Luxation de l'épaule : symptômes, opération, rééducation

Une luxation de l'épaule correspond au déboîtement de l'humérus hors de sa cavité (la glène de l'omoplate). Elle survient après un traumatisme. Comment savoir si on a une luxation de l'épaule ? Comment la réduire et la soigner ? Quand opérer ?

Luxation de l'épaule : symptômes, opération, rééducation
© actiongp - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'une luxation de l'épaule ?

L'articulation de l'épaule est formée de l'extrémité supérieure de l'os du bras (tête de l'humérus), qui glisse dans une cavité peu profonde (la glène) située sur la scapula (l'omoplate). Plusieurs structures maintiennent l'articulation, comme des ligaments ou la capsule articulaire associée au bourrelet glénoïdien. La luxation de l'épaule correspond au déboîtement de la tête de l'humérus hors de la glène de la scapula. Selon la position de la tête humérale, on parle de luxation :

  • antérieure (95% des cas) : la tête de l'humérus se retrouve devant la glène de la scapula
  • postérieure (5% des cas) : la tête de l'humérus se retrouve derrière la glène de la scapula
  • inférieure (très rare) : la tête de l'humérus se retrouve en-dessous de la glène de la scapula

Il existe aussi des subluxations : dans ce cas, la tête humérale ne sort que partiellement de la glène.

Luxation antérieure de l'épaule

La luxation antérieure représente 95% des cas : la tête de l'humérus se retrouve devant la glène de la scapula.

Luxation postérieure de l'épaule

La luxation antérieure représente 5% des cas : la tête de l'humérus se retrouve derrière la glène de la scapula.

Causes

"Les luxations de l'épaule sont dues à l'application d'une force trop importante au niveau de l'articulation. Autrement dit, celle-ci est trop violemment poussée, tirée ou tordue", explique le Dr Yves-Pierre Le Moulec, Chirurgien Orthopédiste. La luxation peut être provoquée par un choc direct au niveau de l'épaule ou avoir une origine indirecte, notamment lors d'une chute sur la main ou le coude.

Parmi les causes de luxations de l'épaule, figurent notamment :

  • les traumatismes sportifs, notamment lors de la réception de coups sur l'épaule ou lors d'un mouvement d'armé du bras ;
  • les chutes sur la main ou le coude (accident de roller, de judo…)
  • les accidents de la route.

Symptômes 

Plusieurs symptômes sont à noter : 

  • La luxation de l'épaule se traduit par une douleur intense au niveau de l'articulation scapulo-humérale. La douleur peut se diffuser dans le bras. L'intensité est souvent telle qu'elle empêche tout mouvement du bras.
  • En cas de luxation de l'épaule, la tête de l'humérus sort totalement ou partiellement de la cavité glénoïdale de la scapula. Ce déplacement peut être visible par une déformation qui est généralement accompagnée d'un gonflement au niveau de l'épaule.
  • La luxation de l'épaule peut provoquer un étirement ou un déchirement des tissus aux alentours de l'articulation (ligaments, tendons, vaisseaux sanguins, nerfs…).

Diagnostic 

Un professionnel de santé peut généralement diagnostiquer une luxation de l'épaule par un examen clinique. Celui-ci est complété d'un interrogatoire sur les douleurs ressenties et les circonstances de la blessure. "La radiographie de l'épaule, réalisée en urgence, confirmera le diagnostic et vérifiera l'absence de fracture osseuse associée", complète le médecin.

Traitement : soigner une luxation

La réduction manuelle

Le chirurgien va vérifier qu'aucune lésion vasculaire, nerveuse, articulaire n'est présente et va "réduire" la luxation pour remettre l'humérus en place. "La réduction de l'épaule se fera de manière douce par un médecin entraîné après l'administration d'un traitement contre la douleur, ajoute le Dr Le Moulec. En cas d'échec, il est parfois nécessaire d'endormir le patient pour le relâcher et ainsi réduire plus facilement son épaule". Il existe différentes méthodes permettant de réduire une épaule en fonction des habitudes du médecin.

Attelle

Après une première luxation, l'épaule est immobilisée pendant 3 semaines dans une attelle coude au corps. Il est important de respecter ce délai pour que les ligaments cicatrisent. Il est néanmoins possible de bouger le coude, le poignet et la main immédiatement afin d'éviter leur enraidissement. " S'il s'agit d'une récidive de luxation, alors la durée d'immobilisation est plus courte (de quelques jours), car il est illusoire de faire cicatriser les structures anatomiques qui n'ont pas déjà cicatrisées après la première luxation ", précise notre interlocuteur.

Rééducation d'une luxation de l'épaule non opérée (kiné)

Après la réduction de l'épaule et la période d'immobilisation de 3 semaines lors d'un premier épisode, une rééducation pourra être proposée avec un kinésithérapeute afin d'assouplir l'épaule et de retrouver de la mobilité et par la suite tenter de la stabiliser. En cas de récidive de luxation, la rééducation pourra débuter au bout de quelques jours.

Strapping

Le strapping peut parfois diminuer les douleurs mais n'empêchera pas une nouvelle luxation.

L'opération : quand faut-il opérer une épaule instable ?

Dans le cadre d'une instabilité récidivante, c'est-à-dire que le patient a présenté de nombreux épisodes de luxation, il est classique de lui proposer une intervention chirurgicale pour stabiliser définitivement son épaule. "Habituellement, après 3 épisodes de luxation il faudra intervenir chirurgicalement afin d'éviter une récidive mais également une usure progressive du cartilage et la survenue d'une arthrose éventuellement à long terme", constate notre spécialiste. Parfois une chirurgie est proposée au patient avant le 3e épisode de luxation. Des facteurs de risque de récidive sont identifiés par le médecin spécialisé :

  • son âge (< 18 ans),
  • sa pratique sportive (le judo et le rugby sont des sports à risque),
  • la présence d'une hyperlaxité
  • les lésions osseuses retrouvées lors du bilan radiologique.

S'ils sont présents chez le patient, le risque de récidive est alors très important et il est inutile d'attendre une 3e luxation pour intervenir chirurgicalement. Le traitement proposé par le chirurgien de l'épaule se fera au cas par cas en fonction du patient et de ses facteurs de risque. Il existe 2 techniques chirurgicales pour stabiliser une épaule :

  • la butée osseuse qui consiste à positionner un bloc osseux de 2 cm de long en avant de la glène pour empêcher la tête humérale de sortir à nouveau
  • la retente de la capsule et du bourrelet glénoïdien : intervention de Bankart.

Durée d'immobilisation

Après une opération, l'immobilisation de l'épaule dure environ 4 semaines.

Rééducation après une opération 

Après la période d'immobilisation débute la phase de rééducation avec le kinésithérapeute. La rééducation est progressive, afin de récupérer les amplitudes articulaires, suivie d'un renforcement musculaire spécifique des muscles de la coiffe des rotateurs. Enfin, cette rééducation est complétée par des exercices proprioceptifs. La reprise de l'activité sportive se fera environ à 3 mois post opératoire.

Risques de récidive

Plus la première luxation survient tôt, plus le risque de récidive est élevé. Par exemple lorsque la première luxation survient avant 18 ans le risque de récidive est de 80% après 40 ans les récidives sont rares. "Les récidives surviennent au fil du temps avec un traumatisme de moins en moins important", conclut le Dr Le Moulec.

Merci au Dr Yves-Pierre Le Moulec, Chirurgien Orthopédiste à l'Institut de l'Epaule de Strasbourg.

Blessures