Bradycardie : ce qu'il faut savoir sur ce trouble du rythme cardiaque

La bradycardie fait partie des troubles du rythme cardiaque et se caractérise par un ralentissement du rythme cardiaque, qui devient trop lent par rapport à la normale. Norme au repos, cause, symptômes et traitement... Zoom sur la bradycardie.

Définition : qu'est-ce que la bradycardie ?

La bradycardie correspond à un rythme cardiaque plus lent que la moyenne, descendant en dessous de 60 battements par minute. Elle peut être le symptôme d'une pathologie cardiaque sévère, être causée par le vieillissement ou être due à la prise de certains médicaments comme les béta-bloquants. Une bradycardie est avérée lorsque le pouls du patient est inférieur à 60 battements par minute au repos de manière chronique. Chez le jeune enfant, le cœur bat plus rapidement, donc le seuil de la bradycardie est plus élevé que chez l'adulte, notamment en période foetale. La bradycardie est un signe de souffrance fœtale et, si l'accouchement est proche, il doit être rapidement provoqué ou une césarienne doit être envisagée. La bradyarythmie est définie par un rythme cardiaque lent et irrégulier.

Normes au repos

Le rythme cardiaque est normalement de 60 à 90 battements par minute. La bradycardie est caractérisée par des battements inférieurs à 60 par minute. Cependant, chez les sportifs, ils peuvent être inférieurs à 50 par minute, sans que cela soit pathologique.

Symptômes : fatigue, malaises, vertiges...

La bardycardie peut parfois être très bien tolérée et ne provoquer aucun symptôme. Lorsqu'elle se manifeste, il peut s'agir :

  • d'une grande fatigue,
  • d'un manque d'énergie,
  • de malaises ou de vertiges.,
  • des sensations de "cœur qui s'arrête".
  • Dans les cas les plus graves, en cas de troubles de la conduction cardiaque, une syncope peut se produire. Il s'agit alors d'une urgence cardiologique.

Causes et facteurs de risque

En dehors des causes physiologiques de bradycardie, comme le sport à haut niveau, ou médicamenteuses, les bradycardies sont souvent consécutives à des troubles de la conduction auriculo-ventriculaire, c'est-à-dire un défaut de conduction de l'influx électrique entre les oreillettes et les ventricules. Ceux-ci peuvent avoir différents degrés de gravité. Les blocs auriculoventriculaires du premier degré sont souvent asymptomatiques alors que les blocs du troisième degré peuvent provoquer des syncopes à l'emporte-pièce.

Diagnostic : un ECG est nécessaire

"Un rythme cardiaque trop lent chez un sujet sédentaire ne doit jamais être négligé, même en l'absence de symptôme", alerte le Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste. Le diagnostic de bradycardie est, dans un premier temps, posé par le médecin grâce à la prise du pouls et à l'auscultation cardiaque. Il va alors prescrire un électrocardiogramme (ECG) qui va permettre de préciser le diagnostic et de visualiser ou non la présence d'un bloc auriculo-ventriculaire. Une surveillance du rythme cardiaque sur une période de 24 heures peut être nécessaire. On pratique alors un Holter-ECG.  Cet appareil permet d'enregistrer l'activité électrique du cœur sur 24 heures. Si, la plupart du temps, l'ECG suffit à poser le diagnostic de bradycardie, une exploration électrophysiologique endocavitaire réalisé en unité de cardiologie est parfois nécessaire.

© Joshua Abbas - 123RF

Traitements : médicaments béta-bloquants, pacemaker...

Le traitement de la bradycardie est tout d'abord le traitement de sa cause. Le choix du traitement dépend de l'origine de la pathologie et de ses répercussions sur le quotidien du patient. L'absence de traitement est possible dans certains cas de bloc auriculo-ventriculaire peu graves. Dans certaines pathologies et dans le cas de blocs auriculo-ventriculaires de haut degré, la pose d'un pacemaker ou stimulateur implantable est nécessaire pour accélérer la fréquence cardiaque, si les battements perçus sont trop faibles ou si des pertes de connaissance surviennent. "L'utilisation des médicaments bêtabloquants doit toujours rester prudente en raison de la diminution du rythme cardiaque qu'ils provoquent", précise le Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste. 

Risques et complications de la bradycardie

Les complications graves de la bradycardie s'observent surtout en cas de bloc auriculoventriculaire du troisième degré, puisque des pertes de connaissances et des syncopes à l'emporte-pièce sont possibles, en l'absence de traitement. Ces malaises peuvent provoquer des chutes et leur panel de complications possibles. D'autre part, la bradycardie peut provoquer une grande fatigue et un ralentissement.

Bradycardie : ce qu'il faut savoir sur ce trouble du rythme cardiaque
Bradycardie : ce qu'il faut savoir sur ce trouble du rythme cardiaque

Sommaire Définition Normes Symptômes Causes et facteurs de risque Diagnostic Traitements Complications Définition : qu'est-ce que la bradycardie ? La bradycardie correspond à un rythme cardiaque plus lent que la...