Rupture du tendon d'Achille : symptômes, conséquences, opération

La rupture du tendon d'Achille est un accident fréquent (31 pour 100 000 cas par an) qui touche le plus souvent les hommes sportifs, entre 30 et 50 ans. Comment survient cet accident ? Quelles sont les suites à donner et y-a-t-il des séquelles ? Les explications du Dr Jérôme Sadaka, chirurgien orthopédiste.

Rupture du tendon d'Achille : symptômes, conséquences, opération
© Siam Pukkato-123RF

Définition : qu'est-ce que le tendon d'Achille ?

Le tendon d'Achille, le plus épais des tendons de l'organisme (il est long de 15 cm et épais de 5 cm), réunit le muscle le plus puissant du mollet (le triceps) à l'os du talon. Il est indispensable pour effectuer les mouvements de la marche mais également pour courir et sauter car il permet l'extension du pied. Mais il peut se rompre entraînant alors une déchirure ou une rupture.

Rupture du tendon d'Achille : quelles sont les causes ?

Bien qu'il soit volumineux et résistant, lorsqu'il est trop sollicité, il peut finir par se fragiliser et se rompre, notamment à la suite d'une brutale contraction (saut, démarrage trop rapide…) au cours de la pratique sportive, ou d'un étirement trop important, lors d'une chute à ski par exemple. Elle survient surtout chez les hommes d'environ 40 ans. "Chez les personnes âgées, le tendon devenant moins souple, la rupture peut survenir à la suite d'un faux pas, comme une "marche ratée" par exemple, précise le Dr Jérôme Sadaka. Enfin, la prise de certains médicaments comme des corticoïdes ou des antibiotiques (Quinolones) peut aussi provoquer une tendinopathie du tendon d'Achille".

Quels sont les symptômes d'une rupture ?

La rupture se manifeste par une violente douleur, comparable à un coup de fouet. Un œdème, une impossibilité de se tenir sur la pointe des pieds ainsi qu'une diminution de la force musculaire à l'arrière de la jambe sont également ressenti. "Ces symptômes rendent la marche difficile voire impossible dans certaines situations. Une encoche marquée peut aussi être visible sur le trajet du tendon", indique notre expert.

Quelles sont les conséquences ?

"Cette blessure affecte la cheville et entraîne une boiterie permanente, en particulier si le tendon ne cicatrise pas correctement", précise le Dr. Sadaka.

Quand et qui consulter ?

La douleur associée à l'impossibilité de vous déplacer doit vous pousser à consulter votre médecin traitant sans tarder. 

Quel est le diagnostic ?

Un simple examen médical suffit à poser le diagnostic car les symptômes sont évocateurs. Une IRM ou une échographie confirme le diagnostic en précisant l'importance de la déchirure du tendon d'Achille.

Comment soigner une rupture du tendon d'Achille ?

La rupture du tendon d'Achille nécessite, dans un premier temps, de mettre la jambe au repos. Y poser une poche de glace permet de calmer l'inflammation et la douleur. "Si la personne est âgée, le médecin s'orientera davantage vers un traitement orthopédique non chirurgicale : pose d'une botte en résine pendant 6 semaines puis une botte de marche avec talonnettes pendant 6 semaines supplémentaires, explique le Dr Sadaka. Si elle est jeune et sportive, une intervention chirurgicale sera préférée".

Quelle est l'opération ?

Tout dépendra de l'âge et de l'état de santé du patient. "La technique percutanée consiste à réaliser une suture du tendon en effectuant de petites incisions sur les bords du tendon, explique le chirurgien. Cette méthode expose à moins de risque de troubles cicatriciels ou infectieux mais impose une immobilisation post opératoire assez longue, se rapprochant de la durée du traitement orthopédique. Dans le cas de la technique à ciel ouvert (plus solide) la suture est effectuée en pratiquant une cicatrice plus importante. Elle impose une immobilisation de 3 semaines de résine puis 3 semaines de botte de marche (soit la moitié du temps d'immobilisation du traitement orthopédique). Le gain de temps est alors majeur. En revanche ce traitement expose à plus de risque d'infection ou de troubles cicatriciels (d'où l'intérêt de sélectionner les patients jeunes, non diabétique et désireux de reprendre rapidement une activité physique ou professionnelle) ".

Convalescence : combien de temps après l'opération ?

Tout dépendra de la technique utilisée. "A ciel ouvert, la convalescence est de 3 semaines dans une résine en équin (en pointe du pied) sans appui puis 3 semaines dans une botte de marche avec appui, avec talonnettes de hauteur dégressive pour 3 semaines, précise notre expert. En percutané, elle est de 5 semaines de résine puis 5 semaines de botte de marche ". Les suites opératoires nécessitent la prise d'anti-inflammatoire et d'antalgique pour calmer la douleur. Des séances de kinésithérapie sont également indispensables pour une bonne rééducation. L'appui est autorisé après 6 semaines et la marche devient possible sans attelle. La conduite peut alors être autorisée. Les activités sportives pourront être reprises progressivement entre le 3ème et le 6ème mois (phase de réathlétisation). La reprise du sport au niveau habituel n'est possible qu'après le 6e mois.

Merci au Dr Jérôme Sadaka, chirurgien orthopédiste.

Blessures