Flux Instinctif Libre : comment faire ?

Venue des Etats-Unis, la pratique du "flux instinctif libre" consiste à se passer de serviettes, de tampons ou de coupes menstruelles quand on a ses règles pour directement évacuer le sang dans les toilettes. Quelle technique ? Quels risques et contre-indications ?

Flux Instinctif Libre : comment faire ?
© 123RF-Sebnem Ragiboglu

Définition : qu'est-ce que le "flux instinctif libre" ou FIL ?

Fini les protections périodiques en période de menstruations ! Pour évacuer ses règles, on se tourne vers le flux instinctif libre (FIL). Le principe : être à l'écoute de son corps afin de ressentir le moment où le flux menstruel arrive dans le vagin, afin de pouvoir se rendre aux toilettes et l'évacuer naturellement. Si sur l'instant vous n'avez pas accès à ces commodités, il faut apprendre à garder son sang en soi, en contractant les muscles du périnée, pour le relâcher le moment voulu. Cette méthode permet de ne plus utiliser ni serviettes ni tampons ni coupes. Voilà qui fait du bien à la planète et au porte-monnaie !

Techniques : comment pratiquer le flux instinctif libre ?

Cela demande un certain entrainement. En moyenne, quatre à cinq cycles sont nécessaires avant de maîtriser le principe. Il s'agit d'acquérir, peu à peu, une conscience corporelle suffisamment fine pour percevoir les signaux envoyés par le corps au moment où il évacue les règles. Ce peut être une pression au niveau de la vessie, une contraction au niveau de l'utérus… Dans un premier temps, vous devrez sans doute vous rendre très souvent aux toilettes. C'est pourquoi mieux vaut vous entraîner lors de cycles où vous pourrez rester chez vous, car des accidents peuvent survenir. Au fur et à mesure, vous devriez en avoir moins. Quant à la nuit, pour certaines le réflexe acquis la journée perdure durant le sommeil, mais pour d'autres, c'est moins évident…

Règles abondantes : comment faire ?

Bien que cela ne soit pas impossible, lorsque le flux sanguin est très abondant, mettre en place un FIL peut être un peu plus difficile et nécessiter une bonne maîtrise de la méthode. "Les risques de "débordements" sont nettement plus importants" confirme le Dr Odile Bagot, gynécologue, auteure de "Vagin & Cie, on vous dit tout !" (Eds. Mango) et du blog Mam Gynéco.

Précautions et contre-indications

"Cette méthode parait moins jouable chez les femmes qui ont le périnée peu tonique, en particulier juste après un accouchement ou chez celles qui ont eu plusieurs enfants" estime le Dr Bagot. Elle paraît aussi plus compliquée si vous portez un stérilet qui vous déclenche des règles hémorragiques. "La nuit, pour celles qui ont le sommeil lourd, il est également plus prudent de mettre une protection périodique ou, au minimum de protéger leur matelas" ajoute l'experte.

Risques et dangers

Aucune étude ne s'est, pour le moment penchée sur le sujet. Reste que les médecins sont sceptiques, certains estimant que conserver le sang dans le vagin pendant une longue période serait propice à une contamination bactérienne. "Toutefois, une femme qui maîtrise bien son périnée, qui a des règles moyennement abondantes et prévisibles, peut, pour des raisons écologiques et économiques, utiliser cette méthode" estime le Dr Bagot.

Merci au Dr Odile Bagot, gynécologue.

Règles - Pertes