Botulisme : définition, symptômes et traitements

Le botulisme est une maladie paralytique causée par une toxine produite par la bactérie Clostridium botulinum. On l'attrape notamment en consommant des aliments contaminés comme des conserves, du miel ou des huiles aromatisées. Symptômes, diagnostic, aliments à risque et traitements pour la soigner.

Définition : qu'est-ce que le botulisme ?

Le botulisme est une maladie paralysante dû à une toxine (la toxine botulique) produite par une bactérie (Clostridium botulinum). "C'est la toxine qui rend malade et non la bactérie elle-même" souligne Christelle Mazuet, responsable du Centre National de Référence Bactéries Anaérobies et Botulisme à l'Institut Pasteur. Cette toxine est extrêmement puissante et cible les terminaisons nerveuses. Cette maladie touche aussi bien les humains que les animaux, en particulier les oiseaux et les bovins.

Le botulisme alimentaire est le type de botulisme le plus fréquent en France

Botulisme alimentaire

Le botulisme alimentaire est le type de botulisme le plus fréquent en France. Il est causé par l'ingestion d'un aliment contaminé par la toxine botulique.

Botulisme infantile

Le botulisme infantile est beaucoup moins fréquent. Il survient chez l'enfant de moins de un an lorsque celui-ci ingère la bactérie qui s'implante ensuite dans le tube digestif du bébé où la bactérie se développe ensuite et fabrique sa toxine. "Il s'agit d'une colonisation du tube digestif" précise ainsi Christelle Mazuet.

Il existe d'autres types de botulisme :

  • le botulisme de plaie qui se développe à l'occasion d'une plaie profonde ou d'une fracture : la bactérie s'introduit alors dans la plaie pour produire la toxine et contaminer la personne
  • le botulisme iatrogène provoqué par un mésusage ou des accidents dans l'injection de traitements à base de toxine botulique utilisée notamment en médecine esthétique. Il n'y a cependant jamais eu de cas confirmé en France.

Comment s'attrape-t-il ? Dans quels aliments ? (viande, conserves, miel, épices...)

Le botulisme alimentaire s'attrape par l'ingestion de produits contaminés par la toxine botulique. Il est le plus souvent lié, en France, à la consommation d'aliments en conserves de fabrication familiale ou artisanale, plus rarement de fabrication industrielle. Il s'agit notamment de conserves de végétaux peu acides (haricots verts, olives, asperges).  Tous les produits de charcuterie "maison" (jambon, jambon cru) sont également à risque. Il existe plus rarement des cas de contamination avec des produits de la mer comme du poisson fumé/ salé-séché artisanal.

Symptômes

"Le botulisme est une paralysie flasque descendante" explique Christelle Mazuet. Cela commence par des troubles de la vue (la personne voit double, a les paupières qui tombent). Ensuite, adviennent des troubles de l'élocution et de la déglutition et un défaut de salivation. Puis, en fonction de la quantité et du type de toxine ingérée, la paralysie peut s'étendre aux muscles respiratoires et aux membres supérieurs et inférieurs. Ainsi, les formes les plus graves peuvent amener à une tétraplégie et à une insuffisance voire à une incapacité respiratoire. Sans prise en charge médicale, le pronostic est donc létal.

Personnes à risque ?

"Il n'y a pas de personne à risque" souligne Christelle Mazuet. En effet, tout le monde est susceptible de consommer des produits contaminés. En revanche, les populations sensibles (les enfants et les personnes âgées) sont susceptibles de développer des formes graves de la maladie et auront naturellement plus de difficultés à se rétablir.

Diagnostic : qui consulter et examens ?

La progression des symptômes peut aller très vite et il est préférable de se rendre aux urgences : "Dans les formes graves, les patients peuvent être en réanimation dans les quelques heures suivant l'arrivée des premiers symptômes." souligne Christelle Mazuet.

Les examens sont en général faits par des neurologues afin d'écarter d'autres affections neurologiques (AVC, neuropathie auto-immune…). On pratique un certain nombre de prélèvements et d'analyse ainsi que des électromyogrammes.

Un prélèvement sanguin ainsi qu'un recueil des selles seront envoyés au Centre National de Référence des bactéries anaérobies et botulisme à l'Institut Pasteur afin de confirmer le diagnostic.

Les antibiotiques n'ont aucune action sur la toxine botulique

Traitements : soigner le botulisme

"Le traitement est essentiellement symptomatique" explique Christelle Mazuet. "des soins respiratoires intensifs avec ventilation assistée seront mis en place dans les cas les plus graves pour permettre aux gens de respirer".

Il existe un sérum qui neutralise les toxines botuliques mais il n'est efficace que s'il est injecté dans les 24 heures qui suivent l'apparition des symptômes. La grande majorité des malades pris en charge rapidement guérissent sans séquelles, mais la durée du traitement et de la convalescence peuvent parfois durer plusieurs mois. Les antibiotiques n'ont aucune action sur la toxine botulique, et ne sont donc pas prescrits.

Prévention

La prévention du botulisme repose sur des règles d'hygiène alimentaires de base :

  • laver de manière très précautionneuse les aliments avant de les mettre en conserve - "il suffit de quelques grammes de terre pour provoquer un botulisme" souligne Christelle Mazuet.
  • respecter la chaîne du froid et les dates de péremption
  • conserver le réfrigérateur à une température entre 3 et 5°C
  • Il existe un vaccin anti botulique, il cependant est réservé aux personnes exposées, et peut générer des effets secondaires importants. Il n'est pas utilisé en France.

Merci au Dr Christelle Mazuet, responsable du Centre National de Référence Bactéries Anaérobies et Botulisme à l'Institut Pasteur.

Botulisme : définition, symptômes et traitements
Botulisme : définition, symptômes et traitements

Sommaire Définition Botulisme alimentaire Botulisme infantile Comment s'attrape-t-il ? Symptômes Personnes à risque  Diagnostic Traitement Prévention Définition : qu'est-ce que le botulisme ? Le...

Autour du même sujet