Tourista (diarrhée du voyageur) : durée, traitement, voyage

Lors d'un voyage, il y a un risque de contracter une tourista, ou diarrhée du voyageur. Quels sont les pays à risque ? Les symptômes ? Comment s'en protéger ? Quel traitement pour la soigner ? Quelles précautions quand on part à l'étranger ? Conseils du Dr Christine Cheung, médecin généraliste à Nice. 

Tourista (diarrhée du voyageur) : durée, traitement, voyage
© hanack - stock.adobe.com

En voyage, l'eau, les aliments, les contacts interhumains directs peuvent être à l'origine d'une diarrhée du voyageur autrement appelée tourista. La prévention repose toujours sur le respect de règles d'hygiène et parfois sur la vaccination (hépatite A, fièvre typhoïde), tient à rappeler Santé publique France dans ses recommandations aux voyageurs publiées dans son BEH du 2 juin 2022. La diarrhée affecte fréquemment les voyageurs : son taux d'attaque peut dépasser 40% pour un séjour de 3 semaines. Chez les enfants voyageurs, ce symptôme est rapporté dans 13,5 à 39% des cas, plus fréquemment chez les moins de 2 ans ou les adolescents. Quels sont les symptômes ? Le mode de transmission ? Comment la traiter ? S'en protéger ? Pendant un voyage ? Peut-on consommer des crudités ? Boire l'eau du robinet ? Tout savoir. 

Définition : c'est quoi la tourista ?

La tourista est une infection intestinale causée par des bactéries transmises par l'alimentation, la plupart du temps lors de voyages à l'étranger. Les pays les plus particulièrement concernés sont l'Inde, le Vietnam, l'Amérique du Sud, l'Afrique Noire, la Turquie, le Maghreb, l'Espagne et le Portugal. Une diarrhée du voyageur est définie comme l'émission d'au moins 3 selles non formées en 24 heures, ou par l'émission de selles plus fréquentes que d'habitude (cette dernière définition est plus adaptée aux nourrissons et petits enfants, dont le transit normal peut être plus rapide), durant ou au retour d'un voyage.

Quelles sont les causes de la tourista ?

L'intoxication alimentaire est provoquée par l'existence de bactéries dans certains aliments, notamment : 

  • Les salmonelles : volailles et œufs, produits laitiers (notamment les glaces), poissons et coquillages.
  • La listeria : lait cru, mayonnaise, pâtés et rillettes, viandes hachées et saucisses crues. 
  • Escherichia coli 
  • Autres bactéries 
  • Parfois des parasites 

Quels sont les symptômes de la tourista ?

Les symptômes surviennent généralement dans les deux à trois heures suivant le repas.

  • Gastro-entérite : diarrhées, nausées, vomissements, douleurs abdominales…
  • Salmonelloses graves avec diarrhées et déshydratation aigüe
  • Listériose : nausées, vomissements, diarrhée et fièvre

Combien de temps dure une tourista ?

"La tourista dure normalement entre trois et sept jours", informe le Dr Christine Cheung, médecin généraliste. 

La tourista est-elle contagieuse ?

"Cela est, en effet contagieux, précise le médecin. La transmission se fait, en général, par les mains". Veillez donc à les laver régulièrement. 

Quand consulter en cas de symptômes ?

Consulter un médecin en cas d'apparition de fièvre, de perte de poids, de persistance de la diarrhée au-delà de trois jours, de sang dans les selles, déshydratation aigue avec impossibilité de s'hydrater par la bouche, douleur abdominale importante malgré prise d'anti spasmodique (Spasfon®), diarrhée et fièvre au retour d'un pays où il y a le paludisme. Consulter un médecin lors de l'apparition d'une diarrhée chez un enfant en bas âge.

Comment pose-t-on le diagnostic d'une tourista ? 

"Le diagnostic est clinique", précise le Dr Christine Cheung. Le médecin vous interrogera afin de savoir si vous avez eu "plus de trois selles liquides (diarrhées) en 24h ou deux en huit heures associées à au moins un signe : douleur abdominale, fièvre, nausées, vomissement, diarrhée glaireuse ou sanglante". Et d'ajouter : "Le diagnostic biologique exact se fait sur des prélèvements de selles ou sur prise de sang (sérologie) mais ne sont généralement pas réalisés car la maladie est résolutive le temps d'avoir les résultats". Il n'existe donc pas réellement d'intérêt.

Quel est le traitement pour soigner une tourista ?

Le médecin prescrira des médicaments afin de traiter les symptômes : anti nauséeux, anti spasmodiques pour les douleurs abdominales (Spasfon®). Il est également possible d'acheter, sans avis médical des anti diarrhéiques et pansement : Smecta®, Tiorfan®, éviter le lopéramide (ralentisseur du transit). Dans certains cas, le médecin peut mettre le patient sous antibiotiques, en général, fluroquinolones (Ciflox®) ou azithromycine. 

Quelles recommandations en cas de voyage ?

La prévention repose sur les mesures d'hygiène :

  • se laver les mains, avant les repas, avant toute manipulation d'aliments ou après passage aux toilettes (seul moyen de prévention ayant prouvé son efficacité). En l'absence d'eau et de savon, un gel ou une solution hydro-alcoolique peuvent être utilisés. Se sécher les mains après lavage avec un linge propre ou, à défaut, les sécher à l'air ;
  • préférer les plats chauds, servis brûlants (les buffets froids ou tièdes des restaurants peuvent comporter des risques) ; éviter de consommer de la nourriture vendue dans la rue, sauf si elle est bien cuite et le récipient encore fumant ;
  • ne consommer que de l'eau en bouteille capsulée (et ouverte devant soi) ou, à défaut, rendue potable par ébullition (1 minute à gros bouillons) ou par une désinfection (produits à base de DCCNa [dichloroisocyanurate de sodium] ou hypochlorite de sodium), éventuellement précédée d'une filtration (filtre portatif) si l'eau est trouble ;
  • éviter la consommation de glaçons ;
  • éviter les jus de fruits frais préparés de façon artisanale ;
  • ne consommer du lait que s'il est pasteurisé ou bouilli ; privilégier l'allaitement maternel chez les nourrissons ;
  • laver ou peler les fruits soi-même après s'être lavé les mains ;
  • éviter les crudités, les coquillages, les plats réchauffés ;
  • éviter les glaces artisanales (glaces industrielles, de moindre risque si l'emballage est intact) ;
  • bien cuire les œufs, les viandes, les poissons et les crustacés ;
  • pour les nourrissons de moins de 6 mois, effectuer avant le départ une vaccination contre le rotavirus.

La prévention médicamenteuse n'est pas indiquée en dehors de situations particulières (déficit immunitaire, maladies inflammatoires chroniques de l'intestin notamment) et après avis spécialisé.

Prévention : comment éviter la tourista ? 

Eviter l'eau du robinet, les glaçons, les crudités, les laitages et le beurre cru non pasteurisés, la viande hachée et crue, les crustacés d'eau douce, thon et poissons crus. Laver fruits et légumes. Surveiller son alimentation. Respecter la chaîne du froid. Vérifier la cuisson et la conservation des aliments. Respecter les règles élémentaires d'hygiène en veillant à la propreté de la vaisselle et des mains. Prendre de l'eau en bouteille, bouchon fermé

Que manger en cas de tourista ? 

En cas de tourista, veillez à manger des aliments bien cuits et à laver les fruits. Limitez, en revanche, les jus de pomme, de poire ou de raisin qui sont des laxatifs. Buvez beaucoup d'eau. Mangez du riz blanc, des lentilles et du gingembre, efficace contre les nausées et les spasmes. A l'inverse, limitez votre consommation de produits laitiers et de plats gras. Côté fruits, privilégiez la banane, bannissez, en revanche, les pruneaux. 

Merci au Dr Christine Cheung, médecin généraliste à Nice.