Protéine Tau : définition, dosage, comment l'éviter ?

L'accumulation de la protéine Tau est impliquée dans la survenue et le développement de maladies neurodégénératives, telles que la maladie d'Alzheimer. Comment ? Est-elle liée à Parkinson ? Peut-on éviter sa présence ? Les explications du Dr. Rémy Genthon, neurologue.

Protéine Tau : définition, dosage, comment l'éviter ?
©  stephphotographies-123RF

Définition : qu'est ce que la protéine Tau ?

Tau est une protéine présente dans les axones des neurones. Elle participe à leur stabilité. "Mais parfois, par des mécanismes pas tous élucidés, la conformation de cette protéine change, lui faisant perdre son rôle et conduisant à l'agrégation des protéines Tau entre elles : des amas de protéines Tau se forment alors, ce qui provoque la mort des neurones et entraine le développement de démence et de maladies neurodégénératives", explique le Dr. Rémy Genthon.

Quel rôle dans la maladie de Parkinson ?

"La maladie de Parkinson, comme la maladie à corps de Lewy ne sont pas des tauopathies, mais elles sont toutes deux dues à l'accumulation d'une autre protéine : l'alpha-synucléine", indique le Dr. Genthon.

Quel rôle dans la maladie d'Alzheimer ?

La progression des agrégats de protéine Tau est en lien avec la progression des symptômes de la maladie (1). "Lorsque la protéine Tau pathologique se propage, elle est capable d'entraîner l'agrégation de nouvelles protéines Tau et c'est ainsi que la maladie progresse de neurones en neurones. Cette destruction neuronale est très progressive et des années peuvent s'écouler avant que les premiers symptômes n'apparaissent", explique l'expert. Les premières lésions commencent par l'hippocampe, une zone située au cœur du cerveau et impliquée dans le processus de mémorisation (enregistrement et rappel des souvenirs…). Elle atteint ensuite le système limbique qui gère les émotions, les liens entre souvenirs et comportements ainsi que le sommeil et l'appétit. Enfin le cortex impliqué dans le langage, la mémoire, le contrôle des gestes, la maitrise de l'espace et le raisonnement est atteint lui aussi.

Quelle origine ?

"La protéine Tau est une protéine naturelle, normalement présente dans l'organisme humain (et les vertébrés en général). Elle est synthétisée par transcription de l'ADN en ARN puis traduction en une protéine, suite d'acides aminés. Le gène de la protéine Tau est situé sur le chromosome 17", explique le neurologue.

Où se trouve-t-elle ?

Elle est présente dans le cerveau, dans les neurones où elle stabilise les microtubules, maintenant la structure des prolongements neuronaux, en particulier les axones. Ces prolongements des neurones constituent le câblage du système nerveux conduisant le signal électrique du corps cellulaire jusqu'aux synapses, zones où le signal pourra passer d'un neurone à l'autre (par la libération de neuromédiateurs).

Comment l'éviter ?

"La piste thérapeutique la plus avancée (de façon similaire à ce qui a été fait pour lutter contre les dépôts amyloïdes de la maladie d'Alzheimer) est l'utilisation d'anticorps ciblant la protéine tau pathologique", détaille le Dr. Genthon. Les essais thérapeutiques chez l'homme ont débuté, malheureusement sans succès pour l'instant. D'autres pistes existent, mais sont moins avancées.

Protéine Tau Phosphorylée : c'est quoi ?

"La protéine Tau comporte de nombreux (plus de 80) sites ou peut se fixer un phosphate sous l'effet de réactions enzymatiques. On sait que l'excès de phosphorylation de la protéine Tau conduit à la déformer, lui faisant perdre sa fonction (elle tend à se détacher de la tubuline) et à s'auto-agréger", précise le neurologue. La raison pour laquelle celles-ci subissent une phosphorylation anormale reste inconnue.

Comment faire son dosage ?

"On peut doser la protéine Tau dans le Liquide Céphalo Rachidien (LCR) recueilli par ponction lombaire. Sa concentration, en particulier celle de la Tau phosphorylée, est augmentée dans les Tauopathies. Les progrès de la sensibilité des dosages permettent maintenant de doser cette protéine dans le sang", précise le Dr. Gentho. On sait que la forme phosphorylée p-tau231 est élevée très précocement dans la Maladie d'Alzheimer. (2)

Dans quels aliments peut-on la trouver ?

La protéine Tau est endogène : elle est fabriquée par l'organisme et elle est nécessaire au bon fonctionnement des neurones. Les problèmes surviennent quand elle perd sa conformation normale et devient capable de s'auto-agréger.

Merci au Dr. Rémy Genthon, neurologue

Sources :
1.    Brier MR et al. Tau and Aß imaging, CSF measures, and cognition in Alzheimer's disease. Sci Transl Med 2016 ; 8 : 338ra66.
2.    Ashton, N.J., Pascoal, T.A., Karikari, T.K. et al. Plasma p-tau231: a new biomarker for incipient Alzheimer's disease pathology. Acta Neuropathol 141, 709–724 (2021). https://doi.org/10.1007/s00401-021-02275-6

Neurologie