Protides : c'est quoi, rôle, aliments riches, norme

L'apport en protides, qu'ils soient d'origine animale ou végétale, joue un rôle majeur au sein de l'organisme. Quel est le taux normal de protides dans le sang ? Dans quels aliments peut-on en trouver et quels sont nos besoins à couvrir au quotidien ? Le point avec Véronique Liesse, diététicienne-nutritionniste. 

Protides : c'est quoi, rôle, aliments riches, norme
© Natasha Breen - 123RF

Définition : c'est quoi les protides ?

Un protide est une molécule composée d'un assemblage complexe d'acides aminés. Elle est dite peptide si elle en contient un nombre peu élevé, et protéine si celui-ci est important. Parmi les acides aminés, certains sont dits essentiels car le corps ne peut les fabriquer. Ils sont ainsi fournis par la nutrition alimentaire. 

Rôle : à quoi servent-ils ?

Les rôles des protides sont multiples, les plus connus et importants sont :

  • rôle structural : structuration des cellules et tissus, construction musculaire.
  • rôle dans les échanges d'eau.
  • rôle catalytique : enzymes.
  • rôle dans la contraction musculaire.
  • rôle dans le transport des molécules de sang (Hg, LDL, HDL, transferrine).
  • rôle de protection du système immunitaire.
  • rôle dans la régulation du système endocrinien : insuline, glucagon…
  • rôle dans la circulation de l'information : récepteurs, messagers…
  • rôle dans la régulation de l'expression du génome : facteurs de transcription.
  • rôle énergétique.

Quels sont nos besoins journaliers en protides ?

Notre besoin minimum vital en protides s'élève à 0,66g/kg, les apports nutritionnels conseillés sont de 0,83g/kg, ce qui signifie que notre apport en protéines devrait représenter entre 11 et 15% des calories journalières. Les apports spontanés sont quant à eux de 15 à 17%. "On ne devrait pas dépasser 25% car cela serait délétère pour la santé, prévient Véronique Liesse. Les apports en protides doivent être légèrement augmentés en cas de grossesse, d'allaitement, de croissance, et d'environ 30% chez les végétariens et végétaliens ainsi que chez les personnes alitées. Il faudrait en manger dès le petit déjeuner et en avoir à tous les repas pour couvrir nos besoins en azote (on appelle ça le bilan azoté) et empêcher le corps d'aller puiser dans ses réserves ".

Norme : quel est le taux de protides normal dans le sang ?

"Les protides se dosent de manière indépendante car il en existe plus d'une centaine. Selon ce que l'on cherche, on en choisira l'une ou l'autre pour connaître le niveau de santé des organes, explique la diététicienne-nutritionniste. L'albumine par exemple, permet d'observer le niveau de dénutrition. Il y a aussi des protéines comme la CRP qui augmentent dans le sang en cas d'inflammation, ainsi que des dosages pour évaluer la santé des reins, du foie…"

Protides totaux : c'est quoi, normes

Les protides totaux, également appelés protidémie ou protéinémie, désignent la concentration de protéines dans le plasma sanguin. L'albumine et les globulines sont les principales que l'on retrouve dans le sang. Le taux de protides totaux normal est compris entre 65 et 85 grammes par litre de sang. 

Exemples de protides

"Les protides comprennent les protéines, mais incluent aussi les acides aminés (pièces détachées des protéines) et des peptides (petites chaines d'acides aminés). En général, on utilise protides et protéines pour dire la même chose, même si ce n'est pas tout à fait exact", nuance la spécialiste.

Quels sont les aliments riches en protides ?

Les aliments qui contiennent des protides sont la viande, la volaille, les œufs, le poisson, les fruits de mer, mais aussi les produits laitiers, les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots secs…), les noix en général (oléagineux) ou encore le soja. "Une protéine est une longue chaîne d'acides aminés reliés les uns aux autres par "des liaisons peptiques" qui contiennent de l'azote. Une protéine peut avoir une longueur très variable mais il existe 20 acides aminés différents, dont 9 sont dits "essentiels" car ils doivent être apportés par l'alimentation. Dans les sources de protéines animales, les 9 s'y trouvent, c'est pour ça qu'on dit qu'elles sont de haute valeur biologique ", indique la diététicienne-nutritionniste. Dans les protéines végétales, il y en a la plupart du temps 1 ou 2 qui sont présents en faible quantité, ces acides aminés sont alors des "facteurs limitants". "Mais en combinant des sources différentes (céréales + légumineuses et noix), on finit par tous les obtenir. Par exemple, dans les céréales, il manque souvent de la lysine et de l'isoleucine, mais dans les légumineuses, c'est plutôt le tryptophane et la méthionine qui manquent. Quand on les associe (sur la journée, même pas au même repas), on obtient l'ensemble", continue-t-elle.

Merci à Véronique Liesse, diététicienne-nutritionniste, auteur de "L'alimentation "spécial immunité"" aux Editions Leduc.s.

Nutriments et Calories