Hémophilie : une vie normale aujourd'hui Recherche : pour des traitements plus durables et accessibles à tous

Des progrès réellement considérables ont été réalisés ces 30 dernières années quant au traitement de l'hémophilie. Mais le chemin est encore long.

prochain défi pour les chercheurs : développer des traitements moins lourds et
Prochain défi pour les chercheurs : développer des traitements moins lourds et plus durables. ©  Darren Baker - Fotolia.com

 "Dans les années qui viennent, le but sera surtout de rendre les traitements moins lourds, explique le Pr Négrier. Si on parvient à les rendre moins fragiles et plus durables dans le temps, on peut envisager une seule injection hebdomadaire plutôt que deux ou trois, par exemple. Encore mieux : on pourrait tenter de remplacer les injections, pénibles, par un simple comprimé à avaler."

 Une autre piste consiste à inventer des traitements pour les malades qui ont développé des inhibiteurs et ne peuvent plus recevoir les injections traditionnelles.

 Quant à guérir la maladie plutôt que de pallier le manque de protéine, on n'en est pas du tout là pour l'instant. Mais il n'y a rien d'impossible : la thérapie génique a fait des progrès fulgurants dans la dernière décennie et l'espoir d'un traitement qui guérit est loin d'être saugrenu.

 Mais la problématique la plus urgente, probablement, c'est l'accès aux traitements pour le plus grand nombre. Il y a 400 000 hémophiles dans le monde "et, aujourd'hui, seuls 30 % d'entre eux ont accès aux traitements modernes", déplore le Professeur Négrier, spécialiste de cette maladie.

Sommaire