Ramadan et règles chez la femme : consignes, risques du jeûne

Les femmes menstruées ont la possibilité de mettre en pause le ramadan et de rattraper les jours manqués plus tard. Une consigne bénéfique pour les femmes qui souffrent durant leurs règles mais qui n'est toutefois pas simple à vivre. Les explications avec Mah Simpara, vice-présidente de Lallab et Léa Lang, nutritionniste. 

Ramadan et règles chez la femme : consignes, risques du jeûne
© khosrork-123RF

Quelles sont les consignes du ramadan pendant les règles ? 

Le ramadan correspond à l'un des cinq piliers de l'islam et est donc obligatoire pour les musulmans en bonne santé et en mesure de le pratiquer. "Lorsqu'elles ont leurs règles, les femmes sont dispensées de jeûne mais peuvent rattraper le nombre de jours manqués à la fin du mois du ramadan", explique Mah Simpara, vice-présidente de Lallab, association féministe et anti-raciste. 

Pourquoi une femme qui a ses règles ne peut pas faire le ramadan ? 

"Il n'y a pas d'explication claire et consensuelle sur la raison pour laquelle les femmes ne jeûnent pas durant leurs règles. Il existe ainsi une pluralité d'interprétations selon où l'on se trouve dans le monde, le modèle sociétal ou familial", précise Mah Simpara. L'autorisation de ne pas jeûner peut être due à des raisons de santé : la condition physique est parfois affaiblie par les menstruations et les douleurs liées (endométriose, SOPK etc). "Il s'agit alors d'une manière pour elles de pouvoir se reposer durant cette période physique plus compliquée et ne pas augmenter la fatigue". Mais elle peut aussi être due à l'idée que les règles sont impures. Dans leur article sur le sujet, les membres de Lallab pointent du doigt ce tabou encore trop présent au sein de la religion mais aussi de la société et dénoncent : "À cause de ces idées, nombreuses sont les personnes menstruées qui se retrouvent mises à l'écart pendant le Ramadan." En effet, Mah Simpara déplore le fait que beaucoup de femmes musulmanes "doivent se justifier, préciser qu'elles ont leurs règles ce qui peut poser problème dans certaines familles ou communautés alors que c'est communément accepté de ne pas jeûner lorsqu'une personne est malade ou possède une contre-indication médicale". Elle raconte également que "certaines personnes menstruées se privent de déjeuner" ou font semblant de prier ou de pratiquer normalement le ramadan "pour ne pas être obligées de répondre à des questions, d'exposer leur intimité" ou de faire face à un jugement. Bien entendu, cela n'est pas systématique et le problème ne se pose pas au sein de nombreuses familles. 

Quels sont les risques si on jeûne pendant ses règles ? 

En termes de santé, il faut savoir que durant les règles, "le corps dépense plus d'énergie" et les femmes menstruées peuvent être "plus à risque de faire un épisode d'hypoglycémie et de souffrir d'une déshydratation", assure Léa Lang, nutritionniste. De plus, pendant les règles, le corps a besoin d'un apport en fer pour compenser la perte de ce nutriment causée par les saignements, principalement chez les femmes qui ont des règles abondantes. Il peut y avoir un risque plus important d'anémie. De manière générale, "il est prescrit aux musulmanes et musulmans de ne pas jeûner s'il y a un risque pour leur santé", affirme la vice-présidente de Lallab. Mais elle admet que l'acceptation de cette consigne est "variable d'une femme à une autre. Certaines femmes se sentent très bien pendant leurs règles, ne souffrent d'aucun mal, et regrettent de ne pas pouvoir continuer à vivre la dynamique du ramadan". 

Merci à Mah Simpara, vice-présidente de Lallab, association féministe et anti-raciste et Léa Lang, nutritionniste. 

Règles - Pertes