Insuffisance hépatique : symptômes, bilan, traitements

L'insuffisance hépatique est une dégradation sévère de la fonction hépatique. À quoi est-elle due ? Comment la reconnaître et la soigner ? Quelles conséquences pour la santé ? Le Dr Franck Amoros, gastro-entérologue et hépatologue, nous éclaire à ce sujet. 

Insuffisance hépatique : symptômes, bilan, traitements
© Ian Allenden - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'une insuffisance hépatique ? 

Une insuffisance hépatique est une diminution de la masse fonctionnelle du foie. Cette diminution peut être consécutive à une destruction des cellules du foie appelées hépatocytes. L'insuffisance hépatique peut être aiguë, comme dans les intoxications brutales au paracétamol par exemple, ou plus souvent d'installation chronique comme dans l'évolution des hépatites virales, les cirrhoses du foie ou les cancers. 

Quelles sont les causes ?

Il existe deux causes à l'insuffisance hépatique : 

  • Une cirrhose en évolution terminale : "c'est la forme d'évolution de toutes les maladies chroniques du foie. Qu'elle soit liée au virus de l'hépatite B, de l'hépatite C, à l'alcool ou à des causes auto-immunes, quand on ne peut pas empêcher l'évolution de la maladie, la cirrhose survient, entraînant progressivement la destruction des cellules du foie et une insuffisance hépatique pouvant mener au décès du patient s'il ne peut pas être greffé", explique le Dr Franck Amoros. 
  • Une hépatite aiguë qui peut être liée à une hépatite B, toxique comme par exemple une intoxication au paracétamol, ou une allergie médicamenteuse. "Pour le paracétamol il y a un antidote si on le donne suffisamment tôt ", ajoute le gastro-entérologue. 

Quels sont les symptômes d'une insuffisance hépatique ?

Toutes les fonctions du foie sont diminuées ce qui explique les signes cliniques : ictère, signes cutanés appelés angiomes stellaires (petits vaisseaux visibles en forme d'étoile), fatigue, mauvaise haleine, voire ascite et, plus grave, des signes neurologiques tels que la confusion mentale et le coma hépatique... 

Quelles sont les personnes à risque ?

  • Les personnes qui vont être exposées à des infections virales et les toxicomanes qui sont plus à risque d'attraper une hépatite C, une hépatite B voire une hépatite A ou une hépatite E. 
  • Les personnes qui vont développer la maladie du foie gras, c'est-à-dire la stéatose hépatique, qui est liée au surpoids et au diabète et qui peut aboutir à une cirrhose du foie et à ses complications, à savoir l'insuffisance hépatique ou le cancer du foie. 
  • Les alcooliques

Quelles conséquences pour la santé ? 

La complication la plus grave de l'insuffisance hépatique s'appelle l'encéphalopathie hépatique. Le foie n'étant plus en capacité de dégrader et d'éliminer les toxiques, ces derniers s'accumulent dans le sang et atteignent le cerveau. Résultat, cela entraîne une altération des fonctions cérébrales avec une désorientation du sujet qui peut alors tomber dans le coma. 

Quand et qui consulter ?

"Ce n'est pas toujours évident de comprendre ce qui se passe donc il faut d'abord consulter votre médecin généraliste qui va vous orienter vers un hépato gastro-entérologue", conseille le spécialiste.

Diagnostic et bilan sanguin

L'insuffisance hépatique peut être quantifiée par des dosages sur prise de sang, notamment en dosant les transaminases qui reflètent une lyse active des cellules du foie, ou en évaluant la quantité de certaines substances synthétisées par le foie, comme le taux de prothrombine qui s'abaisse proportionnellement à la destruction.

Quels sont les traitements d'une insuffisance hépatique ?

Hormis la greffe de foie, il n'existe pas de traitement pour l'insuffisance hépatique. "Le traitement est celui de la cause. Autrement dit, si vous avez une hépatite B, il faut traiter l'hépatite B avant d'avoir la cirrhose, idem pour l'hépatite C car même si cela est fait après, elles peuvent régresser. Il existe des traitements pour guérir de l'infection de l'hépatite C. En revanche, on ne peut pas guérir de l'hépatite B mais on a des traitements qui, lorsqu'on les prend en permanence, permettent de la maîtriser complètement. Si l'alcool est en cause, il faut essayer de faire arrêter les gens de boire, ce qui n'est pas toujours aisé ", note le Dr Franck Amoros.

Greffe de foie : dans quels cas ?

La greffe du foie est indiquée en cas d'insuffisance hépatique, qu'elle soit aiguë ou qu'elle évolue progressivement. "Si la vie de la personne est menacée et qu'on n'a aucun autre moyen pour la soigner, on va l'envoyer dans un service spécialisé pour déterminer si elle est éligible à une greffe, observe le gastro-entérologue. Elle sera ensuite inscrite sur une liste de greffes du foie en sachant que l'attente peut être très longue parce qu'il n'y a pas assez de greffons. En effet, il y a environ trois patients à greffer pour un foie donc malheureusement, il y en a deux qui vont décéder avant qu'on puisse les greffer". 

Quelles sont les chances de guérison ?

"Dans le cas de l'hépatite C, si l'infection est détectée à un stade précoce, on guérit 100 % des gens, la cirrhose va ensuite disparaître progressivement en quelques années", rassure le spécialiste. À un stade plus tardif, la cirrhose peut persister. 

Merci au Dr Franck Amoros, gastro-entérologue et hépatologue.

Maladies du foie