Saturnisme : comment protéger son enfant ?

Maladie qui perturbe le développement neurologique et la fonction rénale, le saturnisme touche chaque année entre 200 et 300 personnes de moins de 18 ans. Le point sur les symptômes et les gestes de prévention à adopter.

Saturnisme : comment protéger son enfant ?
© esthermm

Entre 200 et 300 nouveaux cas de saturnisme sont déclarés chaque année depuis 2007 chez des personnes de moins de 18 ans. Si le dépistage de cette maladie, la réhabilitation de l’habitat ancien et la suppression des carburants plombés ont permis une importante diminution du nombre de cas de saturnisme depuis les années 1990, il reste encore plusieurs sources d’intoxication au plomb dans l’environnement.

Le seuil de déclaration obligatoire abaissé. Les autorités sanitaires ont récemment décidé, sur recommandation du Haut conseil de la santé publique (HCSP), d’abaisser de 100 à 50 microgrammes par litre la concentration en plomb dans le sang déterminant le saturnisme chez l’enfant. Applicable depuis le 17 juin 2015, ce nouveau seuil devrait ainsi permettre à trois fois plus d’enfants de bénéficier d’un dispositif d’intervention rapide de l’administration visant à supprimer l’exposition au plomb de l’enfant.

Adopter des gestes de prévention. Pour savoir si les peintures de votre immeuble sont susceptibles de contenir du plomb, vérifiez la date de construction de votre habitat. En effet, les peintures utilisées dans les immeubles construits avant 1949 peuvent contenir du plomb. Soyez alors particulièrement vigilant à la dégradation de la peinture que ça soit dans votre logement ou dans la cage d’escalier. N’hésitez pas à recouvrir les peintures dégradées de votre habitat avec du papier peint ou du carrelage. Pensez par ailleurs à bien éloigner les enfants lors de travaux et à nettoyer ensuite la pièce. Laver régulièrement les mains de votre bambin, le faire sortir le plus souvent possible et lui donner des aliments riches en fer et en calcium font aussi partie des précautions à adopter.

Troubles neurologiques et rénaux. La première source d’intoxication provient en fait des écailles et poussières des peintures au plomb de l’habitat ancien que les enfants vont respirer et avaler. L’eau, l’alimentation et les particules du sol ou de poussières peuvent être aussi responsable du saturnisme. Cette maladie perturbe le développement intellectuel et la fonction rénale du malade. Le premier symptôme particulièrement impressionnant est la colique de plomb. La personne a alors de fortes diarrhées accompagnées de vomissements et de douleurs abdominales. Un trait bleuté sur la gencive est également observé.

Lire aussi

Saturnisme : comment protéger son enfant ?
Saturnisme : comment protéger son enfant ?

Entre 200 et 300 nouveaux cas de saturnisme sont déclarés chaque année depuis 2007 chez des personnes de moins de 18 ans. Si le dépistage de cette maladie, la réhabilitation de l’habitat ancien et la suppression des carburants plombés ont permis une...