Gangrène : signes, causes, traitements

La gangrène désigne la destruction d'un tissu due à un ralentissement prolongé ou à un arrêt de la circulation sanguine artérielle. De Fournier, gazeuse, diabétique, au pied... Voici les symptômes typiques de la gangrène et les traitements possibles.

Gangrène : signes, causes, traitements
© 123RF-lightfieldstudios

Définition

La gangrène est une affection qui correspond à une mort cellulaire (nécrose) pouvant atteindre une partie du corps, le plus souvent un membre ou un organe (cœur, foie, poumons...). Il suffit que la circulation sanguine soit stoppée dans une zone (artère bouchée, infection) pour que la gangrène se développe : privés d'oxygène, les tissus organiques se putréfient.

Gangrène de Fournier

La gangrène de Fournier est une affection grave caractérisée par une nécrose rapide et progressive du périnée et des organes génitaux externes. Il existe souvent un facteur déclenchant local infectieux, traumatique ou chirurgical. Des facteurs favorisants, comme l'âge, le diabète et l'immunodépression, sont souvent présents chez les patients atteints. "La prise en charge est urgente et nécessite une antibiothérapie parentérale prolongée, une rééquilibration hydroélectrolytique et un parage des tissus nécrosés", explique le Dr Philippe Boidin, chirurgien vasculaire.

Gangrène gazeuse

La gangrène gazeuse, également appelée "emphysème putride" ou "myonécrose", est une infection microbienne à Clostridium perfringens de type A (bactérie anaérobie). Cette bactérie produit du gaz au sein du tissu infecté. Il en résulte une sensation de crépitement, parfois perceptible lorsqu'on palpe les zones concernées.

Gangrène sèche et gangrène humide

On distingue en particulier la "gangrène sèche" où les tissus apparaissent souvent noirs et principalement dus à l'interruption du flux sanguin par une artère bouchée, et la "gangrène humide" dominée par la présence de tissus suintants en putréfaction. L'idéal est d'intervenir avant le stade de la gangrène : néanmoins dans les cas avancés, le rétablissement d'une circulation correcte peut ne pas être suffisant et une amputation peut être nécessaire.

Gangrène diabétique

Les personnes diabétiques sont davantage exposées au risque de développer une gangrène. On estime que le risque de gangrène chez le diabétique est multiplié par 17 comparé à celui de la population non diabétique. Ce risque est 10 fois plus élevé après l'âge de 65 ans. En France, le diabète est responsable de 10 000 amputations par an. En cause : la perte de sensibilité provoquée par la raréfaction des fibres nerveuses au niveau des extrémités.

Symptômes d'une gangrène

Les symptômes les plus souvent associés à la gangrène sont :

  • une raideur et un gonflement visible au niveau de la partie concernée
  • une perte de la sensibilité et une douleur importante au niveau de la zone gangreneuse
  • l'apparition de cloques, voire d'ulcères
  • une peau froide et pâle sur la zone affectée
  • Dans certains cas, le membre affecté peut sembler lourd et un craquèlement de la peau peut s'y apparenter.

Dans le cadre d'une origine infectieuse, d'autres signes peuvent également apparaître :

  • un état fébrile
  • une perte d'appétit
  • une augmentation du rythme cardiaque (tachycardie) et de la respiration
  • des étourdissements et des vertiges

"En l'absence de prise en charge et de traitement adapté, le tissu affecté commencera à mourir, insiste notre interlocuteur. La zone affectée se verra alors changer de couleur passant du blanc, au rouge de plus en plus foncé pour se noircir progressivement." Les risques en cas d'absence de traitement sont : une infection généralisée, une extension de la gangrène au reste du membre concerné, et même le décès. "Cette évolution dramatique est devenue rare de nos jours en raison de la prise en charge adaptée et rapide des patients."

Causes

La gangrène peut survenir après une intervention chirurgicale, dans le cadre d'une infection ou encore si le patient est atteint d'une pathologie liée à des problèmes de circulation sanguine.

"Elle est dans la plupart des cas due à un problème de circulation sanguine."

Traitements

Plus la prise en charge de la gangrène est rapide et plus vite le traitement adapté est mis en place, moins les risques d'amputation sont présents.

  • Dans le cadre d'une infection, l'antibiothérapie est généralement associée au traitement de la gangrène.
  • Dans le cadre d'une gangrène conséquente, l'acte chirurgical est généralement nécessaire, dans un premier temps afin de revasculariser la zone affectée. Dans un second, dans le cadre de l'amputation.

Avec les méthodes actuelles de traitement, la majorité des victimes de la gangrène survivent, bien que la plupart subissent des pertes de tissu musculaire. Il est possible de réduire les chances de telles complications en nettoyant soigneusement les plaies avec de l'antiseptique, en surveillant les signes de pus, de rougeur, d'enflure ou de douleur inhabituelle et en consultant un médecin à la moindre blessure susceptible de s'infecter.

Gangrène au pied : que faire ?

"Elle est dans la plupart des cas due à un problème de circulation sanguine, rappelle notre interlocuteur. Les chairs ne sont plus assez irriguées." Dès la constation des premiers signes d'altération des tissus cutanés, il faut réaliser dans les plus brefs délais un bilan vasculaire comprenant un écho-doppler et un angioscanner afin d'identifier les artères obstruées. "En fonction des résultats, les vaisseaux obstrués ou bouchés seront dilatés ou remplacés par une artère artificielle (prothèse vasculaire)."

Réalisé avec le Dr Philippe Boidin, chirurgien vasculaire à l'Hôpital privé Pays de Savoie à Annemasse.

Autour du même sujet