Remèdes naturels contre la colite : banane, levure de bière...

La colite est une inflammation du côlon (gros intestin) et se traduit par des troubles divers comme la diarrhée ou la constipation, des ballonnements, des douleurs abdominales, des spasmes intestinaux…  Panorama des traitements naturels pour en venir à bout avec nos experts.

Remèdes naturels contre la colite : banane, levure de bière...
© brent Hofacker

La colite est une inflammation du côlon (gros intestin) et se traduit par des troubles divers comme la diarrhée ou la constipation, des ballonnements, des douleurs abdominales, des spasmes intestinaux…  Si le stress et l'anxiété peuvent être en cause, un virus et la prise de certains médicaux peuvent aussi provoquer ces symptômes. Panorama des traitements naturels pour en venir à bout avec Sylvie Hampikian, pharmacologue spécialisée en médecines douces, Marie Laure André, diététicienne-nutritionniste, et le Dr. Monique Quillard, médecin homéopathe.

Banane

La banane est un fruit qui permet de réguler le transit. Elle contient des fibres solubles qui gonflent au contact de l'eau et permettent de réduire la diarrhée et de "mouler" les selles, ainsi que du potassium en grande quantité et dont la carence peut entrainer une constipation. Ses fibres douces sont également faciles à digérer. Grâce à ces atouts, elle est idéale pour traiter des crampes abdominales ainsi que des troubles du transit.

Bourgeon de romarin

Les bourgeons de cette plante aromatique ont une action régénératrice et apaisante sur la muqueuse intestinale mais possèdent aussi des vertus calmantes sur le plan émotionnel. "Sa consommation permet de soulager les divers troubles digestifs et de retrouver son calme intérieur. À prendre sous forme de macérat glycériné concentré, 5 à 15 gouttes par jour dans un verre d'eau pendant 3 semaines", recommande Sylvie Hampikian.

Figuier

Les bourgeons de figuier sont également souverains pour calmer l'acidité gastrique et apaiser les troubles du côlon. Grâce à cette action, ils soulagent efficacement les symptômes, calme les ballonnements et les douleurs ainsi que l'aérophagie. A consommer à raison de 5 à 15 gouttes dans un verre d'eau durant 3 semaines.

Vigne

Le macérât de bourgeons de vigne a la propriété de soulager les douleurs inflammatoires au niveau du système digestif. Il se consomme à raison de 5 à 15 gouttes par jour dans un verre d'eau, environ 15 minutes avant un repas et durant 3 semaines.  

Levure de bière

"La levure de bière contient des composés probiotiques, c'est-à-dire de bonnes bactéries, qui en enrichissant celles déjà présentes dans la flore intestinale, aident à lutter contre les troubles digestifs", explique Marie-Laure André. Pour profiter des bienfaits de ce produit alimentaire, il suffit d'en parsemer l'équivalent d'une à deux cuillerées à soupe sur vos plats, dans un yaourt ou une compote.

Riz

Si vous souffrez de diarrhées, le riz blanc permet de mettre un terme à ce problème de transit grâce à ses vertus astringentes. "En revanche, en cas de constipation, c'est vers le riz complet ou le riz rouge qu'il faut vous tourner, leur teneur en fibres douces (respectivement 2 et 4 %) permettant de relancer le transit sans occasionner de douleurs abdominales", précise Marie-Laure André.

Yaourt

Ce produit laitier n'est pas seulement bon pour la qualité de nos os ! Chaque pot renferme environ un milliard de probiotiques des espèces Lactobacillus bulgaricus et Streptococcus thermophilus, des micro-organismes vivants qui viennent enrichir les bonnes bactéries déjà présentes dans notre flore intestinale. Leurs rôles ? Nous aider à lutter contre les troubles digestifs (mal de ventre, nausées, diarrhée…). A essayer également : le yaourt k-philus. Il s'agit d'un lait de vache, de brebis ou de chèvre ensemencé par le ferment lactique Lactobacillus acidophillus à 37°, là où les yaourts traditionnels le sont à 45°. L'intérêt ? Cette basse température permet un meilleur développement des bactéries : en moyenne, un pot contient entre 30 et 50 milliards de micro-organismes, contre 1 milliard pour le yaourt "classique". Cette mine de probiotiques participe ainsi à l'équilibre du transit intestinal.

Huiles essentielles

  • L'huile essentielle d'estragon : Ses propriétés digestives permettent de venir à bout des douleurs et des crampes abdominales provoquées par la colite. "Dès les premiers symptômes, diluez 5 gouttes d'HE d'estragon dans 5 à 10 pressions d'huile végétale de macadamia et massez votre ventre dans le sens des aiguilles d'une montre 3 à 4 fois par jour", recommande Sylvie Hampikian.
  • L'huile essentielle de camomille romaine : Relaxante et sédative, elle soulage les troubles digestifs dus au stress. Là encore, diluez 5 gouttes d'HE d'estragon dans 5 à 10 pressions d'huile végétale de macadamia et massez votre ventre dans le sens des aiguilles d'une montre 3 à 4 fois par jour.
  • L'huile essentielle de Basilic Tropical : Digestive, elle est très efficace pour traiter les troubles comme les lourdeurs digestives, les douleurs et les crampes abdominales. Pour aider à la digestion, déposez une goutte d'HE de basilic sur un comprimé neutre, un morceau de pain ou une cuillerée à café de miel. A prendre 2 à 3 fois par jour.

Homéopathie

  • China regia 7 CH : en cas de ballonnements importants non douloureux souvent accompagnés de selles liquides.
  • Colocynthis 9 CH et Magnesia phosphorica 9 CH :en cas de  douleurs abdominales spasmodiques, améliorées couché en position fœtale.
  • Dioscorea 5 CH: douleurs améliorées en extension.
  • Natrum sulfuricum 9CH: en cas de diarrhée au réveil
  • Podophyllum 7 CH: en cas d'alternance de diarrhée et de constipation
  • Nux vomica 9CH : constipation chronique avec besoins inefficaces.
  • Bryonia alba 5 CH : en cas de selles grosses et dures.

Précautions

Ces conseils ne peuvent remplacer l'avis d'un médecin ou d'un pharmacien. Si les manifestations persistent ou s'aggravent, il est conseillé de consulter rapidement son médecin traitant. En fonction de l'âge et des antécédents familiaux du patient, une coloscopie peut s'avérer nécessaire. Les huiles essentielles sont déconseillées aux personnes sujettes aux allergies, fragiles (insuffisance rénale et/ou hépatique) ainsi qu'aux enfants de moins de 7 ans. Ne pas prendre de manière prolongée en interne sans avis médical.

Contre-indication

Contre-indication chez les femmes enceintes et allaitantes.

Merci à Sylvie Hampikian, pharmacologue spécialisée en médecines douces, Marie Laure André, diététicienne-nutritionniste, et au Dr. Monique Quillard, médecin homéopathe.

Remèdes naturels et autres médecines douces