Frottis inflammatoire : causes, résultats, stérilet, que faire ?

Lors d'un examen gynécologique, le frottis peut parfois être inflammatoire (écrit "classe 2" sur le résultat). Cela indique la présence d'une inflammation qui peut survenir à la ménopause, à cause d'un stérilet ou suite à une candidose. Causes, traitements, que faire... Eclairage du Dr Christine Bergeron, gynécologue

Frottis inflammatoire : causes, résultats, stérilet, que faire ?
© kukota - 123RF

Le frottis cervico-vaginal consiste à prélever, par frottement, des cellules superficielles du col de l'utérus. Il s'agit d'un examen gynécologique indiqué dans le cadre du dépistage du cancer du col de l'utérus. Il permet de montrer la présence de modifications morphologiques nécessitant une prise en charge spécifique. Le compte-rendu d'un frottis peut mentionner le terme de "frottis inflammatoire". Les frottis inflammatoires sont fréquents et bénins. Comment interpréter ses résultats de frottis ? Quelles sont les causes d'un frottis inflammatoire ? Les traitements ? Le point avec Christine Bergeron, gynécologue, anatomocytopathologiste et présidente de la Société française de colposcopie et de pathologie cervico-vaginale.

Définition : qu'est-ce qu'un frottis inflammatoire ?

Le terme "frottis inflammatoire" (écrit classe 2 sur le compte-rendu) signifie que l'examen réalisé lors d'un frottis cervico-utérin a révélé la présence de cellules inflammatoires sur le fond de la lame. Il révèle la présence d'une inflammation non spécifique généralement sans conséquence. "Le frottis inflammatoire peut poser problème pour l'interprétation uniquement. Les comptes-rendus qui stipulent "frottis inflammatoire", signifie qu'il n'y a rien de spécifique mais que beaucoup de polynucléaires neutrophiles (cellules sanguines qui se manifestent surtout lors d'une réaction inflammatoire, ndlr) ont été observés sur le fond de la lame. Le col n'est pas stérile, c'est donc normal de trouver souvent une inflammation, explique Christine Bergeron, gynécologue et anatomocyto-pathologiste. Ce qui important pour la patiente dans les résultats d'un frottis, qui n'est indiqué que dans le cadre du dépistage du col de l'utérus c'est l'inscription : 'aucune cellule suspecte de malignité".

Quelles sont les causes possibles d'un frottis inflammatoire ?

Normal avant les règles

"Le fait que l'on trouve des polynucléaires neutrophiles et que cela nous apparaisse au microscope comme inflammatoire, est quelque chose de tout à fait normal avant les règles et est également assez normal au début du cycle suivant. En général on ne le mentionne pas dans le commentaire, sauf si cela est extrêmement important, au point que cela gêne la lecture du frottis. Dans ce cas, le spécialiste précise que le frottis est ininterprétable du fait de l'inflammation et que cela ne nous permet pas de donner un résultat fiable", détaille Christine Bergeron. Un nouveau test sera alors pratiqué ultérieurement.

► Autres causes

Hormis une inflammation fréquente avant les règles et en début de cycle, un frottis inflammatoire peut être dû, selon la spécialiste, à :

  • La ménopause, plus particulièrement, à une dystrophie des cellules du col de l'utérus chez la femme ménopausée. "Il n'y a pas suffisamment d'oestrogènes, ce qui entraîne une mauvaise maturation de ces cellules", commente Christine Bergeron. 
  • Une infection virale, parasitaire ou bactérienne comme un herpès ou un trichomonas (infection due à un parasite, le Trichomonas vaginalis), un chlamydia
  • Une candidoseune mycose ou une actinomycose. "Dans ces derniers cas spécifiques, ce n'est pas le prélèvement cervico-utérin qui est censé faire le diagnostic. Ces femmes doivent reprendre une consultation avec leur gynécologue en raison de leurs symptômes", ajoute notre interlocutrice.

Frottis inflammatoire avec un stérilet ?

"Le stérilet peut donner une réaction inflammatoire sur le col de l'utérus. C'est une réaction assez typique. Il n'y a rien à faire, c'est fréquent et normal", précise Christine Bergeron.  

Que faire après le résultat et qui consulter ?

"Le fait de trouver des polynucléaires n'a rien de pathologique et ne doit pas inquiéter la patiente surtout si le frottis est normal", pose notre experte. Ainsi, le médecin, pour cette seule raison, ne traitera pas sa patiente et ne demandera pas d'examens complémentaires. Le gynécologue, le médecin généraliste ou la sage-femme pourront grâce à l'interrogatoire et l'examen de la patiente établir le diagnostic. "Ils n'ont pas besoin d'attendre d'avoir le résultat d'un frottis, dans ces cas c'est l'examen clinique qui prime", souligne notre experte.

Quels sont les traitements ?

► Pour les femmes ménopausées qui présentent une dystrophie des cellules du col de l'utérus, "un traitement œstrogénique locale, souvent par des ovules, et anti-inflammatoire sera prescrit. Cela permettra de faire maturer les cellules lors d'un nouveau prélèvement", explique Christine Bergeron.

Pour les infections à l'origine de frottis inflammatoire, c'est la cause sous jacente qu'il faut traiter : un traitement antifongique s'il s'agit d'une candidose ou d'une mycose par exemple. 

Merci au Dr Christine Bergeron, gynécologue, anatomocytopathologiste et présidente de la Société française de colposcopie et de pathologie cervico-vaginale.

Questions gynécologiques