Contraceptif hormonal : mécanisme, indications, risques

Pilule, patch, anneau vaginal, implant, stérilet…Il existe différents contraceptifs hormonaux. Quel est leur mécanisme d'action ? Quels sont leurs avantages et leurs inconvénients ? Les contre-indications ? Réponses avec le Dr Isabelle Héron, gynécologue médical..

Contraceptif hormonal : mécanisme, indications, risques
© rattanakun - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'un contraceptif hormonal ?

Un contraceptif hormonal est une contraception à base d'hormones de synthèse qui vise à éviter une grossesse non désirée. Il agit en bloquant l'ovulation et en maintenant la glaire cervicale imperméable afin d'empêcher le passage des spermatozoïdes dans le col de l'utérus.

Quels sont les types de contraceptif hormonal ?

Il existe deux types de contraceptions hormonales :

La contraception oestro-progestative qui désigne l'association d'un œstrogène (œstrogène de synthèse ou œstrogène naturel) et d'un progestatif de synthèse). Il existe 3 modes d'administration : la contraception orale (pilule), l'anneau et le patch. "Toutes les trois sont des contraceptions oestro-progestatives, c'est uniquement la voie d'administration qui diffère, explique le Dr Isabelle Héron. L'anneau vaginal n'est pas une contraception locale, il a un mode d'action général. Il présente donc les mêmes contre-indications que la pilule". Avec le patch, les hormones sont absorbées par la peau et passent ensuite  dans les vaisseaux, ce qui bloque l'ovulation de la même façon que la pilule par voie orale.

La contraception progestative qui contient uniquement un progestatif. Elle existe sous 3 formes : la forme orale (pilule), l'implant sous-cutané et le DIU hormonal.

Quels sont les contraceptifs hormonaux pour homme ?

En dehors de la technique du retrait, du préservatif et de la vasectomie, la contraception masculine n'est pas encore aboutie. La HAS indique que les recherches sont toujours en cours sur les contraceptions hormonales pour homme mais que leur application clinique n'est actuellement pas envisageable.

Quel est le mécanisme d'action d'un contraceptif hormonal ?

Le mécanisme d'action dépend du contraceptif hormonal utilisé. "Le mécanisme d'action de la pilule, du patch et de l'anneau est le même, à savoir un blocage de l'ovulation. Par contre, le stérilet hormonal est une contraception locale qui empêche l'implantation de l'embryon au niveau de l'utérus par l'effet du stérilet sur l'endomètre, il ne bloque pas l'ovulation", indique la spécialiste.

Quels sont les avantages de chaque ?

La contraception hormonale agit dans la plupart des cas en bloquant l'ovulation, et la contraception par stérilet a pour but d'induire une modification de l'endomètre (muqueuse de l'utérus) pour empêcher l'implantation de l'embryon. "L'avantage majeur de la contraception hormonale est qu'elle peut être utilisée dès l'adolescence, alors qu'un stérilet ne peut pas être posé à une jeune fille qui n'a jamais eu de rapport. La contraception hormonale est efficace et accessible à tous les âges. L'anneau et le stérilet conviennent particulièrement aux femmes qui ont tendance à oublier la pilule ou qui ont des  horaires de travail très irréguliers", informe notre interlocutrice.

Quels sont les inconvénients ?

L'inconvénient de la contraception oestro-progestative est qu'elle est associée à une augmentation du risque vasculaire, notamment du risque thrombo-embolique veineux et à un moindre degré du risque artériel.  Bien que rare, ce risque existe et doit être mentionné. Les contraceptifs hormonaux oestro-progestatifs doivent être évités en présence de facteurs de risques vasculaires tels que antécédents de phlébite dans la famille, anomalie de la coagulation connue surpoids, tabac, alcool et diabète.

Quels sont les effets secondaires ?

Plusieurs effets secondaires peuvent être rapportés aux contraceptifs hormonaux :

  • maux de tête,
  • douleurs aux seins,
  • troubles des règles,
  • troubles de l'humeur,
  • modification de l'appétit,
  • nausées,
  • perte de libido,
  • prise de poids,
  • sècheresse vaginale.

Chez qui est-il contre-indiqué ?

Les contraceptifs hormonaux oestro-progestatifs sont contre-indiqués chez les femmes de plus de 35-40 ans et chez les femmes obèses, fumeuses, ayant de la tension artérielle, du diabète ou des antécédents familiaux de thrombose veineuse. En effet, les contraceptifs hormonaux oestro-progestatifs augmentent le risque de thrombose veineuse (embolie pulmonaire, phlébite) et artériel Les pilules de 2ème génération doivent être prescrites en première intention sauf contre-indications.

Merci au Dr Isabelle Héron, gynécologue médical et présidente de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale (FNCGM).

Autour du même sujet

Autres moyens de contraception