Urgence dentaire et Covid-19 : comment ça se passe depuis le 11 mai ?

Chargement de votre vidéo
"Urgence dentaire et Covid-19 : comment ça se passe depuis le 11 mai ?"

Mal à une dent, dent cassée, carie, infection... Même si la France est déconfinée, le coronavirus circule toujours activement obligeant les dentistes à changer leurs conditions de consultation. Quelles sont celles à connaitre avant de se rendre au cabinet dentaire ? Pour quelles "urgences" dentaires ?

Tous les cabinets dentaires ont rouverts au public depuis le 11 mai 2020, jour du déconfinement de la France. Mais la reprise de leur activité est accompagnée par les recommandations de l'Ordre national des chirurgiens-dentistes (ONCD) et la Haute Autorité de Santé (HAS) pour garantir la sécurité sanitaire et lutter contre la propagation du coronavirus

Qui contacter en cas d'urgence dentaire ?

"En premier réflexe, le patient doit contacter son dentiste habituel" indique l'ONCD. Le dentiste évalue le niveau d'urgence pour fixer le rendez-vous. Il explique également au patient les modalités spécifiques mises en place à son cabinet pour lutter contre la transmission du coronavirus.

Quels sont les cas d'urgence dentaire ?

Les caries douloureuses, les infections, les hémorragies, la "rage de dent" sont des urgences.

Qu'est-ce qui vous sera demandé avant de venir au cabinet dentaire ?

Le dentiste doit évaluer l'état de santé du patient, par un interrogatoire par téléphone avant la consultation. Cet interrogatoire sert à détecter les patients à risque de développer une forme grave de la maladie Covid-19, ceux en contact avec un patient avéré Covid-19 et ceux qui sont eux-mêmes Covid-19 avéré. Le report d'un acte considéré comme non-urgent peut être décrété par le dentiste en fonction des situations cliniques. La Haute Autorité de Santé demande notamment aux chirurgiens-dentistes de reporter les soins bucco-dentaires considérés comme non-urgents chez les patients avérés Covid-19, en attendant leur guérison.

Certains dentistes proposent, pour réduire une potentielle charge virale buccale, un bain de bouche à la povidone iodée ou au peroxyde d'hydrogène.

Comment se déroule la consultation ?

Le dentiste planifie ses rendez-vous en fonction de l'urgence, mais également en fonction de l'état de santé du patient. Les cas avérés Covid-19 ne doivent pas croiser les autres patients. Les horaires des rendez-vous sont donc distincts avec une procédure spécifique d'accueil des patients "afin, notamment, de limiter les contacts entre les patients et de limiter la contamination du cabinet dentaire" préconise l'HAS dans son guide des mesures et précautions lors des soins bucco-dentaires après le déconfinement. L'équipe du cabinet dentaire reçoit dans une tenue professionnelle type sur-blouse en plastique et utilise des équipements de protection individuelle adaptés à chaque situation. Enfin le dentiste applique des protocoles spécifiques pour assurer la sécurité sanitaire du patient, de lui-même et de son équipe. Par exemple, lors d'un soin aérosolisant souillant (soin avec risque de projection de sang, risque de projection/aérosolisation de salive (type détartrage), le soignant est équipé d'une tenue professionnelle totale : une surblouse en non tissé ou en plastique, qui lui protège également les avant-bras, des gants à usage unique, une charlotte ou un calot, un masque et des lunettes protectrices. Le patient doit lui aussi observer plusieurs mesures :

  • Le patient garde son masque jusqu'au début du soin et le remet dès la fin du soin. Il lui est demandé de le manipuler par les élastiques et de réaliser une hygiène des mains après avoir manipulé son masque.
  • Avant tout soin bucco-dentaire, un bain de bouche antiseptique est préconisé. Certains dentistes proposent, pour réduire une potentielle charge virale buccale, un bain de bouche à la povidone iodée ou au peroxyde d'hydrogène. L'activité virucide de ces molécules, dans des solutions pour bains de bouche, sur le SARS-CoV-2, n'est pas cliniquement prouvée, souligne néanmoins l'HAS.
  • L'utilisation du crachoir est condamné (le bain de bouche est aspiré ou recraché dans un gobelet, un haricot ou un lavabo dédié).
  • L'utilisation des aéropolisseurs et des instruments rotatifs n'est pas conseillée.

Source : 

HAS, Guide des mesures et précautions essentielles lors des soins bucco-dentaires après le déconfinement, 14 mai 2020.

Gestion de l'épidémie