Ménopause : tout ce qu'il faut savoir L'étude américaine n'est pas comparable avec les THS utilisés en France

dr brigitte letombe.
Dr Brigitte Letombe. © Cécile Debise / L'Internaute Magazine

Les médias ont bcp parlé des traitements hormonaux substitutifs (THS) à un certain moment mais ne le font plus. Sont-ils dangereux ? Combien de temps puis-je les prendre ?

Les médias ont appuyé sur les risques du traitement et malheureusement les bénéfices sont moins médiatisés. Une grosse étude américaine avec tirage au sort publiée en 2002 a fait énormément de tort au traitement hormonal car elle mettait en évidence une augmentation du risque cardiovasculaire et de cancer du sein.

Il s'agissait d'une étude "hormones contre placebo" dans une population américaine dont la moyenne d'âge était de 63 ans (10 ans de ménopause installée !) donc à risque vasculaire. Les patientes de l'étude étaient hypertendues, obèses et rémunérées pour leur participation. Quant au traitement testé, il était typiquement made in USA : œstrogènes conjugués équins par VOIE ORALE et un progestatif que nous n'utilisons même pas en France ! L'étude était certes bien conduite mais sur une population mal choisie puisqu'en France nous prescrivons le traitement hormonal substitutif en début de ménopause.

"Le traitement français est bio-synthétique"

Le traitement américain n'a RIEN à voir avec celui utilisé en France. Dans les études françaises il s'agit d'avoir recours à du "BIO synthétique" : œstradiol naturel transcutané, progestérone naturelle ou rétro progestérone.

Enfin, les recommandations des autorités sanitaires françaises sont un traitement le plus court possible jusqu'à disparition des symptômes.

Sommaire