Fracture du col du fémur : signes, opération, rééducation

La fracture du col du fémur survient la plupart du temps après 60 ans et peut avoir des conséquences graves si elle est mal prise en charge. Zoom sur les signes cliniques pour la reconnaître, les traitements, le temps d'hospitalisation en cas d'opération et le déroulement de la rééducation.

Fracture du col du fémur : signes, opération, rééducation
© Sebastian Kaulitzki - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'une fracture du col du fémur ?

Le col du fémur désigne le haut d'un os de la cuisse (le fémur), situé à l'endroit où il s'articule avec le bassin. On parle de fracture lorsque cet os est brisé, suite à un traumatisme. La fracture du col du fémur concerne essentiellement les personnes de plus de 60 ans. On estime que près de 50 000 personnes sont concernées chaque année en France. Un tiers des personnes de 90 ans et plus ont subi ou subiront un jour une telle fracture. Elle est particulièrement fréquente chez les femmes.

fracture du col du fémur
Fracture du col du fémur © Aksana Kulchytskaya - 123RF

Causes

La fracture du col du fémur survient généralement après un traumatisme. Chez les personnes âgées, il peut être tout à fait mineur, il s'agit le plus souvent d'une simple chute de sa propre hauteur. Si l'os se casse si facilement, c'est souvent à cause de l'ostéoporose, qui survient plus fréquemment après la ménopause : les os ont plus de mal qu'avant à fixer le calcium et se fragilisent, se brisant ainsi facilement au moindre choc. La tête du fémur est déjà plus fragile que le reste du squelette en temps normal et devient plus vulnérable encore.

Signes cliniques

Le premier symptôme est bien sûr la douleur très vive dans le haut de la cuisse et au niveau du bassin. La victime ne peut pas marcher. On retrouve également un raccourcissement du membre inférieur fracturé.

Diagnostic

Outre l'examen clinique, le médecin pourra confirmer et préciser le diagnostic grâce à une radiographie. Elle permettra notamment de déterminer l'endroit précis de la fracture.

Traitement

Le traitement est presque toujours chirurgical. Plusieurs options existent :

  • Pose d'une prothèse partielle ou totale de hanche : elle consiste à remplacer l'articulation bassin-fémur par des "os" artificiels en métal. "L'opération se déroule sous anesthésie générale ou sous rachianesthésie selon les antécédents médicaux du patient", précise le Dr Thomas Pommepuy, chirurgien orthopédiste. C'est la solution la plus souvent choisie, notamment chez les personnes âgées, dont les os se réparent moins rapidement et qui permet de reprendre rapidement la marche sans contre-indication à l'appui en cas de fracture déplacées.
  • L'ostéosynthèse : elle consiste en une réparation de la fracture par la pose d'une vis-plaque ou de plusieurs vis pour stabiliser la fracture, qui se consolidera ensuite toute seule en deux mois environ. Elle est plutôt recommandée pour les sujets jeunes.

Opération après une fracture du col du fémur : comment ça se passe, indications...

Dans le cas d'une chirurgie prothétique, l'intervention consiste en la mise place d'une prothèse semblable à ce qui est utilisé dans le traitement de l'arthrose. Les implants sont en acier inoxydable, titane, chrome ou en cobalt. Ils peuvent être impactés ou scellés par du ciment selon la qualité osseuse. "En cas d'ostéosynthèse une plaque vissée à ciel ouvert ou un vissage percutané sous contrôle radiographique peut être réalisé", ajoute le spécialiste.

Temps d'hospitalisation

La durée de l'hospitalisation varie de 3 à 10 jours.

Rééducation après une opération

  • En cas de prothèse, la reprise d'appui est le plus souvent immédiate, sous couvert de béquilles le premier mois.
  • En cas d'ostéosynthèse, l'appui sera repris de manière progressive ou différée, avec un appui complet autorisé aux alentours de 6 semaines.
  • Dans les deux cas, un renforcement musculaire (rééducation à la marche) et un entretien des amplitudes articulaires est souvent proposé.

Evolution

La convalescence se fait avec plus ou moins de succès selon les patients. Chez les personnes très âgées, le taux de décès dans l'année qui suit la fracture est plus élevé que la moyenne. "En cas d'ostéosynthèse, il n'est pas rare que d'autres complications surviennent, rappelle notre interlocuteur : déplacement secondaire de la fracture, non consolidation de celle ci, migration du matériel… Il faudra alors mettre en place une prothèse", explique notre interlocuteur. Mais de grands progrès ont été réalisés depuis les années 1970. Si l'évolution est bonne, il faut compter entre trois et six mois pour un rétablissement complet.

Espérance de vie après une fracture du col du fémur

Trois quarts des patients opérés sont des femmes. En revanche, le taux de mortalité dans l'année qui suit l'opération est plus élevé de 12% chez l'homme (source : DREES). 23,5% des patients de 55 ans ou plus meurent dans l'année qui suit l'opération du col du fémur. Cette mortalité est due à la décompensation de pathologies associées, notamment en cas d'alitement prolongé.

Prévention

La seule prévention possible consiste à surveiller les risques d'ostéoporose et à traiter cette maladie. Certains signes doivent toutefois inciter à consulter :

  • diminution de la taille de plus de 3 cm,
  • fracture après 45 ans, en dehors de tout traumatisme important.

L'ostéoporose survenant souvent quelques années après la ménopause, les femmes ménopausées doivent être particulièrement attentives et, en cas de doute, demander à pratiquer un examen d'ostéodensitométrie, qui permet de vérifier la solidité des os. Le port d'une téléalarme peut permettre d'éviter une station prolongée au sol en cas de chute ou fracture chez les personnes âgées.

Qui consulter ?

Le médecin traitant et les urgences de l'hôpital le plus proche peuvent être contactés suite à une fracture du col du fémur.

Merci au Dr Thomas Pommepuy, chirurgien orthopédiste.

Blessures