Nutri-Score : désormais obligatoire sur tous les supports publicitaires

Avez-vous déjà vu le Nutri-Score sur la face avant des produits pré-emballés ? Cet étiquetage nutritionnel coloré qui classe de A à E les denrées alimentaires est désormais obligatoire sur tous les supports publicitaires, a voté l'Assemblée nationale ce 21 février 2019.

Nutri-Score : désormais obligatoire sur tous les supports publicitaires
© Luca Bertolli - 123 RF

[Mis à jour le 26/02/19] Conçu dans le cadre du Programme National Nutrition Santé, le Nutri-Score est une échelle graphique qui classe de A à E les produits alimentaires en fonction de leurs qualités nutritionnelles : les aliments classés A sont les plus favorables en sur le plan nutritionnel, tandis que ceux classés E ont une moins bonne qualité nutritionnelle. L'objectif de ce logo ? Permettre aux consommateurs de faire facilement les bons choix dans les rayons des supermarchés. Mais surtout, pousser industriels et distributeurs à améliorer la qualité de leurs recettes. 

Nutri-Score, désormais obligatoire sur tous les supports publicitaires

Cet étiquetage nutritionnel est facultatif et repose sur le volontariat des agro-alimentaires et des entreprises. Toutefois, jeudi 21 février 2019, l'Assemblée nationale a rendu l'affichage du Nutri-Score obligatoire sur tous les supports publicitaires. Les annonceurs ont donc jusqu'au 1er janvier 2021 pour faire figurer ce logo sur leurs affichages publicitaires. En ce qui concerne "les messages publicitaires sur internet, télévisés ou radiodiffusés, l'obligation ne s'appliquera qu'aux messages émis et diffusés à partir du territoire français et reçus sur ce territoire", précise le texte de loi. Autre hic, "les annonceurs et promoteurs pourront déroger à cette règle moyennant une contribution qui sera affectée à l'Agence nationale de santé publique". 

© Manger Bouger

Nutri-Score : comment ça marche ?

Le Nutri-Score est l'étiquetage nutritionnel officiel recommandé en France. Mis au point par des équipes de recherches internationales, synthétique, compréhensible et fondé sur des bases scientifiques, ce logo fournit une information immédiate au consommateur sur la qualité nutritionnelle des produits qu'il achète.

En effet, aujourd'hui, force est de constater que les étiquettes des produits alimentaires sont complexes, voire impossible à déchiffrer. Pour comparer deux boîtes de céréales, il faut soit, avoir des connaissances solides en nutrition, soit s'armer de patience. Et quand on fait ses courses, on a besoin d'aller vite. Mais à terme, la malbouffe participe à la progression du surpoids et de l'obésité, et par conséquent à celle des pathologies cardiovasculaires et du diabète. C'est pour rendre plus lisible et accessible à tous la quantité de graisses ou de sucres présents dans les aliments qu'un texte prévoyant la simplification nutritionnelle apposée sur les emballages alimentaires a été voté dans le cadre de la loi Santé.

Le système retenu se base sur un code à 5 couleurs. Son principe ? Du vert pour les produits équilibrés, du rouge pour les aliments trop gras ou trop sucrés et trois couleurs intermédiaires (jaune, orange, rose). En somme le système permet d'identifier en un coup d'œil les aliments nutritionnellement "bons élèves", des "mauvais", en particulier trop gras ou trop sucrés. Le système a été testé avec succès dans le cadre d'une étude Nutrinet-Santé, menée par le Pr Serge Hercberg. "Des marques comme Fleury Michon, McCain, Weight Watchers, Bonduelle, Intermarché, Auchan et Leclerc Drive apposent déjà le Nutri-Score sur plusieurs de leurs emballages dans les rayons et en ligne", précise le ministère. Espérons que le plus grand nombre s'y mettent. Car plus il sera utilisé, plus le code couleur aura un effet incitatif sur les industriels pour les pousser à améliorer les recettes.

Quels aliments sont concernés ?

Exceptés les herbes aromatiques, les thés, les cafés ou encore les levures... Tous les produits transformés et les boissons sont concernés par le Nutri-Score. En revanche, les produits non transformés tels que les fruits, les légumes, le poisson ou la viande fraîche ne sont pas concernés. De même que les boissons alcoolisées. Le calcul du Nutri-Score repose sur la teneur des nutriments à favoriser (fibres, protéines, fruits, légumes...) et au contraire, ceux à limiter (sucres, sel, acides gras saturés...). A noter que pour certaines familles de produits comme les matières grasses ajoutées comme le beurre ou l'huile, le calcul du Nutri-Score a été adapté. 

En vidéo : en savoir plus sur le Nutri-Score :

Lire aussi :

Nutri-Score : désormais obligatoire sur tous les supports publicitaires
Nutri-Score : désormais obligatoire sur tous les supports publicitaires

[Mis à jour le 26/02/19] Conçu dans le cadre du Programme National Nutrition Santé, le Nutri-Score est une échelle graphique qui classe de A à E les produits alimentaires en fonction de leurs qualités nutritionnelles : les aliments classés A sont...