un neuropédiatre...Puis, selon les capacités cognitives de l'enfant, il pourra être orienté vers une scolarité adaptée", détaille le Dr Laurence Perrin.

Quelle est l'espérance de vie en cas de Syndrome de Kleefstra ?

"L'espérance de vie en cas de syndrome de Kleefstra demeure difficile à déterminer car on ne connaît pas le syndrome depuis assez longtemps. Cela dépend également des complications associées qui sont différentes pour chaque patient", explique la généticienne spécialiste du syndrome de Kleefstra.

Merci au Dr Laurence Perrin, généticienne clinicienne spécialisée dans le syndrome de Kleefstra exerçant à l'hôpital Robert Debré à Paris.

Maladies génétiques