Addiction : définition, symptômes, quand consulter ?

Lorsque la dépendance prend le pas sur le plaisir, on parle alors d'addictions. Tabac, alcool, drogue, aliments... Quelles sont les substances addictives ? Quelles conséquences sur la vie quotidienne et la santé ? Surtout, comment en venir à bout ? Les explications du Dr. Hervé Martini, médecin addictologue au CHU de Nancy et membre de l'ANPAA.

Addiction : définition, symptômes, quand consulter ?
©  Brian Jackson - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'une addiction ?

L'addiction est une affection cérébrale chronique induite par la répétition d'un comportement. "Le sujet " addict " recherche et consomme de manière compulsive et répétée un produit, malgré la connaissance de ses effets négatifs, explique le Dr. Hervé Martini. L'usager perd le contrôle de sa consommation."  Les experts parlent d'addiction quand :

  • Le besoin l'emporte sur le plaisir.
  • La sensation remplace l'émotion et la relation.
  • Le produit ou un comportement envahit le champ des plaisirs possibles et devient prioritaire et impérieux pour obtenir du plaisir ou apaiser une tension.

De nombreuses substances psychoactives peuvent entrainer une addiction : le tabac, l'alcool, le cannabis, l'héroïne, des médicaments (benzodiazépines, hypnotiques…). Il existe également des addictions sans substances par exemple les jeux de hasard et d'argent (casino, poker,…) ou la cyberdépendance. D'autres comportements sont suspectées d'être addictogène c'est à dire susceptible d'entrainer une addiction, comme les troubles un comportement alimentaire. "La polyconsommation est fréquente : la personne consomme au moins deux produits par exemple de l'alcool et du tabac concomitamment ou de manière séquentielle, précise le Dr. Martini. La polyconsommation peut aboutir à la poly-addiction c'est à dire la perte de contrôle de plusieurs comportements liés ou non à un produit." L'addiction engendre des conséquences délétères : elle entraine des perturbations dans la vie personnelle, intime et professionnelle, des troubles médicaux ainsi que des modifications de l'équilibre émotionnel.

Addiction à l'alcool

Selon l'Inserm, environ 8 % de la population présenteraient une addiction à l'alcool.

Plus d'articles sur l'addiction à l'alcool

Addiction au tabac

L'addiction au tabac est certainement la plus élevée en France. Selon l'Inserm, elle toucherait 27% de la population.

Plus d'articles sur l'addiction au tabac

Addiction aux drogues

L'addiction au cannabis toucherait 7 % des adolescents de 17 % et 3 % des 18-64 ans. Quant à l'usage des autres drogues, elle concernerait en moyenne 350 000 personnes en France.

> Plus d'articles sur les drogues

Autres types d'addictions : comportementales, alimentaires...

De nombreux comportements peuvent devenir addictifs. Les statistiques sont moins précises, mais selon l'Inserm, environ 1 personne sur 10 a un comportement addictif vis-à-vis des jeux de hasard et d'argent en ligne. D'autres addictions comportementales sont en cours d'étude : les jeux vidéo, les réseaux sociaux, le sexe ainsi que les achats compulsifs. Il existe également des addictions alimentaires : "La théorie de l'addiction à la nourriture se base sur l'hypothèse que certains nutriments, certains additifs ou certains comportements en lien avec la prise alimentaire activeraient les mêmes circuits neurobiologiques que ceux impliqués dans les addictions", précise notre expert. Des études scientifiques complémentaires sont encore nécessaires.

> Voir d'autres addictions

Quelles sont les causes d'une addiction ? 

L'addiction est la rencontre entre un produit ou un comportement, un individu et un environnement. "Nous sommes tous différents et chacun de nous va réagir de manière très différente lors d'une consommation d'un produit, explique l'addictologue. Le risque de développer une addiction est lié à une combinaison de facteurs sociaux et individuels, associés aux risques propres du produit. De manière simple, la prise d'un produit ou la réalisation d'un comportement va entrainer dans le système de la récompense une libération de dopamine, neurotransmetteur du 'plaisir'. Progressivement, la sensation de bien-être ou le soulagement d'un mal-être induit par le produit va s'estomper. Le consommateur va donc répéter les prises et augmenter les doses à la recherche constante des effets ou pour éviter la sensation de manque lié à l'absence du produit. D'autres molécules présentes interagissent : les endorphines, les cannabinoïdes endogènes, la sérotonine, les hormones du stress,... ". Plus le consommateur est jeune, plus le risque de développer une addiction est important.

Quels sont les symptômes d'une addiction ?

Les addictions engendrent un état de dépendance psychique et/ou physique dont il est très difficile de s'affranchir. "Pour certains produits l'arrêt ou la diminution de la prise entraîne un syndrome de sevrage (alcool par exemple) : anxiété, insomnie, maux de tête, mais aussi confusion ou hallucination, voire des troubles de la vigilance, des convulsions ou un coma. Arrêter seul sans l'aide d'un professionnel de santé peut s'avérer dangereux lorsqu'il existe une dépendance physique", assure le Dr. Martini. Au moindre doute il ne faut pas hésiter à contacter son médecin traitant. 

Quelles sont les conséquences d'une addiction ?

Les premières conséquences sont immédiates et variables selon le contexte : le plaisir extrême, l'euphorie, la diminution du stress… qui peut conduire à une perte de contrôle et à une désinhibition. Cela peut entrainer un risque vital comme une mise en danger de soi et des autres sous l'emprise de drogues ou d'alcool. Une étude coordonnée par l'OFDT estime en effet que la conduite après une prise excessive d'alcool multiplie par 8,5 le risque d'être responsable d'un accident mortel. Si le conducteur a également consommé du cannabis, ce risque est multiplié par 15. Les conséquences se font aussi sentir sur la vie quotidienne : ainsi une personne victime d'addiction pourra avoir des problèmes au niveau de sa vie personnelle, intime, relationnelle et professionnelle. Enfin, à long terme, l'addiction peut avoir des répercussions sur la santé : au niveau de son comportement et caractère (dépression, impulsivité, troubles de la mémoire…) et au niveau de sa santé (troubles cardiovasculaires, cancers, troubles neurologiques…).

Quand et qui consulter ?

N'hésitez pas à interroger votre médecin sur votre consommation, il vous donnera des informations pour vous situer et vous aider. Dès les premiers symptômes d'une addiction, il est important d'en parler à votre médecin traitant. Selon l'addiction et son importance, il pourra vous donner un premier coup de main, notamment dans le cas d'un arrêt du tabac. Dans le cas contraire, il vous mettra en relation avec des professionnels de santé adaptés.

Comment s'en sortir ?

La prise en charge d'une addiction est pluridisciplinaire et dépendra de la nature de l'addiction et de son importance. "Ce n'est pas un sprint mais une course de fond, les rechutes sont possibles... Et l'accompagnement au long cours est important, prévient l'expert. Elle pourra reposer sur un traitement médicamenteux, un suivi psychologique individuel et/ou collectif et un accompagnent social. Le projet de soins et d'accompagnement est adapté à chacun selon ses capacités et ses souhaits (réduction de consommation ou arrêt)." Sur le plan médicamenteux, il existe des traitements de substitution, principalement pour calmer le manque dû à l'arrêt de la consommation de substances psychoactives. C'est le cas pour la tabac et l'héroïne. En parallèle, la mise en place d'un soutien psychologique permet de traiter l'origine de la dépendance. Elle repose sur différentes pratiques : les TCC, les thérapies familiales… 

Comment aider un proche ?

C'est un parcours difficile et généralement ce temps de sevrage est assez long, semé de rechutes. Le succès dépend du patient mais aussi de son entourage. Votre présence bienveillante est un plus dans la guérison. Néanmoins, elle est loin d'être facile. Pour vous y aider, il existe des groupes de paroles et de soutien. N'hésitez pas à en parler au médecin qui suit votre proche.

Merci au Docteur Hervé Martini, médecin addictologue au CHU de Nancy et membre de l'ANPAA.