Dysphonie (enrouement) : symptômes, traitements, rééducation

La dysphonie se traduit par des troubles de la voix. Quelles en sont les causes ? Quels sont les traitements envisagés pour traiter l'enrouement et la voix cassée ? Le Dr Alain Bizon, médecin ORL et chirurgien cervico-faciale au CHU d'Angers, nous éclaire à ce sujet. 

Dysphonie (enrouement) : symptômes, traitements, rééducation
© olegdudko - 123RF

Définition : qu'est-ce que la dysphonie ?

La dysphonie se caractérise par une modification de la voix. 

Quels sont les symptômes de la dysphonie ?

Qu'elle soit aiguë ou chronique, la dysphonie affecte la voix. Elle peut se manifester par une modification du timbre, de l'intensité ou de la fréquence de la voix : enrouement, voix cassée, extinction de voix (aphonie). Ces difficultés d'émission des sons peuvent également être associées à d'autres symptômes : fatigue, gêne, altération de la communication avec autrui. La dysphonie n'atteint pas le langage, elle est à distinguer des troubles de l'articulation. "Lorsqu'une dysphonie n'est pas liée à une tumeur, cela peut se révéler gênant au niveau de la gorge, entraîner une contraction des muscles laryngés et provoquer une toux sèche ", précise le Dr Alain Bizon. 

Quelles sont les causes ?

Dans la majorité des cas, la dysphonie aiguë est une conséquence d'une laryngite, d'un épisode de forçage ou de surmenage vocal (fréquent chez les professionnels de la voix) ou d'une allergie. Elle peut être aggravée par le tabac ou par des reflux gastro-œsophagiens. "L'alcool en tant que tel n'est pas une cause de dysphonie mais il aggrave le reflux gastro-œsophagien et par conséquent la dysphonie", nuance le spécialiste. La dysphonie chronique peut également être due à une tumeur bénigne des cordes vocales (nodule, polype), généralement liée à un surmenage vocal ou, en particulier chez les fumeurs, à un cancer du larynx. "La laryngite chronique, généralement induite par le tabagisme, est liée à un œdème des cordes vocales pouvant dégénérer en lésion précancéreuse. Le fait d'arrêter l'intoxication tabagique peut faire régresser ces lésions ", continue-t-il. La dysphonie spasmodique survient généralement vers l'âge de 40 ans, en raison d'une contraction des muscles du larynx. "Le sujet est bloqué en fermeture et a du mal à respirer, il fait du bruit. La dysphonie spasmodique est l'apanage des gens qui parlent en public et sont stressés mais c'est un état transitoire ", commente le médecin ORL. "La dysphonie dans le cancer du poumon est relativement rare et quand cela arrive, c'est assez tardif. Il en va de même pour le cancer de l'œsophage qui peut être associé à une dysphonie dans des stades assez avancés, poursuit-t-il. Il existe aussi ce qu'on appelle des dysphonies fonctionnelles qui sont liées à une mauvaise utilisation des muscles laryngés, favorisée par le stress et le surmenage vocal "

Quand s'inquiéter ?

"Il faut s'inquiéter rapidement en cas de modification de la voix chez le fumeur. Si la voix se modifie de façon durable, c'est-à-dire au-delà de trois semaines, il faut aller consulter pour vérifier l'état des cordes vocales car le plus souvent, il peut s'agir d'une tumeur précancéreuse au niveau des cordes vocales (leucoplasie) ou encore d'une kératose (épaississement de la muqueuse) ou d'un cancer déjà installé, prévient le Dr Alain Bizon. En revanche, chez une personne qui ne présente pas de facteurs de risque, il n'y a pas d'urgence puisque cela va revenir tout seul au bout d'un mois. Il faut s'inquiéter lorsque la dysphonie est associée à des crachats de sang puisque cela peut être le signe d'un cancer du larynx ou du poumon ". 

Quel est le bilan orthophonique ?

"Le médecin ORL adresse le patient à un orthophoniste en lui précisant à quoi est liée la dysphonie (surmenage vocal, stress...) et en fonction de cela, il va effectuer son bilan et faire travailler plutôt le souffle ou la compensation (si une corde vocale est paralysée, on va faire travailler l'autre pour la faire venir au contact) ", explique le chirurgien cervico-faciale. 

Quels sont les traitements ?

Le traitement de la dysphonie dépend de la forme (aiguë ou chronique) et de la cause du trouble. Dans un premier temps, la mise au repos des cordes vocales est vivement recommandée. En cas de laryngite, la prise en charge est surtout symptomatique : corticoïdes en cure courte dans le but d'améliorer l'œdème au niveau des cordes vocales. En revanche, les antibiotiques et anti-inflammatoires ne sont d'aucune utilité dans la laryngite puisqu'elle est virale dans la très grande majorité des cas. Un décongestionnant nasal et des lavages de nez peuvent se révéler efficace lorsqu'il y a un rhume associé puisque les sécrétions tombent dans l'arrière de la gorge, ce qui a pour conséquence d'irriter le larynx et de créer un œdème au niveau des cordes vocales. Un sevrage tabagique est également préconisé. En cas de tumeur bénigne, la dysphonie est traitée en même temps que l'affection au moyen d'une micro-chirurgie, encadrée d'une rééducation orthophonique. "En général, on fait la rééducation (une dizaine de séances) avant le geste chirurgical pour donner de bonnes habitudes à la personne puis on la revoit pour regarder s'il y a une amélioration. S'il y a toujours des nodules à ce moment-là, on l'opère et on commence la rééducation après ", ajoute le Dr Alain Bizon. Une rééducation orthophonique est également conseillée en cas de surmenage vocal, pour traiter la dysphonie et/ou pour prévenir la fatigue vocale. 

Quels sont les remèdes naturels pour soulager la dysphonie ?

"Il n'existe pas vraiment de remède naturel pour soulager la dysphonie, le seul traitement réellement efficace étant la cortisone. En revanche, il faut arrêter de fumer. Ce qui peut aider pendant l'hiver, c'est la fumigation pour drainer quand il y a de l'œdème et fluidifier les sécrétions en cas de rhume ", ajoute le spécialiste. 

Merci au Dr Alain Bizon, médecin ORL et chirurgien cervico-faciale au CHU d'Angers.

Symptômes et questions diverses