Insémination artificielle : comment ça se passe ?

L'insémination artificielle est la plus ancienne technique de procréation médicalement assistée (PMA). Elle est utilisée lorsque la cause de l'infertilité est liée au fait que les spermatozoïdes n'arrivent pas à atteindre l'ovocyte et à le féconder. Déroulement, taux de réussite, prix, remboursement : tout savoir.

Insémination artificielle : comment ça se passe ?
© 123rf-vampy1

L'insémination artificielle ou "intra-utérine" est une des techniques utilisées dans la Procréation Médicalement Assistée ou PMA. En 2019, 157 593 tentatives de PMA ont été recensées selon l'Agence de biomédecine et les inséminations occupaient toujours une large place  (30% de l'ensemble des tentatives). Elles font appel aux spermatozoïdes de donneur dans 6,3% des cas et ont contribué à 21,4% des naissances en 2019.

Définition

L'insémination artificielle est une des techniques utilisées dans la Procréation Médicalement Assistée ou PMA. Elle consiste à déposer le sperme du conjoint ou d'un donneur, directement dans l'utérus de la femme, après un recueil de sperme naturellement ou par ponction dans les testicules. Cette technique est principalement utilisée en présence de troubles modérés des spermatozoïdes chez l'homme, d'une glaire cervicale de la femme ne permettant pas la migration des spermatozoïdes ou en cas d'infertilité inexpliquée. Il s'agit de la première technique employée en cas d'infertilité inexpliquée depuis 2 ans.

Jusqu'à quel âge ?

Le recueil de spermatozoïdes peut être réalisé chez l'homme jusqu'à son 60e anniversaire et leur utilisation peut avoir lieu jusqu'au 45e anniversaire de la femme.

Pour qui ?

Lorsqu'un couple n'arrive pas à avoir d'enfant et après différents examens réalisés à la recherche de la cause de cette infertilité, la technique de l'insémination artificielle peut être proposée à condition que les trompes utérines de la femme soient en bon état. L'insémination artificielle est accessible depuis la loi de bioéthique du 2 août 2021 aux femmes seules, aux couples de femmes et aux couples hétérosexuels. Selon le texte de loilorsqu'il s'agit d'un couple, font obstacle à l'insémination :

  • Le décès d'un des membres du couple ;
  • L'introduction d'une demande en divorce ;
  • L'introduction d'une demande en séparation de corps ;
  • La signature d'une convention de divorce ou de séparation de corps par consentement mutuel selon les modalités prévues à l'article 229-1 du code civil ;
  • La cessation de la communauté de vie ;
  • La révocation par écrit du consentement prévu au troisième alinéa du présent article par l'un ou l'autre des membres du couple auprès du médecin chargé de mettre en œuvre l'assistance médicale à la procréation.

Examens

Des examens sont nécessaires avant de pratiquer l'insémination artificielle afin de vérifier qu'au moins une des trompes est perméable chez la femme et que le nombre de spermatozoïdes est suffisant chez l'homme. La femme doit donc bénéficier d'un examen gynécologique, d'un bilan hormonal et d'une hystéro-salpyngographie, pour vérifier l'intégrité de l'utérus et des trompes. L'homme devra pratiquer un spermogramme pour vérifier la qualité du sperme et l'absence d'infection sexuellement transmissible doit également être recherchée.

La réalisation de l'insémination : comment ça se passe ?

L'insémination intra-cervicale s'effectue au niveau du col de l'utérus. L'insémination intra-utérine s'effectue dans la cavité utérine. Lorsqu'il s'agit du sperme du conjoint, le nouveau-né est l'enfant génétique du couple, puisqu'il est issu d'un ovocyte de la mère et d'un spermatozoïde du père. Lorsqu'elle est réalisée avec le sperme d'un donneur anonyme: le bébé est l'enfant génétique de la mère, mais pas du père. L'insémination est un geste simple et indolore, effectué alors que la femme est installée en position gynécologique. Un fin cathéter relié à la seringue contenant le sperme est introduit par le vagin dans l'utérus. La femme doit rester allongée une trentaine de minutes. Un test de grossesse est réalisé une quinzaine de jours après, si les règles ne sont pas survenues, pour savoir si l'insémination a réussi. Le risque de grossesse gémellaire est plus important en cas de traitements inducteurs de l'ovulation. Si aucune grossesse ne survient après 6 essais, une fécondation in vitro est proposée.

• Stimulation ovarienne

La stimulation ovarienne n'est pas forcément nécessaire, si la raison de l'infertilité est liée à un obstacle au niveau des trompes. Le pic de LH sera vérifié pour être certain que l'ovulation a bien eu lieu. Il arrive cependant fréquemment que la stimulation ovarienne soit nécessaire. La femme va alors recevoir pendant la première moitié du cycle un traitement inducteur de l'ovulation, une échographie et des dosages hormonaux sont pratiqués pour surveiller l'efficacité du traitement. De l'HCG (hormone gonadotrope chorionique) est ensuite injectée en milieu de cycle pour déclencher l'ovulation. L'insémination est pratiquée 32 à 38 heures après le pic de LH ou l'injection d'HCG.

• Recueil du sperme

Le sperme est recueilli par masturbation, le jour même de l'insémination, après une période d'abstinence sexuelle de 3 à 5 jours, dans un laboratoire spécialisé et agréé par le ministère de la Santé. Le sperme est ensuite analysé et préparé pour sélectionner les spermatozoïdes les plus mobiles. Il est ensuite transporté de manière stérile vers le lieu de l'insémination. Lorsqu'un don de sperme est nécessaire il est fourni par les Centres d'étude et de conservation des oeufs et du sperme (CECOS). Le donneur doit être âgé de 18 à 44 ans. Le don est toujours gratuit et anonyme.

• Insémination

Les spermatozoïdes préparés sont injectés dans l'utérus à l'aide d'une petite sonde (cathéter) introduite par le col de l'utérus. 
La patiente peut ensuite reprendre une activité normale.

Taux de réussite

L'insémination artificielle multiplie par deux les chances de grossesses pour les couples hypofertiles. Le taux de réussite de l'insémination artificielle diminue avec l'âge.

► Le taux de grossesse après une insémination artificielle par tentatives intraconjugales est de 12,6% en 2019 et de 22,3% lors d'un don de spermatozoïdes.

► Le taux d'accouchement après une insémination artificielle par tentatives intraconjugales est de 10,8% et de 19,6% avec le sperme d'un donneur.

Taux d'accouchements par tentative* d'AMP selon le type d'AMP et l'origine des gamètes en 2019
Taux d'accouchements par tentative* d'AMP selon le type d'AMP et l'origine des gamètes en 2019 © Agence de Biomédecine

Prix et remboursement d'une insémination artificielle

Le prix d'une insémination artificielle est d'environ 1000 euros. Des dépassements d'honoraires peuvent être effectués. La procréation médicalement assistée est prise en charge à 100 % par l'Assurance-maladie, jusqu'à 43 ans pour une femme, à raison d'une seule insémination artificielle par cycle, avec un maximum de six pour obtenir une grossesse. Certaines mutuelles peuvent prendre en charge les dépassements d'honoraires.

Conseils

L'infertilité peut parfois nécessiter un soutien psychologique lors du recours à la PMA. Cette aide ne doit pas être négligée.

Source : Assistance médicale à la procréation -Principaux chiffres de l'activité. Agence de biomédecine. 2019

Conception