Biofeedback : définition, bienfaits, constipation, kiné

Le biofeedback est une technique de rééducation indiquée notamment en cas de problèmes de constipation, d'incontinence urinaire ou anale, de migraine, de TDAH ou de stress chronique. Comment ça se passe ? Quelles précautions ? Découverte avec le Pr François Haab, chirurgien urologue et chef de service à l'hôpital Tenon, à Paris.

Biofeedback : définition, bienfaits, constipation, kiné
© microgen - 123RF

Définition : c'est quoi le biofeedback (BFB) ?

Né dans les années 1960-1970 aux Etats-Unis, le biofeedback est une technique de rééducation utilisée en médecine, en kinésithérapie ainsi qu'en psychologie. "En rééducation, le BFB permet de prendre conscience de son propre corps : elle aide à redonner conscience de son schéma corporel et améliore la capacité de ressentir ce qui se passe dans son corps", explique le Pr François Haab. Cette technique utilise différents appareillages (sondes, électrodes, capteurs…) qui recueillent des informations sur notre corps, nous renseignent et nous aident ainsi, peu à peu, à contrôler notre physiologie. En psychologie, le BFB aide à prendre conscience que nos émotions et nos pensées ont un impact sur notre corps, afin de les modifier. Si le biofeedback s'intéresse aux corps, le neurofeedback s'occupe davantage des troubles concernant le cerveau.

Quel est le principe ?

Cette discipline permet d'avoir un retour d'informations, le plus souvent sous forme de graphiques, sur une fonction biologique de notre corps, comme le périnée. Grâce à des exercices appropriés, peu à peu, le patient parvient à modifier et à contrôler la fonction du corps qui était défaillante, afin d'améliorer sa santé.

Quels sont les bienfaits ?

Ils sont nombreux. Parmi elles : les fuites urinaires et anales, les insomnies, le stress, l'anxiété, les symptômes de la fibromyalgie, les crises d'asthme, la douleur, réduire les crises d'épilepsie, l'arythmie cardiaque ou encore la dysfonction érectile, l'alcoolisme, l'arthrite, les troubles dépressifs, ou encore l'hypertension.

Biofeedback et kiné ?

Certains kinésithérapeutes utilisent cette technique de rééducation, notamment dans le traitement de l'incontinence urinaire et fécale.

Contre la constipation ?

Le biofeedback permet de relancer un transit paresseux, aussi bien chez les adultes que les enfants. En 2009, une méta-analyse concluait que le biofeedback dans le traitement de la constipation était supérieur à l'utilisation d'autres traitements, comme la prise d'un laxatif (1).

Contre la migraine ?

Cette technique peut être utilisée seule ou en complément d'un traitement ou de séances de relaxation. Elle traite principalement les tensions musculaires. La Haute Autorité de Santé reconnaît l'efficacité du Biofeedback dans cette affection pour les adultes et les enfants.

En cas d'AVC ?

Le BFB est une méthode utilisée dans la réadaptation de patients post-AVC. Elle permettrait d'améliorer la fonction motrice, souvent mise à mal à la suite de dommages causés aux centres nerveux principaux.

En cas de TDAH ?

Le neurofeedback permet l'amélioration des symptômes comme l'inattention, l'hyperactivité et l'impulsivité dont souffrent les personnes TDAH. Les études montrent même que ce traitement serait tout aussi efficace, voire même davantage, qu'une médication de type Ritalin. Ses bénéfices ont d'ailleurs été validé par la Haute Autorité de Santé en décembre 2014.

Contre l'incontinence urinaire ?

"Le biofeedback vise à donner un meilleur contrôle sur les les muscles du plancher pelvien grâce à l'aide de capteurs et de sonde. Elle a pour but de réduire la perte involontaire d'urine durant un effort, en riant ou en toussant", précise le Pr. Haab. Selon un avis de la Haute Autorité de Santé en février 2000, "si l'état de la patiente le permet, cette technique permet d'objectiver la contraction des muscles du plancher pelvien, qu'elle soit correcte ou incorrecte, et donc d'aider la patiente à améliorer le recrutement musculaire. Le biofeedback instrumental améliore le contrôle de la miction chez des patientes présentant une incontinence urinaire liée à un effort ou mixte".

Contre l'incontinence fécale ?

Le biofeedback serait une technique des plus efficaces pour venir à bout de l'incontinence fécale. Le praticien place une sonde capable de mesurer la pression dans le canal anal, et grâce à des exercices spécifiques, permet de renforcer les muscles de la région afin de renforcer la continence. Les études montrent que le BFB permet d'obtenir une continence complète ou quasi complète.

Où faire du biofeedback ?

Certains médecins, kiné et sage-femme utilisent cette technique de rééducation.

Comment se passe une séance ?

Une séance dure de 20 minutes à 1 heure en fonction de l'indication.

La séance se déroule dans un lieu calme. Le patient s'installe confortablement, s'allonge ou s'assoit. Le praticien dispose des capteurs (électrodes, sondes…) aux endroits du corps, selon le trouble à traiter, afin d'enregistrer différents signaux sur votre corps (tension artérielle, rythme cardiaque, tension musculaire…). A l'aide de divers exercices mentaux, musculaires et/ou respiratoires, le praticien vous aide à agir sur votre corps afin de modifier les réponses physiologiques et traiter ainsi le problème de santé ressenti. Au fil des séances, le degré de difficulté des exercices est augmenté. "Une séance dure de 20 minutes à 1 heure en fonction de l'indication. Le biofeedback par exemple en rééducation périnéale peut être associé à d'autres techniques comme le travail manuel ou l'électrostimulation", précise notre expert.

Quelles sont les précautions à prendre et les contre-indications ?

L'utilisation du biofeedback est déconseillée chez les personnes utilisant des dispositifs bioélectriques implantés, chez les femmes enceintes, les épileptiques et les personnes souffrant de troubles mentaux. Mais ces contre-indications ne s'appliquent pas pour le neurofeedback.

Quels sont les effets secondaires ?

"Il n'y a pas d'effets secondaires car c'est une technique en détection de contractions et non en stimulation, précise le Pr. Haab. Donc pas de risque".

Sources :

Merci au Pr. François Haab, chirurgien urologue et chef de service à l'hôpital Tenon, à Paris.

- Enck P, Van der Voort IR, Klosterhalfen S. Biofeedback therapy in fecal incontinence and constipation. Neurogastroenterol Motil. 2009

- Recommandations pour la pratique clinique. Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l'adulte et chez l'enfant : aspects cliniques et économiques. HAS Octobre 2002.

- Friel PN. EEG biofeedback in the treatment of attention deficit hyperactivity disorder.Altern Med Rev. 2007

- Recommandation de bonne pratique Conduite à tenir en médecine de premier recours devant un enfant ou un adolescent susceptible d'avoir un trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité – HAS – Décembre 2014

Remèdes naturels et autres médecines douces