Carence alimentaire : définition, symptômes, que faire ?

La carence alimentaire dont le terme médical est "carence nutritionnelle" est un apport insuffisant en nutriments pour que le corps soit en bonne santé. Les plus fréquentes sont les carences en vitamine B9, en fer, en magnésium, en vitamine D, en calcium. Symptômes, conséquences, traitements : le point.

Carence alimentaire : définition, symptômes, que faire ?
© RossandHelen photographers

Définition : qu'est-ce qu'une carence alimentaire ?

Une carence nutritionnelle (nommée à tort carence alimentaire car il s'agit d'un manque de nutriment pas d'aliment) est un apport insuffisant par rapport aux besoins nécessaires en nutriments (vitamines, oligo-éléments, acides gras essentiels, protéines…) pour que le corps soit en bonne santé. "Il existe des références des besoins pour chaque élément nutritionnel, ce sont les Apports Nutritionnels Conseillés (ANC). On parle de déficience ou de carence légère lorsque les apports sont couverts à 70-100%, de carence lorsque les apports sont inférieurs à 70% des besoins, de carence sévère lorsque les apports sont inférieurs à 40-50% des besoins" développe le Dr Laurence Plumey, Médecin Nutritionniste, praticien Hospitalier (Hôpital Antoine Béclère) et Fondatrice de l'Ecole EPM NUTRITION. "Les déficiences et les carences sont plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes car ces dernières font plus souvent des régimes restrictifs ce qui expose au risque de carences" souligne-t-elle. 

Quels sont les symptômes ? 

Plus les carences nutritionnelles sont graves et plus elles s'accompagnent de symptômes. "Le symptôme commun à toutes les carences est la fatigue" informe le Dr Laurence Plumey. Les autres symptômes dépendent de l'élément nutritionnel concerné. Le manque de fer par exemple qui concerne plus d'1 femme sur 2 se manifeste par une pâleur, des cheveux fins, secs et cassants, une pâleur, des infections à répétition. Une carence en vitamines du groupe B se signale par des crampes, des petits signes neurologiques. La carence en vitamine D entraîne des douleurs osseuses et risque de fractures, crampes musculaires et tensions, des difficultés de concentration - la carence en acide B9 (acide folique) des troubles du sommeil, des troubles de la mémoire, une humeur dépressive - la carence en magnésium par des crampes musculaires et tensions, des vertiges des maux de tête, un rythme cardiaque augmenté, une carence en iode par une peau pâle et sèche, et l'installation progressive d'une frilosité, constipation et prise de poids. Une carence en acides gras essentiels (dont les oméga-3) se manifeste par des atteintes de la peau et des cheveux. Les symptômes d'une carence en protéines sont une fonte de la masse musculaire, une baisse des performances et une moindre résistance aux infections. Attention, la carence en calcium, fréquente chez les femmes et à l'origine d'une fragilité des os et d'un risque augmenté de fracture ne donne pas de signes cliniques et peut faire croire trompeusement que tout va bien..

Quelles sont les causes ? 

Les carences nutritionnelles sont dues le plus souvent à un manque d'apports. Ainsi, les femmes manquent de fer par exemple car elles ne mangent pas assez de viande rouge, d'abats. Cette carence en apports est associée, de plus, à des pertes de fer dues aux menstruations, aux grossesses. Les régimes favorisent les carences en nutriments, surtout lorsqu'ils sont restrictifs. Les autres causes de carences nutritionnelles sont rares. Il peut s'agir :

→ D'une malabsorption à cause de diarrhées chroniques ou après une opération de type Bypass en cas d'obésité (c'est pourquoi une supplémentation est systématique après une chirurgie bariatrique) ou encore en cas d'alcoolisme ou de prise de certains médicaments (antibiotiques).
→ D'un déficit en une enzyme. "Par exemple l'enzyme dans l'intestin qui active la vitamine B9 est partiellement active chez beaucoup de femmes" explique le médecin.

Comment la diagnotiquer ? 

"Le diagnostic d'une carence nutritionnelle se fait avec une enquête alimentaire et un dosage biologique" informe le médecin. "Les dosages biologiques ne sont pas toujours intéressants : ainsi le dosage dans le sang du calcium et du magnésium ne sont pas des bons marqueurs alors que le dosage de la vitamine B 9 et le dosage de la vitamine D sont d'excellents marqueurs" souligne-t-elle.

Quelles sont les conséquences ? 

Les carences nutritionnelles ont de nombreuses conséquences néfastes sur la santé : outre la fatigue, on note un affaiblissement de l'organisme, une résistance moindre aux infections. Une carence en folates (vitamine B9) chez la femme enceinte peut provoquer des malformations du fœtus. "C'est pourquoi les femmes qui ont un désir de grossesse doivent se supplémenter en vitamine B9" informe le Dr Plumey.

Qui consulter ? 

En premier lieu, si vous présentez des signes de carence nutritionnelle, vous devez consulter votre médecin traitant qui fera un interrogatoire et un bilan biologique. "Si votre carence est liée à des erreurs alimentaires, il peut être utile de consulter un médecin nutritionniste ou une diététicienne/un diététicien" informe le Dr Laurence Plumey.

Quelles sont les solutions ? 

En cas de carence avérée, le traitement consiste en la supplémentation médicamenteuse dans un premier temps (quelques mois) pour faire remonter le taux du nutriment concerné. Toutes supplémentations doit se faire sur avis médical. "Il faut ensuite suivre des conseils nutritionnels et notamment réintroduire la consommation de toutes les familles d'aliments" indique le Dr Laurence Plumey. Ainsi, la carence en fer, très fréquente chez les femmes, donne lieu à un traitement médicamenteux de supplémentation en fer pendant 1 à 2 mois, parfois complété par des injections de fer en milieu hospitalier. "Il convient ensuite de ne pas consommer trop de thé car ses tanins empêchent l'absorption du fer, de consommer 3 ou 4 fois par semaine de la viande rouge, des abats, des œufs, des moules, des légumes secs et de finir ses repas par un fruit riche en vitamine C, la vitamine C améliorant l'absorption du fer" indique le médecin. Le Dr Laurence Plumey rappelle que "le meilleur moyen de ne manquer de rien est de manger un peu de tout."

Remerciements au Dr Laurence Plumey, Médecin Nutritionniste, praticien Hospitalier (Hôpital Antoine Béclère) et Fondatrice de l'Ecole EPM NUTRITION (NAPSO-THERAPIE). http://www.epm-nutrition.org/

Régimes et équilibre alimentaire