Mucuna pruriens : dosage, bienfaits (Parkinson...), dangers

Plante de l'équilibre nerveux reconnue utile en cas de dépression, le mucuna ou pois mascate serait aussi bénéfique aux malades de Parkinson et pour lutter contre la stérilité féminine et masculine. Quels sont tous ses bienfaits ? A quelle dose l'utiliser sans danger ? Frédérique Laurent, naturopathe détaille son usage.

Mucuna pruriens : dosage, bienfaits (Parkinson...), dangers
© ztun1971-123RF

Nom de la plante

Le mucuna, mucuna pruriens ou pois mascate, appelé aussi haricot pourpre, est une plante grimpante annuelle qui pousse dans les régions tropicales de l'Inde et de l'Afrique. Les poils jaunes qui recouvrent les gousses fraîches du mucuna sont urticants. Une fois séchée, la gousse et les graines noircissent. 

Parties utilisées de la plante

Ce sont les graines du mucuna qui sont utilisées en phytothérapie.

Quels bienfaits ?

Le mucuna pruriens est utilisé dans la médecine ayurvédique, une médecine traditionnelle originaire de l'Inde, dans le traitement de l'anémie, de la dysenterie (maladie infectieuse du côlon), de l'aménorrhée, des vers intestinaux et des morsures de serpent. Le mucuna est plus communément utilisé en France et en Europe, sous la forme d'Extrait de Plante Standardisé EPS (extrait liquide) dans la lutte contre la maladie de Parkinson et les états apathiques grâce à sa composition en un acide aminé, le L-dopa. "Les graines de mucuna sont également préconisées pour leurs effets contre la dépression grâce à cette source du précurseur de la dopamine " indique Frédérique Laurent, naturopathe. Sous forme d'Extrait de Plante Standardisé, le mucuna est utilisé pour stimuler la libido, "lutter contre les cas de stérilité féminine et masculine, lorsqu'elle est associée à un taux bas de neurotransmetteurs" précise la naturopathe. Il agit sur l'hormone de croissance, accroîtrait le niveau de testostérone, et aurait des effets bénéfiques sur le trouble de déficit de l'attention.

Mucuna pruriens et maladie de Parkinson

Le mucuna pruriens améliore la coordination motrice, il se montre ainsi bénéfique aux malades de Parkinson.

Dosage

"Le dosage recommandé est de 300 à 1200 mg de mucuna pruriens standardisé à 15% de L-dopa ou encore un apport de 200 à 400 mg de L-dopa / jour. A prendre par dose progressive en cure de 1 à 3 mois ", précise la spécialiste.

Quels dangers ?

"La plante empêche la sécrétion de prolactine, elle est alors contre-indiquée pendant la grossesse et l'allaitement et chez les enfants de moins de 18 ans."

Précautions et contre-indications

L'association du mucuna avec des antidépresseurs ou en cas déséquilibres psychiatriques (type schizophrénie), ainsi que son utilisation chez des patients ayant un diabète insulino-dépendant est contre-indiquée. Son usage n'est pas recommandé chez la femme enceinte et allaitante, dans les cas de cancers évolutifs et de cancer de la peau. Il faut également s'abstenir de prendre du mucuna "en cas de dysfonctions cardiovasculaires, de troubles hépatiques, ou d'ulcère gastroduodénal".

Effets secondaires indésirables

"Bien que le Mucuna pruriens présente peu d'effets secondaires et est relativement bien toléré, il peut parfois entraîner des troubles gastro-intestinaux, des nausées, de l'insomnie et des crises de dyskinésie" prévient la spécialiste.

Merci à Frédérique Laurent, naturopathe à Annecy et auteure de plusieurs ouvrages aux éditions LEducs dont " 1000 ordonnances naturopathiques".

Phytothérapie