Atrésie folliculaire : définition simple, causes

L'atrésie folliculaire, plus communément appelée baisse de la réserve ovarienne, correspond à la diminution du nombre de follicules présents dans les ovaires. Si ce phénomène est naturel, il peut aussi être favorisé par certains facteurs, notamment génétiques ou environnementaux.

Atrésie folliculaire : définition simple, causes
© Andrey Popov - stock.adobe.com

Définition : c'est quoi le phénomène d'atrésie folliculaire ?

Les ovaires des mammifères constituent la réserve d'ovocytes. Près de 99% des follicules primordiaux qui commencent à grandir meurent au cours de leur croissance. Cette dégénérescence est appelée atrésie des follicules ou atrésie folliculaire. Les causes de cette sélection naturelle ne sont pas encore bien comprises, et les facteurs stimulants et inhibiteurs restent un mystère. Ce gaspillage à grande échelle des cellules germinales provoqué par l'atrésie folliculaire se produit tout au long de la vie de la femelle. On parle d'atrésie folliculaire, ou de baisse de la réserve ovarienne, quand le stock de follicules diminue à un âge non attendu, avec un risque d'induire des difficultés de conception pour la femme.

Quelle est la cause de l'atrésie folliculaire ?

"Si les causes de l'atrésie folliculaire restent mal connues, il existe des facteurs de risque bien réels, notamment : la ménopause précoce d'origine génétique survenant à 20 ou 30 ans ; des anomalies du caryotype ; des anomalies cytogénétiques des chromosomes sexuels pouvant entraîner soit un déficit complet - on parle alors d'insuffisance ovarienne - soit un déficit partiel de baisse de la réserve ovarienne, responsable d'une moins bonne qualité du fonctionnement ovarien. Des phénomènes environnementaux méconnus ne sont pas à exclure", indique le Pr Philippe Touraine, chef du service d'endocrinologie et de médecine de la reproduction de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.  

Quand commence l'atrésie folliculaire ?

Le stock de follicules se constitue dès la vie intra-utérine, puis il diminue ensuite progressivement, jusqu'à la ménopause. En moyenne, une femme en a 5 millions pendant la vie fœtale, 1 à 2 millions à la naissance et 400 000 à la puberté. Les follicules commencent naturellement à s'atrophier puis à disparaître progressivement dès l'âge de 35 ans. "D'autres facteurs peuvent précipiter ce processus : la chimiothérapie, la radiothérapie, l'environnement. La réserve ovarienne est déterminée par le taux de l'hormone antimüllérienne (AMH), mesuré par une simple prise de sang, le plus souvent au cours d'un bilan de fertilité", précise le chef du service d'endocrinologie et de médecine de la reproduction de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.

Quel est le rôle des cellules folliculaires ?

Au cours d'un cycle menstruel, la femme recrute plusieurs dizaines de follicules. Il y en a un qui va devenir dominant et qui, au moment de l'ovulation, va libérer un ovocyte. Si celui-ci rencontre un spermatozoïde, ils vont former un embryon puis un bébé. "Autrement dit, le follicule a une double fonction : il constitue la source de fabrication des gamètes sexuelles et la source de fabrication des hormones (œstrogènes et progestérone). Une femme présentant une atrésie folliculaire a moins de chance d'avoir une bonne qualité ovulatoire parce qu'elle fabriquera moins d'œstrogènes pour stimuler l'ovulation. La ménopause représente le schéma physiologique où il n'y a plus de follicules", développe le spécialiste.

Que faire si l'atrésie folliculaire ne se fait pas ?

"L'atrésie folliculaire se fait toujours. L'âge de la ménopause peut être retardé mais il n'existe pas de cas de femme ayant été en cycle menstruel jusqu'à sa mort", explique le Pr Philippe Touraine.

Merci au Pr Philippe TOURAINE, chef du service d'endocrinologie et de médecine de la reproduction de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière

Autour du même sujet

Conception